Derniers articles publiés

Revue de presse : Politique économique : les grandes manœuvres de Berlin

Revue de presse 11.05.2012

A trois jours de l’organisation d'élections importantes dans la région de Rhénanie du Nord Westphalie, le gouvernement d'Angela Merkel a durci le ton envers François Hollande et la Grèce. Rééditant son refus des mesures de relance par l'augmentation des déficits, la chancelière continue de défendre l'austérité budgétaire. Toutefois, la Bundesbank pourrait consentir à un léger accroissement de l'inflation en Allemagne, ce qui devrait procurer un surcroit de compétitivité à ses partenaires de la zone euro.


"Une croissance par des réformes structurelles est importante et nécessaire. Une croissance à crédit nous ramènerait au début de la crise. Nous ne le voulons pas, nous ne le feront pas", a déclaré Angela Merkel devant le Bundestag. Alors que le SPD souhaite profiter de l'élection de François Hollande et de la crise grecque pour se démarquer des chrétiens-démocrates en vue des élections partielles du dimanche 13 mai, prônant à son tour des mesures de croissance, Mme Merkel a rappelé à l'ordre ses opposants politiques, juge le Figaro.

Au sujet de la Grèce, Wolfgang Schäuble, ministre allemand des Finances, a tenu à indiquer que la zone euro survivrait à une sortie de la Grèce. "Nous voulons que la Grèce reste dans la zone euro. Mais elle doit aussi le vouloir et remplir ses devoirs. Nous ne pouvons forcer personne. Nous avons beaucoup appris ces deux dernières années et construit des mécanismes de protection. Les dangers de contamination pour les autres pays de la zone euro sont devenus plus faibles et la zone euro est dans son ensemble devenue plus résistante", a-t-il précisé [Les Echos].

Néanmoins, l'Allemagne semble lâcher du lest par rapport à sa traditionnelle politique économique orthodoxe. La Bundesbank et le gouvernement pourraient en effet tolérer une hausse de l'inflation, une augmentation des salaires, et donc une baisse de la compétitivité allemande. L'Allemagne a les moyens de le faire avec des exportations en hausse et des taux d'Etat historiquement bas, explique la Tribune, et cela offrirait des possibilités de relance pour ses partenaires de la zone euro. Berlin n'ignore pas que 40% des exportations allemandes s'effectuent à destination de pays européens.

Prévue le 15 mai prochain, après l'échéance électorale de Rhénanie, la première rencontre officielle entre Angela Merkel et François Hollande pourrait donc se passer sans heurt. Michel Sapin, chargé du projet présidentiel et pressenti au poste du futur ministre de l'Economie, abonde d'ailleurs dans le sens de la chancelière, écartant une possible relance par les déficits et plaidant simplement en faveur d'un équilibre entre austérité et croissance [AFP].

 

Les autres titres de la presse en ligne

Budget

Le Parlement refuse de valider le budget de trois agences européennes [EurActiv]

Elargissement

Serbie : le leader nationaliste accuse Boris Tadic de fraude électorale [AFP]

Emploi, affaires sociales

Au Portugal, l’austérité met les enfants en danger [Euronews]

Energie, environnement

Le gaz de schiste n’a plus la cote [Presseurop]

Etats membres

Les conseils de Cohn-Bendit au nouveau président français [La Tribune]

Euro, économie

La presse européenne pointe l'incompréhension grandissante entre Berlin et Athènes [Le Monde]

Régions

Les régions européennes prennent position sur la politique de cohésion [EurActiv]

Société

Dans l'UE, seuls cinq pays autorisent les mariages gays [Le Figaro]

Société de l'information

ACTA continue sa lente agonie [EurActiv]

Sport

JO de Londres : la flamme allumée à Olympie[Euronews]

Ailleurs en Europe


Presse anglophone
Some hope that Greek coalition may emerge [Irish Times]

Presse germanophone
EU: Spanien will neue Bankenreform beschließen [Focus]

‎Presse espagnole
 Hollande acelera su agenda europea ante la crisis [La Vanguardia]


Presse italienne
 Berlino molla Atene, Euro sopravvive senza [ANSA]