Derniers articles publiés

Revue de presse : La Grèce vers de nouvelles élections législatives

Revue de presse 10.05.2012

Hier, Alexis Tsipras a renoncé à former un gouvernement de coalition qui aurait regroupé les forces de gauche opposées à l'austérité, faute d'atteindre la majorité au Parlement. Après la Nouvelle Démocratie et Syriza, cette tâche incombe maintenant au PASOK, mais l'échec semble ici aussi très probable. Par conséquent, les Grecs pourraient être rappelés aux urnes dès le mois de juin, pour essayer de sortir de l'impasse.

Les élections législatives du 6 mai ont dessiné un parlement très morcelé, sans majorité distincte. Les deux partis traditionnels n'ont pas réussi à dépasser les 150 sièges et ont donc renoncé à former un gouvernement. Alexis Tsipras, chef du parti de la gauche radicale Syriza n'a pas eu plus de succès, ne réussissant pas à s'entendre avec le Parti communiste grec (PKK) et avec la Gauche démocratique, rapporte l'AFP.


Par conséquent, les futures élections, explique le sociologue Thanos Dokos, interrogé par la Tribune, "seront encore plus cruciales que celles de dimanche car les délais dont la Grèce disposait auront été épuisés". "Les électeurs ont voulu punir certains partis du pouvoir, ils ont protesté contre certains choix qui avaient été faits (…) et ma plus grande inquiétude est qu'il ne se dégage pas lors des prochaines élections une décision précise, et qu'on entre à nouveau dans une période ingouvernable où le pays se verrait poussé hors de la zone euro".

Ce pessimisme n'est toutefois pas tout à fait partagé par Ghikas Hardouvélis, directeur des Affaires économiques au cabinet de Lucas Papademos, qui estime que les Grecs vont s'apercevoir que les partis centristes sont la seule alternative pour rester dans la zone euro. En outre, M. Hardouvélis estime qu'une "sortie de la zone euro serait une régression vers les années 50, avec des politiciens corrompus" [Le Point].

Alors que le leader de Syriza a déclaré souhaiter rencontrer François Hollande pour infléchir la politique de rigueur et discuter des possibilités de croissance, la solution au blocage politique grec semble rester entre les mains de l'Europe. Si Wolfgang Schäuble, ministre allemand des Finances, a répété que la Grèce devait honorer ses engagements pour rester dans la zone euro, l'Europe a néanmoins tendu la main en direction d'Athènes, en débloquant immédiatement 4,2 milliards d'euros de financement, reconnaissant que "la Grèce a testé les limites de ce que la population peut supporter" [Les Echos].

 

Les autres titres de la presse en ligne

Agriculture, pêche

Quand 9 bénéficiaires de la PAC sur 10 échappent à l'obligation de transparence [AFP]

Construction européenne

Grèce : "Une sortie de la zone euro aggraverait les choses" [Le Point]

Elargissement

Élection présidentielle en Serbie : accord trouvé pour une coalition [AFP]

Emploi, affaires sociales

L'Allemagne remet en question son modèle [Le Monde]

Etats membres

Extrême droite et salafistes à couteaux tirés en Rhénanie-du-Nord-Westphalie [Le Monde]

Euro, économie

Le jour où la Grèce sortira de l'euro... [La Tribune]

Institutions

A Paris, le président du Conseil européen rencontre François Hollande puis Nicolas Sarkozy [AFP]

Libertés, sécurité, justice

Espagne : le juge Garzon veut casser le verdict de sa condamnation [AFP]

Sport

Le boycott de l’Euro 2012 toujours en suspens [Presseurop]

 

La Présidentielle vue de l'Europe


Presse anglophone
Socialists and Le Pen target disunited centre-right [Irish Times]

Presse germanophone
Hollande treibt Frankreichs Millionäre in die Flucht [Handelsblatt]

Presse espagnole
 El gobierno saliente francés asegura que no hay "sorpresas" en el presupuesto [La Vanguardia]


Presse italienne
 Francia: Marocco, ottimismo dopo elezione Hollande [ANSA]