Derniers articles publiés

Revue de presse : Sursis accordé à l'Espagne et à la Roumanie, affaire de harcèlement avéré à la Cour des comptes européenne, Mario Draghi dans la tourmente

Revue de presse 30.01.2013

Le FMI accorde un répit à l'Espagne et à la Roumanie La surestimation de la baisse du PIB espagnol a probablement joué. Bruxelles serait prêt, selon Le Figaro, à "desserrer l'étau de l'austérité" qui pèse sur la croissance ibérique. L'Institut national de la statistique a publié aujourd'hui les chiffres du PIB, qui a seulement diminué d'1,37%, alors que le gouvernement de Mariano Rajoy tablait sur une baisse de 1,5% [La Tribune].

En outre, la hausse irrémédiable et quasi-continue du taux de chômage espagnol a incité les dirigeants européens à revoir leur copie, et à envisager l'accord d'un répit indispensable au pays. Olli Rehn, commissaire européen aux Affaires économiques, a notamment exprimé son inquiétude au sujet de la détérioration de la situation économique de l'Espagne, incitant les institutions européennes à "réviser le rythme de réduction du déficit" [Le Figaro]. Ce répit pourrait permettre à Mariano Rajoy de mettre en place un miniplan de relance visant à relancer l'investissement et l'emploi dans les PME.

En parallèle, le FMI devrait très probablement accorder un délai supplémentaire de trois mois à la Roumanie pour "mettre en œuvre les réformes promises aux créanciers internationaux" [Les Echos/AFP]. Malgré un déficit budgétaire 2012 en-dessous des 3%, le gouvernement de centre-gauche doit encore mettre en route la privatisation d'une compagnie de fret ferroviaire, et vendre 15% des actions du transporteur de gaz Transgaz, ceci afin d'accéder à la "dernière tranche de la ligne de crédit […] de 5 milliards d'euros" [Les Echos/AFP] accordée au pays en 2011.

Sombre affaire de harcèlement moral à la Cour des comptes européenne

Sur son blog Les Coulisses de Bruxelles, le correspondant de Libération à Bruxelles Jean Quatremer publie aujourd'hui une longue enquête au sujet de l'affaire Nadejda Sandolova. Cette membre de la Cour des comptes européenne, ou CCE, a été accusée il y a plusieurs mois d'harcèlement moral par trois membres de son cabinet, qui auraient subi des traitements injurieux et dégradants durant plusieurs années. Dans cette enquête, le journaliste souligne les tentatives d'étouffement de l'affaire menées par l'organe européen, qui a décidé en décembre dernier de ne pas poursuivre la Bulgare devant la Cour de Justice de l'Union. Pourtant, les membres de l'institution disposaient d'un rapport d'enquête accablant, de témoignages de psychiatres montrant "l'infantilisation sadique" au sein du bureau, et de l'avis justifié du président de la CCE, Vitor Manuel da Silva Caldeira [Les Coulisses de Bruxelles].

Certains membres de la Cour des comptes ont dénoncé l'issue du vote, estimant qu'il aurait fallu "donner l'occasion à la Cour de justice de juger Mme Sandolova". Alors que la Bulgare a tranquillement terminé son mandat le 31 décembre 2012, les trois plaignants se sont vus attribuer par leurs homologues une étiquette de "délateurs", dans une Union européenne "qui a fait de la lutte contre le harcèlement au travail l'une de ses priorités" [Les Coulisses de Bruxelles].

Mario Draghi inquiété par l'affaire Monte Dei Paschi

La Monte Dei Paschi di Siena (MPS) se retrouve depuis plusieurs semaines dans une tourmente politico-financière. Créée en 1472, la plus vieille banque italienne connait d'importantes difficultés, affichant notamment "des pertes de 720 millions d'euros liées à des accords complexes sur des produits dérivés" [BFM Business/AFP]. Et malgré les tentatives d'apaisement sur les marchés menées par le Conseil de stabilité financière italien, ce chiffre représente des pertes suffisamment importantes pour que la banque MPS ait demandé une aide publique d'urgence de 3,9 milliards d'euros [AFP].

Cette opération pourrait, selon Le Figaro, devenir gênante pour l'actuel président de la BCE, Mario Draghi. Ce dernier, gouverneur de la Banque d'Italie entre janvier 2006 et octobre 2011, pourrait être soupçonné de corruption, ou, dans une moindre mesure, d'aveuglement volontaire sur les activités douteuses menées par la banque toscane en 2010. L'actuel ministre italien des Finances, Vittorio Grilli, entendu hier par la Chambre des députés, a tenu à réfuter toute responsabilité de la Banque d'Italie dans la méconnaissance de ces opérations d'emprunt : "La surveillance de la Banque de Sienne a été continue, attentive, appropriée et s'est intensifiée avec le temps" [Le Figaro]. Au contraire, Mario Draghi rejette la faute sur la banque siennoise, qui aurait dissimulé la véritable comptabilité à l'institut bancaire. L'éventuelle culpabilité de la Banque d'Italie devrait être jugée dans les prochaines semaines.

Les autres titres de la presse en ligne

Commerce extérieur

L’UE menace de sanctionner la Norvège pour violation de l’accord EEE [Euractiv/en]

Construction européenne

Les non-dits d'une commémoration [Le Figaro]

Emploi, affaires sociales

Portugal : Comment dit-on “avenir” en mandarin ? [Presseurop]

Energie, environnement

Les crédits carbone pourraient devenir des « obligations de pacotille » [Euractiv/en]

Etats membres

Grèce : le Qatar va investir un milliard d'euros via un fonds d'investissement [Les Echos/AFP]

Euro, économie

1 000 milliards d'euros offerts aux banques : il est temps de rembourser ! [Le Point]

Institutions

Au Luxembourg, personne ne vous entend crier [Les Coulisses de Bruxelles]

Régions

Les votes sur l’indépendance de l’Écosse et de la Catalogne pourraient-ils transformer l’Europe ? [Euractiv/en]

Relations extérieures

L’UE mène des efforts mondiaux pour désamorcer la bombe à retardement du Sahel [Euractiv/en]

Santé publique

BASF renonce à ses pommes de terre OGM en Europe [La Croix/AFP]

Société

L’« extrémisme violent » préoccupe l’Union européenne [La Croix]

Transports

L'agence spatiale européenne donne le top départ pour Ariane 6 [Les Echos]

Ailleurs en Europe

Presse anglophone

Hungarian judicial reform has 'loopholes' [EUobserver]


Presse germanophone

Deutschland bei Pressefreiheit im europäischen Mittelfeld [Süddeutche]

Presse espagnole

 Popular devuelve 1.300 millones de los 17.200 que obtuvo en las subastas del BCE [ABC]


Presse italienne

"L’Italia non garantisce i padri divorziati" [La Stampa]


Presse francophone

L'UE veut combattre l'impunité juridique d'internet [Le Matin]