Derniers articles publiés

Septième édition du G20 à Los Cabos

Actualité 18.06.2012

Cette année, le G20 se déroule les 18 et 19 juin à Los Cabos. Un an après son édition française à Cannes, le rendez-vous des vingt se déplace au Mexique. Il s'agit de la septième rencontre entre les vingt plus importantes économies de la planète : les membres du G8, plus onze autres Etats, et l'Union européenne.

Les principaux enjeux du G20 de Los Cabos

Les membres du G20

G8: Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Japon, Italie, Royaume-Uni, Russie.

Plus l'Afrique du Sud, le Brésil, la Chine, l'Inde, le Mexique, l'Arabie saoudite, l'Argentine, l'Australie, la Corée du Sud, l'Indonésie, la Turquie.

Plus l'Union européenne.

 

Les vingt chefs d'Etat et de gouvernement se réunissent pour discuter de coopération économique et, chaque année, la présidence du G20 présente aux autres participants les principaux points à l’autre du jour.

Dans un article paru le 1er mai dernier dans le quotidien mexicain "El Financiero", le vice-ministre des Finances mexicain, Gerardo Rodríguez Regordosa, a souligné les cinq points clefs de ce sommet international.

Les vingt à Los Cabos travaillent pour réinstaurer la "confiance" et réduire le "risque" dans le système économique mondial. Même si la croissance sera généralement modeste dans le court terme, admet le vice-ministre, le G20 travaille pour l'activer dans le long terme, avec des reformes structurelles qui réduiront l'inégalité.

Le G20 s'active pour renforcer la coopération financière pour la prévention et la résolution des crises. Selon M. Rodríguez Regordosa,  suite à la crise financière il y a un besoin important de mécanismes d'entre-aide économique entre les Etats. Le but est d'agrandir l'"architecture financière internationale" et de permettre au FMI de pouvoir mobiliser ses ressources très rapidement en cas d'urgence.

Les vingt participants s'engagent à mettre en place des reformes structurelles pour éviter des "risques de système". Le groupe a également demandé d'étudier les possibles effets de ces réformes dans les économies émergentes.

Etant donné que les prix des "biens primaires" (nourriture, énergie entre autres) sont très volatiles et que leur changement a des conséquences importantes sur les populations, le G20 s'engage à travailler pour réduire la volatilité de ces biens.

Enfin, le G20 mexicain annonce s'engager contre le changement climatique et pour une économie plus verte.

La délégation de l'UE, présente au sommet, s'activera pour inclure la croissance et l'emploi parmi les priorités du G20, pour renforcer les institutions financières internationales, pour reformer les marchés financiers, et enfin pour garantir la sécurité alimentaire et promouvoir le développement.

La crise européenne s'incruste au G20

"Je suis consciente que tous les yeux soient rivés sur l'Allemagne."

Angela Merkel avant le G20.

Les décisions du G20 n'ont pas de valeur juridique sur le plan national ou international, il s'agit de simples déclarations d'entente. Cependant, ces rencontres représentent un moment important dans la vie diplomatique des Etats. Le sommet mexicain, en particulier, sera le premier pour le président français, François Hollande, et pour le président du Conseil italien, Mario Monti.

En outre, il sera caractérisé par la crise économique européenne et en particulier par le résultat des élections grecques. La politique européenne et, en particulier, les difficultés des 27 à sortir le Vieux Continent de la crise économique seront également au centre des débats au G20.

L'Europe devra par exemple se défendre des accusations américaines, selon lesquelles les 27 seraient trop lents dans leurs négociations. A ce propos le président du Conseil italien a déclaré lundi 18 juin : "Nul pense que l'Union européenne soit la seule source de crise. Elle a été causée par les déséquilibres d'autres pays dont les Etats-Unis, qui en ont été protagonistes".


En savoir plus


G20’s Challenges, Commitments and Achievements, G. Rodríguez Regordosa – Site officiel du G20 (en anglais)