Derniers articles publiés

Revue de presse : Téhéran envisage la suspension de ses exportations de pétrole brut à destination de l'UE

Revue de presse 16.02.2012

En réaction à l'embargo "progressif" sur les importations de pétrole iranien décidé le 23 janvier par les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne, Téhéran a déclaré hier qu'elle allait revoir à la baisse ses ventes de pétrole aux pays européens, sans les interrompre "pour l'instant", nous explique l'AFP.

Téhéran exporte un peu plus de 20 % de son pétrole aux pays de l'Union européenne (soit environ 600 000 barils par jour), principalement à l'Italie, à l'Espagne et à la Grèce. L'embargo, graduel, ne doit être mis complètement en place qu'en juillet pour permettre aux pays européens dépendants du pétrole iranien de trouver des sources d'approvisionnement alternatives, d'après l'AFP. Paulo Portas, ministre des Affaires étrangères du Portugal, a ainsi indiqué que son pays avait déjà "réduit sa dépendance vis-à-vis de l'Iran en matière de pétrole d'environ 6 % à 0 %".

Ce n'est pas la première fois que l'Iran menace d'interrompre ou à moindre titre de diminuer ses exportations à destination de l'UE. Le directeur pour l'Europe occidentale du ministère des Affaires étrangères, Hassan Tajik, a averti "que l'Iran pouvait interrompre ses ventes de pétrole à l'Europe", selon la chaîne iranienne Al Alam, avant d'ajouter que Téhéran "ne le ferait pas pour l'instant pour des raisons humanitaires et à cause du froid", selon
le Figaro. Les autorités iraniennes ont convoqué hier séparément les ambassadeurs français, italiens, espagnols, grecs, portugais et néerlandais afin de leur signifier que l'Iran "allait revoir ses ventes de pétrole à ces pays", a rapporté le site de la télévision d'Etat.

Cependant, la Commission européenne avait déjà anticipé cette diminution des exportations iraniennes, les importateurs européens, ayant décidé de "changer de fournisseur", nous rapporte
l'AFP. L'Arabie saoudite s'est ainsi engagée à pomper davantage de brut.

De leurs côtés, la Russie et la Chine s'opposent toujours à de nouvelles sanctions, tandis que l'Iran a annoncé hier, de nouvelles avancées, qualifiées de "majeures", dans son programme nucléaire, avec la mise au point de centrifugeuses plus performantes et la production de combustible enrichi à 20 %. Cette annonce a été qualifiée de "tapageuse" par les Etats-Unis. Une délégation de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA) se rendra en Iran les 20 et 21 février afin d'obtenir des précisions de la part de Téhéran quant à son programme nucléaire, indique
l'AFP.

 

Les autres titres de la presse en ligne

Agriculture, pêche

La France et l'Espagne font front commun sur la réforme de la PAC [EurActiv.fr]

 

Commerce extérieur

La Chine marchande son aide à la zone euro [La Tribune]

 

Emploi, affaires sociales

Bruxelles plaide pour retarder l'âge de départ à la retraite [Les Echos]

 

Etats membres

Réactions outragées au site xénophobe du PVV [Presseurop]

 

Euro, économie

La thérapie mortelle de Bruxelles [Presseurop]

Institutions

Un rapport défend le maintien du Parlement européen à Strasbourg [AFP]

 

Libertés, sécurité, justice

Droits sur Internet : pourquoi le traité Acta fait polémique [Le Figaro]

 

Marché unique, entreprises

L'UE va libérer des fréquences hertziennes pour les opérateurs télécoms [AFP]

 

Régions

Tentative de dépoussiérage de la politique de cohésion [EurActiv.fr]

 

Relations extérieures

Les Serbes du Kosovo défient Belgrade [Le Figaro]

 

Société

Deux ans de sursis pour l'aide alimentaire [EurActiv.fr]

 

Ailleurs en Europe

Presse anglophone

Euro zone mulls Greek rescue delay [Reuters]

Presse germanophone

Wulff verteidigt Merkels Euro-Kurs [FAZ]

Presse espagnole

 La Eurocámara vota hoy el polémico acuerdo agrícola de la UE con Marruecos [El Mundo]


Presse italienne

Tra i big resiste solo la Francia, frena la Germania [Il Sole 24 Ore]