Derniers articles publiés

Suède: vers en gouvernement minoritaire sans l'extrême-droite

Actualité 20.09.2010

Dimanche 19 septembre 2010, le gouvernement sortant de Fredrik Reinfeldt (l'Alliance - centre-droit) a remporté les élections mais perdu la majorité absolue, du fait de la forte poussée de l'extrême-droite. Celle-ci fait son entrée au Parlement suédois pour la première fois. C'est aussi la première fois qu'un gouvernement qui n'est pas social-démocrate réussit à rester au pouvoir depuis la Seconde Guerre Mondiale. Mais pour combien de temps ?

L'Alliance, coalition des partis de Centre-Droit arrive en tête des élections législatives qui ont eu lieu en Suède. Elle passe à deux sièges de la majorité absolue et sera donc forcée de former un gouvernement minoritaire ou de passer une alliance avec un des membres de la coalition adverse "Rouge-Verte". Des négociations vont probablement être entamées avec les Verts.

Le quotidien Dagens Nyheter (libéral) a titré "Une époque a pris fin" pour son éditorial. Alors que les sociaux-démocrates ont dirigé la Suède durant "83% du temps depuis 1932", le journal estime qu’avec la victoire de l'Alliance, "l’époque où un parti était abonné au pouvoir et pouvait décider de tout est heureusement terminée".

Modérés: 107 sièges
Parti du Centré: 22 sièges
Parti Libéral: 24 sièges
Chrétiens Démocrates: 19 sièges

Sociaux Démocrates: 113 sièges
Parti de Gauche: 19 sièges
Parti Vert: 25 sièges

Démocrates Suédois: 20 sièges

Total Alliance: 172
Total Rouge-Verts: 157

La bonne nouvelle de la soirée pour l'Alliance a été le maintien de ses partenaires de coalition au Parlement. Malgré les craintes, le Parti du Centre (22 sièges), le Parti Libéral (24) les Démocrates Chrétiens (19) ont tous dépassé les 4% permettant d'être présents au Parlement dans cete élection à la proportionelle. Le Parti de Fredrik Reinfeldt (les Modérés) est ultra dominateur dans cette coalition avec 107 sièges. Ils gagnent dix sièges par rapport à 2006.

La gauche en net recule

Le premier parti de Suède en nombre de déptués reste le parti des Sociaux-Démocrates mené par Mona Sahlin qui ne sera donc pas la première femme à devenir Premier ministre dans ce pays. La stratégie de coalition des sociaux-démocrates avec les Verts (25 sièges) et les anciens communistes (19) n'a pas payé. Ils perdent ainsi 13 députés. La coalition "rouge-verte" obtient 43,6% des voix.

Mona Sahlin a déclaré : "Nous avons perdu. Nous n'avons pas été capable de regagner la confiance. C'est maintenant à Fredrik Reinfeldt de dire comment il prévoit de diriger la Suède sans laisser d'influence aux Démocrates de Suède". Les Verts progressent en passant de 19 à 25 députés tandis que le Vänsterpartiet (anciens communistes) en perd trois.

L'extrême-droite au Parlement, mais reste marginalisée

Aucune négociation n'est prévue avec le parti d'anciens néo-nazis, les "Démocrates Suédois" (SD). Ceux-ci font une entrée historique au Riksdag, le Parlement suédois. Les SD veulent stopper la "forte immigration en Suède" (plus de 100.000 personnes par an) n'ont cessé de progresser au sein de l'électorat suédois. Ils n'avaient recueilli que 0,37% des suffrages lors des législatives de 1998, puis 2,9% en 2006.

Fidèle à la tradition suédoise du consensus, le dirigeant du parti, Jimmie Aakesson (31 ans), a annoncé : "nous ne créerons pas de problème. Nous prendrons nos responsabilités. C'est ma promesse au peuple suédois".

Quoi qu'il en soit, cette arrivée créée une situation politique inhabituelle en Suède : aucune des coalitions n'a de majorité. Si aucune alliance n'était passée avec les Verts, le blocage parlementaire qui s'en suivrait entrainerait de probables nouvelles élections.

Une campagne marquée par l'arrivée du net dans le débat politique

Le débat suédois a été marqué par deux évènements. Tout d'abord, le vote s'est en partie joué sur les personnalités des candidats plutôt que sur les programme des partis, très proche les uns des autres. Cet élément a joué en faveur de Fredrik Reinfeldt qui a su montrer une certaine maîtrise durant la crise financière. Mona Sahlin n'a quant à elle pas su sortir de son profil lié au scandale des "Toblerone". Elle avait au début des années 2000 fait des achats personnels avec son argent de ministre dont notamment deux barres chocolatées de Toblerone qui ont terni son image.

Autre évènement durant la campagne, l'arrivée de sujets de campagne issus d'Internet. Comme le relève Benoît Thieulin sur son blog, "dans un paysage médiatique dominé par une presse écrite de centre-droit, Internet constitue le terrain naturel pour la blogosphère de gauche". Ainsi un billet d'une blogueuse sur les déboires de sa mère quant à son assurance-santé a propulsé en Une des médias traditionnels le débat sur la question du système de santé. Cette nouvelle donne sera à prendre en compte dans les prochaines élections suédoises.

 

En savoir plus

Suède, un système politique stable - Touteleurope.eu

Ingrid Hedström: "le scrutin du 19 septembre sera historique quel que soit le résultat pour la Suède" - Touteleurope.eu

site avec les résultats des élections suédoises - TheLocal.se

présentation de la Suède - Touteleurope.eu