Derniers articles publiés

Traité simplifié : Nicolas Sarkozy rencontre le Premier ministre portugais

Actualité 04.06.2007

Nicolas Sarkozy a reçu à l’Elysée, lundi 4 juin, le Premier ministre de la République du Portugal, José Socrates, dont le pays exercera la présidence de l'Union à partir du mois de juillet. L'objectif premier de cet entretien était d' "avancer sur les questions européennes", selon les termes du porte parole de l'Elysée. D’autres thèmes ont également été abordés : l'immigration, le sommet UE-Afrique et le projet d'Union méditerranéenne cher au Président français.

"Avancer sur les questions européennes"


Nicolas Sarkozy et José Socrates ont évoqué le projet de traité simplifié que le chef de l'Etat souhaite promouvoir comme solution au blocage des institutions européennes. Parlant d'une "très grande convergence de vues" avec son interlocuteur, le Président de la République a déclaré à l'issue de cette rencontre : "Nous sommes d'accord sur le fait d'aller vite pour débloquer la situation institutionnelle, nous sommes d'accord pour un nouveau Traité". Si l’idée du traité simplifié était retenue par le Conseil européen des 21 et 22 juin, il reviendrait à la Présidence portugaise de la concrétiser au cours du second semestre de l'année 2007.

Le Premier ministre portugais a confirmé l'existence d' "un consensus très fort sur les priorités d'action et sur l'urgence des réformes qui nous permet de donner des signaux forts aux citoyens, à l'économie européenne". Il a ajouté espérer "qu'au prochain Conseil européen, il y [aurait] un mandat clair pour que l'Europe puisse atteindre un compromis pendant la Présidence portugaise avec un traité qui permette de renforcer l'Union, de renforcer l'Europe et de donner davantage de confiance aux Européens et davantage de confiance à l'avenir de l'Europe".

Pour José Socrates, "l'Europe a besoin de la France et a besoin de la locomotive française pour résoudre tous ses problèmes". "Je vois avec beaucoup d'optimisme cette volonté de la France de contribuer à la résolution des problèmes de l'Europe", a-t-il ajouté.

Minimisant les risques d'échec des négociations, le Premier ministre portugais a déclaré que "le devoir d'un homme politique [était] de regarder avec confiance le résultat d'un Conseil européen". Il a précisé percevoir "entre tous les leaders politiques européens, la conscience que nous devons répondre au problème, que nous ne devons pas l'ignorer ou prétendre qu'il n'existe pas". Le Président français a déclaré à sont tour : "si on est Européen, l'Europe doit sortir de l'immobilisme et de l'impasse".


La Russie et le G8


Les récentes déclarations de Vladimir Poutine sur le projet de bouclier antimissile ont également fait l’objet de discussions entre les deux dirigeants. Le Premier ministre portugais s’est déclaré favorable depuis toujours à la "construction d'une sécurité européenne incluant également la Russie, un accord stratégique en vue de donner une réponse au problème de l'Europe et de la Russie". Le Président de la République a annoncé, quant à lui, vouloir s'entretenir prochainement avec le chef d’Etat de la Russie, prônant un dialogue "franc' et 'confiant".

Nicolas Sarkozy a par ailleurs énoncé ses attentes concernant le G8. Il a évoqué les deux sujets prioritaires, pour lui, de ce sommet : la négociation d’objectifs chiffrés pour lutter contre le réchauffement climatique et l'aide à l'Afrique. "Le destin de l'Afrique et celui de l'Europe sont liés", a rappelé le Président de la République.

Sources :

Compte rendu du point de presse - 04/05/07 - Présidence de la République

En savoir plus :

UE : Vers une relance institutionnelle ? - Touteleurope.fr
Tableau des ratifications - Touteleurope.fr