Derniers articles publiés

Revue de presse : Les marchés ciblent l'Italie

Revue de presse 12.06.2012

Le soulagement n'aura pas duré longtemps. Le plan d'aide aux banques espagnoles vient d'être annoncé et déjà les marchés semblent douter de l'efficacité de cette mesure. En outre, l'Italie est redevenue hier la cible des investisseurs. Ses banques ont chuté en bourse et les taux d'emprunt de l'Etat ont augmenté à nouveau.

Les leaders européens ont assuré être prêts à donner jusqu'à 100 milliards d'euro pour recapitaliser les banques espagnoles. Un chiffre qui pourrait être plus bas, écrit Le Figaro : en effet, "le FMI mentionne des besoins compris entre 40 et 80 milliards d'euros". Mais alors qu'il était supposé rassurer  les marchés, ce sauvetage n'a pas réussi à convaincre les investisseurs. L'optimisme du week-end s’est essoufflé pendant la journée d'hier, qui a vu la plupart des bourses européennes en baisse et celle de Milan en forte chute.

L'AFP rapporte certains doutes sur le plan de sauvetage : " des sceptiques ont fait remarquer que le gouvernement espagnol avait lui aussi besoin d’un plan de sauvetage", affirme Lindsey Piegza, de FTN Financial. En outre, "la taille de l’enveloppe d’aide est près de deux fois supérieure à ce que recommandait le FMI, donc on s’est demandé si ce plan ne cachait pas un autre but caché", poursuit Mme Piegza.

Sceptiques sur le plan de sauvetage espagnol, les marchés ont "attaqué autre chose" [AFP], et la première victime a été l'Italie: "après avoir brutalement creusé ses pertes dans l'après-midi, la Bourse de Milan a clôturé lundi sur une chute de 2,79 % alors que les autres Bourses européennes ont fini en légère baisse ou en légère hausse" [AFP].

Le pays, qui avait réussi depuis fin 2011 à regagner la confiance des marchés, se montre aujourd'hui plus faible aux yeux des investisseurs. Le président du Conseil, Mario Monti, voit sa popularité en baisse, écrit Le Figaro, "même si elle reste encore supérieure à 50%". La troisième économie européenne a une importante dette publique (1900 milliards d'euros) et une croissance zéro. Une situation que, selon la ministre autrichienne des Finances, pourrait emmener Rome à demander à Bruxelles une aide financière [Reuters].

Enfin, le sauvetage espagnol a eu une autre conséquence. En Grèce et en Irlande, les partis d'opposition ont perçu cet accord comme "la confirmation que leurs gouvernements respectifs ont mal négocié les prêts internationaux" [Les Echos]. En effet, Bruxelles n'a pas imposé à Madrid de conditions de rigueur en échange de ses 100 milliards d'euros.

Les autres titres de la presse en ligne

Construction européenne

Créons une Europe des banques [Le Monde]

Elargissement

Bruxelles appelle le nouveau président serbe à renforcer la coopération dans les Balkans [Euronews]

Energie, environnement

Les émissions de CO2 des voitures pourraient être à nouveau réduites [Euractiv]

Etats membres

La visite du prince Edouard à Gibraltar agace Madrid [Euronews]

Euro, économie

Les quatre plans d'aide européens et leurs conditions [Le Monde]

Libertés, sécurité, justice

Mieux faire respecter le droit des citoyens placés en garde à vue [Euronews]

Santé publique

En Europe, les "boîtes à bébés" se multiplient [Le Monde]

Société

à vendre : église belge, 1 Euro [Libération]

Sport

A Donetsk, terre d’accueil des Bleus, la colère contre le boycott français [Rue89]

 

A lire sur

L'Europe de la semaine : La France aux urnes pour élire ses nouveaux députés


Ailleurs en Europe


Presse francophone
Nucléaire iranien : réunion préparatoire des 5+1 à Strasbourg [Romandie]

Presse anglophone
 Darth Vader approach to economic policy risks disaster [Irish Times]

Presse germanophone
EU: Analyse: So könnte die Rettungsaktion für Spanien aussehen [Die Zeit]

‎Presse espagnole
LE [ABC]

Presse italienne

Eurocrisi, spesi 485 miliardi con scarsi risultati. Da Grecia a Spagna, ecco il conto dell'emergenza [il Sole 24 Ore]