Derniers articles publiés

Sondage : les Européens et la sûreté nucléaire

Actualité 01.03.2007

© Communauté européenne, 2006Face à la demande grandissante en énergie, à la forte dépendance énergétique de l'Europe et au défi environnemental, la Commission européenne étudie différentes pistes pour la diversification des ressources. Dans ce contexte, l'utilisation du nucléaire fait débat. Très partagée sur ces questions, l'opinion publique européenne reste réticente au développement du nucléaire.

Des Européens moyennement informés et plutôt divisés sur les enjeux du nucléaire

Les connaissances des Européens concernant l'utilisation du nucléaire dans leur pays et dans l'Union sont moyennes. 57 % d'entre eux ont répondu de façon correcte à une série de questions. Les Français ont une pluôt bonne connaissance des questions nucléaires, avec 66 % de bonnes réponses.

Concernant les avis sur les enjeux de l'énergie nucléaire, 69 % des Européens estiment que le nucléaire permet d'être moins dépendant à l'égard des importations de pétrole et de gaz; Pour 50 % d'entre eux, le nucléaire permet des prix de l'énergie plus stables et 46 % considèrent que le nucléaire aide à limiter le réchauffement climatique. Partagés, de nombreux Européens ne se prononcent pas sur ces questions.

Pour la majorité des Européens, le nucléaire représente un risque

Pour 53 % des Européens, l'énergie nucléaire représente plus de risques que d'avantages. Cette proportion est sensiblement la même en France (56 %) ainsi que dans l'ensemble des Etats membres.

Seuls les citoyens suédois, bulgares, finlandais et tchèques pensent que les avantages du nucléaires sont supérieurs aux risques. Toutefois, 67 % des Européens estiment que les informations ne sont pas suffisantes pour se faire une opinion sur les risques et les avantages des choix énergétiques et du nucléaire.

Une majorité d'Européens (53 %) considèrent que les centrales nucléaires représentent un risque pour eux et leurs familles. 65 % de Français pensent la même chose. Le facteur de risque le plus souvent évoqué par les personnes interrogées est le terrorisme (39 %). Ils sont en revanche une majorité en Finlande, en Belgique, aux Pays-Bas Suède, en Hongrie et en Allemagne à estimer que les centrales nucléaires ne représentent pas un risque. En général, les citoyens apparaissent assez confiants dans les pays où des centrales nucléaires fonctionnent.

Des Européens partagés sur les choix énergétiques futurs

45 % des citoyens ne pensent pas que l'énergie nucléaire peut être facilement remplacée par des énergies renouvelables et des économies d'énergie dans l'UE (41 % pensent l'inverse). Les Français sont les Européens les plus optimistes sur ce point, puisque 56 % d'entre eux pensent que ce remplacement est possible.

Les Européens ont des avis partagés sur la diversification énergétique. 39 % estiment qu'il faudrait réduire la proportion actuelle d'énergie nucléaire, 34 % qu'il faudrait la maintenir au même niveau et 14 % pensent qu'elle devrait être augmentée. Les Français sont une majorité à souhaiter que la proportion d'énergie nucléaire soit réduite.

L'Eurobaromètre Spécial 271 - vague 66.2

Cet Eurobaromètre spécial n° 271 fait partie de la vague 66.2. L'enquête a été réalisée entre le 6 octobre et le 8 novembre 2006 par la TNS Opinion & social pour le compte de la DG Presse et Communication de la Commission européenne. Elle a été menée auprès d'un échantillon représentatif de la population des 27 Etats membres de l'Union.