Derniers articles publiés

Revue de presse : Les Grecs exaspérés par les déclarations de Christine Lagarde

Revue de presse 29.05.2012

"Les Grecs devraient commencer par s’entraider collectivement, en payant tous leurs impôts", a affirmé vendredi 25 mai Christine Lagarde. Lors d'une interview au quotidien anglais The Guardian, la directrice du FMI a également dressé un parallèle avec la situation en Afrique : "les jeunes enfants du Niger ont encore plus besoin d’aide que les gens à Athènes".

Les déclarations de Madame Lagarde ont suscité plusieurs réactions. Selon Le Figaro, "la patronne du FMI ne fait en réalité que dire tout haut ce que pense l'immense majorité des 184 pays membres de l'organisation financière internationale dont elle a la charge". Ces propos traduisent, selon Le Figaro, "le désarroi du FMI": "Christine Lagarde a raison, tout est politique dans les déboires de la Grèce, et les électeurs doivent s'en prendre à leur manque de vigilance dans le choix de leurs dirigeants".

Cependant, pour plusieurs personnes, notamment parmi les Grecs, Madame Lagarde est allée trop loin. L'AFP rapporte que dimanche, sur la page facebook de la directrice du FMI, il y avait plus de 8500 commentaires.  Un internaute demandait par exemple: "Peu importe ce que vous dites maintenant, après toutes ces critiques. Savez-vous les dégâts que vous avez causés au peuple grec?". Cette hostilité ne se limite pas aux réseaux sociaux : pour le chef du parti socialiste Pasok, Evangélos Vénizélos, les propos de Lagarde ont «humilié» et «insulté» les Grecs [AFP].

En France aussi, certains politiques se sont exprimés contre les propos de Christine Lagarde. Pour François Bayrou, ils sont "extrêmement choquants". Selon le leader du MoDem, la patronne du FMI "a mis en accusation le peuple grec" alors que celui-ci a été "entraîné dans un aveuglement" par "le bandeau" que ses dirigeants lui avaient mis sur les yeux [Libération].

Alors que les réactions aux propos de Madame Lagarde se poursuivent, la situation en Grèce ne cesse d'évoluer. Selon quatre instituts de sondage grecs, le parti de la Nouvelle Démocratie serait en tête aux élections du 17 juin [Le Figaro]. Lors des prochaines élections législatives, ce parti conservateur recueillerait entre 23,3 % et 25,8 % des voix. Il devancerait donc le parti radical de gauche, Syriza, dont le leader, Alexis Tsipras, vient de terminer sa tournée européenne.

Enfin, selon un autre sondage publié par Le Figaro, les Grecs seraient en grande majorité (82,4 %) pour un maintien dans la zone euro. La situation serait opposée en Allemagne où, selon Le Point, 60% de la population serait contre le maintien d'Athènes dans la monnaie unique.


Les autres titres de la presse en ligne

 

Commerce extérieur

L'Union européenne saisit l'OMC contre l'Argentine [Les Echos]

Culture

La dépression post-Eurovision [Euronews]

Elargissement

Grèce et Serbie, le retour des destins balkaniques [Slate]

Energie, environnement

Les négociations internationales sur le climat avancent sur la forme [Euractiv]

Etats membres

Le travail au noir en Espagne, une manne publique ignorée [Slate]

Euro, économie

Une majorité d'Allemands contre le maintien de la Grèce dans l'euro [AFP]

Institutions

La nouvelle aristocratie de Bruxelles [Presseurop]

Marché unique, entreprises

Croissance : les entreprises européennes commencent à regarder ailleurs qu'en Chine [Le Monde]

Relations extérieures

Ukraine : l’opposition multiplie les rassemblements [Euronews]

Société

Pourquoi la phobie de l'islam gagne du terrain [Le Monde]

Sport

Jeux olympiques : à quand une équipe d'Europe ? [Le Monde]



A lire sur

L'Europe de la semaine : Les Irlandais se prononcent par référendum sur le pacte budgétaire

 

Ailleurs en Europe


Presse francophone
Pour ses banques, Madrid pourrait avoir besoin d'aide [Le Matin]

Presse anglophone
 Abducted French reporter seen on TV [BBC News]

Presse germanophone
EU-Ratspräsident: Erdgas könnte Zypern wieder vereinen [Handelsblatt]

‎Presse espagnole
 FARC anuncia que periodista francés se entregó para no morir [La Vanguardia]

Presse italienne
Vertice Ue: a giugno project bond e Bei più forte. Scontro aperto (e nulla di fatto) sugli Eurobond [il Sole 24 Ore]