Derniers articles publiés

Revue de presse : Pour Nicolas Sarkozy, une victoire de François Hollande agiterait la zone euro

Revue de presse 12.04.2012

Alors que la campagne pour l'élection présidentielle française arrive dans sa dernière ligne droite, Nicolas Sarkozy affirme que la victoire du Parti socialiste "mettrait la France à genoux" et signifierait une nouvelle crise de la zone euro. François Hollande estime quant à lui que l'arrivée de la gauche au pouvoir n'entrainera pas d'affolement des marchés et rappelle que la rigueur doit être accompagnée de croissance.

Le ton s'est durci mercredi 11 avril avec les déclarations conjuguées de Nicolas Sarkozy et de François Fillon martelant tous deux que l'élection de François Hollande à la présidence de la république comportait un risque réel d'attaque spéculative sur l'euro. Pour le président sortant, c'est grâce à l'action du gouvernement actuel que la France a pu échapper "au sort de la Grèce et de l'Espagne" [Nouvel Obs]. Si les taux italiens sont sous tension, si la situation espagnole inquiète, c'est parce que la victoire potentielle de la gauche agite les marchés selon l'UMP.


Jean-François Robin, stratégiste chez Natixis interviewé par l'Express, ne partage pas la position de Nicolas Sarkozy. "Les marchés sont déçus par les mauvais chiffres de l'emploi américains, inquiets par les faibles perspectives de croissance de la zone euro et par les tergiversations de l'Espagne sur ses objectifs de réduction de déficit. Les tensions n'ont rien à voir avec l'élection française". Le changement est synonyme d'incertitude pour les marchés, poursuit-il, les premières mesures de François Hollande sur les déficits et l'Europe seront décisives. Quant à l'engagement du candidat socialiste de renégocier le traité budgétaire européen pour y apporter des mesures pour relancer la croissance, la sphère financière n'y sera peut-être pas réfractaire, en atteste la prise de position du Financial Times mardi.

Aux attaques de la droite, François Hollande a répondu qu'en cas d'inquiétude des marchés, "il ne leur laisserait aucune place". "Pour l'instant je ne sais pas si les marchés s'affolent, mais la droite, elle, oui, elle les affole, en jetant le trouble sur ce qui pourrait se passer en cas de victoire de la gauche", rapporte l'AFP. Pour M. Hollande, le gouvernement sortant est le responsable de l'aggravation de la dette et du déficit public français : les marchés devraient donc davantage s'inquiéter d'une reconduction de Nicolas Sarkozy, relatent les Echos.

 


Les autres titres de la presse en ligne

Commerce extérieur

Airbus vend 11 avions à l'Indonésie [Le Figaro]

Energie, environnement

La durabilité des biocarburants remise en question par un rapport [EurActiv]

Etats membres

En Allemagne, le Parti pirate dépasse les Verts dans un sondage [Le Monde]

Euro, économie

Espagne : "Les investisseurs attendent que tous les cadavres soient sortis des placards" [Le Monde]

Marché unique, entreprises

Pourquoi Nokia ne s'en sort toujours pas [AFP]

Relations extérieures

Obama et Merkel pour une action "plus résolue" de l'ONU sur la Syrie [RTBF]

Société de l'information

"Acta, c'est la mauvaise réponse à de bonnes questions" [L'Express]

 

 

La Présidentielle vue de l'Europe


Presse anglophone
 French rich look to London as tax fears grow [Reuters]

 
Presse germanophone
Wahlkampf in Frankreich [Tageblatt]

 
Presse espagnole
 Rajoy descarta la intervención de España y pide más "prudencia" a Sarkozy y Monti [ABC]


Presse italienne
«Prendi il potere su di me, Jean-Luc»
[Il Post]