Derniers articles publiés

Revue de presse : La Hongrie dans le viseur de la Commission européenne

Revue de presse 04.01.2012

Alors qu'une manifestation à Budapest contre la nouvelle constitution et le gouvernement a rassemblé entre 70 000 et 100 000 personnes lundi, les critiques européennes à l'encontre de ce que certains appellent "la dictature d'Orban" se font de plus en plus virulentes.

La visite de la Commission européenne et du Fonds monétaire international (FMI) en Hongrie, destinée à l'aider à surmonter ses difficultés économiques par l'octroi d'une aide financière évaluée entre 15 et 20 milliards d’euros, a été interrompue le 16 décembre dernier. Au pouvoir depuis avril 2010, Viktor Orban n'a pas pris en compte la demande par lettre du président de la Commission européenne José Manuel Barroso de retirer ses projets controversés de réforme de la banque centrale nationale jugés préjudiciables à son indépendance, nous explique Le Point.

"Pour l’instant, le FMI et la Commission n’ont pas encore décidé s’ils retourneraient à Budapest pour entamer ces discussions", a déclaré hier un porte-parole de la Commission, Olivier Bailly, selon l’AFP. Il a expliqué que "l'un des éléments-clés de notre évaluation n'est pas seulement financier, mais concerne aussi l'environnement légal nécessaire pour assurer la stabilité financière de la Hongrie". La Commission est donc en train d'évaluer les nouveaux textes pour voir s'ils sont conformes au droit européen.

Dans une déclaration sur la chaîne de télévision française I-télé, le chef de la diplomatie française, Alain Juppé a déclaré, qu'"il y a problème aujourd'hui en Hongrie," avant d'ajouter qu'"il appartient à la Commission européenne de vérifier que ces nouveaux textes constitutionnels respectent ce qui fait le bien commun de tous les pays de l'Union européenne, c'est-à-dire l'Etat de droit et le respect des grandes valeurs démocratiques".

La Commission est donc en train de procéder à un examen juridique approfondi des nouvelles lois constitutionnelles, comme en témoigne la déclaration d'Olivier Bailly : "Nous devons traiter la Hongrie d'une manière qui respecte le droit communautaire". Cet examen devrait être achevé en fin de semaine, et le collège des commissaires n'évoquera donc pas la question avant la semaine prochaine. Ce premier pas pour une possible procédure d'infraction prendrait de toute façon quatre ou cinq mois avant d'aboutir, nous rapportent Les Echos.

 

Les autre titres de la presse en ligne

Concurrence

L'Etat français, SeaFrance et le droit de l'UE [Touteleurope]

 

Elargissement

Référendum UE : la ministre des Affaires étrangères appelle à voter oui [Romandie]

 

Energie, environnement

Le financement d'ITER menace l'innovation et la recherche européennes [EurActiv.fr]

Etats membres

Le spectre d'une démission agité devant le président allemand [RTBF]

 

Euro, économie

2012 ne peut pas être pire que 2011 [Presseurop]

 

Institutions

Le Belge Peter Praet désigné économiste en chef de la BCE [Le Monde]

Relations extérieures

Algérie/UE: accord sur l'énergie? [AFP]