Derniers articles publiés

Stratégie de Lisbonne : la France remet son rapport de suivi annuel

Actualité 29.10.2006


Croissance et emploi dans l'Union européenneMi-octobre 2006, le gouvernement a remis à la Commission européenne son rapport annuel de suivi du Programme National de Réforme (PNR) adopté par la France dans le cadre de la stratégie de Lisbonne pour la croissance et l'emploi en Europe.

Préparé par le Centre d'analyse Stratégique (CAS) et le Secrétariat général des affaires européennes (SGAE), deux organismes placés sous la responsabilité du Premier ministre, le rapport rend compte de la mise en œuvre par la France des objectifs fixés dans son PNR 2005-2008.

Inspiré des 24 Lignes Directrices Intégrées (LDI) figurant au programme de Lisbonne et adopté en octobre 2005 pour 3 ans, le PNR s'articule autour de trois grands axes :

  • créer les conditions de la croissance sociale ;
  • la bataille pour l'emploi au service de la croissance sociale ;
  • construire l'économie de la connaissance.

Etablies pour 3 ans (2005-2008), les LDI proposent aux Etats membres une série d’indications méthodologiques et d’objectifs intermédiaires en vue d’atteindre les cibles de la stratégie de l’Union européenne pour la croissance et pour l’emploi. Au nombre de 24, elles se composent, d’une part, de grandes orientations de politique économique (GOPE) et, d’autre part, de lignes directrices pour l’emploi (LDE).


Un souci d'explicitation et de concertation


Le Gouvernement souligne que l'élaboration du rapport aura été l'occasion d'une consultation accrue avec la société civile, et notamment avec les partenaires sociaux au sein du Comité du dialogue social sur les questions européennes et internationales (CDSEI), consulté le 18 septembre 2006.

L'expression en ligne lancée en septembre sur Touteleurope.fr, et dont les conclusions ont été publiées le 10 octobre, font partie de cet effort de concertation souhaité par le Gouvernement. Ces conclusions soulignaient l'adhésion des participants à la plupart des objectifs désignés par les 25 Etats membres dans le cadre de la stratégie de Lisbonne. Elles relevaient toutefois aussi le pessimisme de la majorité des internautes sur les chances de l'Union d'atteindre les objectifs économiques qu'elle s'est fixée. Les objectifs inscrits au programme de Lisbonne en matière d'innovation et de développement durable étaient apparus comme étant, de loin, ceux qui suscitent le plus d'adhésion auprès des visiteurs de Touteleurope.fr.

"Créer les conditions d'une croissance sociale"


Au nombre de ses réalisations en vue de "créer les conditions d'une croissance sociale", la France souligne le retour "durable" du déficit public sous le seuil des 3% et les perspectives de désendettement de l'Etat. Le rapport revient également sur les efforts de réforme engagés en vue d' "assurer la viabilité à long terme de notre modèle social". Il souligne également les efforts entrepris en vue de favoriser "l'insertion sociale et professionnelle" des jeunes et "l'accès et le retour à l'emploi des personnes qui en sont le plus éloignées", et à favoriser la création d'entreprises et le développement des PME.

En matière de développement durable, l'un des principaux soucis et secteurs de croissance désignés par les internautes au cours de l'expression en ligne, le rapport souligne notamment que, tout en maintenant "ouverte l'option nucléaire", la Loi d'orientation de l'énergie fixe l'objectif de "produire 21% de l'électricité à partir des énergies renouvelables" d'ici 2010.

La "bataille pour l'emploi au service de la croissance sociale"


Le rapport met en avant la "hausse significative des créations d'emploi" en 2005 et le premier semestre 2006. La "bataille pour l'emploi" met fidèlement en œuvre les recommandations figurant au programme de Lisbonne. Elle vise notamment à "valoriser financièrement le travail", à "mieux accompagner le retour à l'activité par un service public de l'emploi plus efficace", à favoriser l'égalité d'accès à l'emploi (des jeunes, des femmes et des seniors), tout en investissant "dans le capital humain"par "la qualité du système scolaire et de l'enseignement supérieur", "l'insertion des jeunes dans le monde du travail" et "la formation tout au long de la vie". Le Contrat Nouvelles Embauches (CNE), créé en juillet 2005 par voie d'ordonnance, figure en tête des actions prises par le Gouvernement en vue de "lever les freins à l'embauche".

"Construire l'économie de la connaissance et rendre la France plus compétitive"


Pour "construire l'économie de la connaissance et rendre la France plus compétitive", le Gouvernement a choisi de miser largement, ainsi que le souhaitent d'ailleurs de nombreux participants à l'expression en ligne, sur la stimulation de la recherche et de l'innovation. Cet effort repose notamment sur la "rénovation de la gouvernance du système de recherche", le développement du co-financement public-privé et la promotion des technologies de l'information et de la communication.

Pour "assurer un fonctionnement plus sain des marchés, propice au pouvoir d'achat des ménages", le Gouvernement met à son crédit d'avoir obtenu une baisse de l'indice des prix à la consommation et ouvert à la concurrence et à l'investissement privé les industries de réseau : transport ferroviaire, secteur autoroutier, infrastructures portuaires et aéroportuaires, secteur postal et télécommunications.

La Commission européenne doit rendre public, le 12 décembre 2006, un rapport intermédiaire sur la mise en œuvre de la stratégie de Lisbonne pour la croissance et l'emploi agrégeant les différents rapports nationaux.

En savoir plus


Votre avis sur la stratégie de Lisbonne : synthèse de l'expression en ligne (12/09 - 10/10/2006) 
Dossier sur la stratégie de Lisbonne pour la croissance et l'emploi
Entretien avec Sophie Boissard, directrice du Centre d'analyse stratégique (25/07/2006)

Sources


Rapport de suivi 2006 du Programme National de Réforme 2005-2008 "Pour une croissance sociale" (28/09/2006)
Programme National de Réforme 2005-2008 "Pour une croissance sociale" (10/2006)