Derniers articles publiés

Revue de presse : La France écope d'un sursis de deux ans, l'Allemagne face à la violence néo-nazie, le Congrès juif mondial s'inquiète de la montée antisémite en Hongrie

Revue de presse 06.05.2013

Déficit budgétaire : la France obtient un sursis de deux ansAu vu des perspectives économiques désastreuses de la France, la Commission européenne a accordé, vendredi 3 mai, un délai supplémentaire de deux ans à Paris pour réduire son déficit en-dessous de la barre des 3% du produit intérieur brut (PIB). Selon les estimations de l'exécutif européen, l'économie française devrait se retrouver en situation de récession d'ici la fin de l'année 2013 (-0,1% du PIB), avant un redémarrage craintif de la croissance en 2014. De la même manière, le déficit du pays, estimé à 3,9% fin 2013, devrait grimper à 4,2% l'année suivante. La courbe de la dette publique devrait suivre la même évolution passant de 94% du PIB en 2013 à 96,2% en 2014. Enfin, le taux de chômage croissant de la France inquiète également la Commission européenne. Estimé à 10,6% en 2013, il devrait frôler la barre des 11% dès l'année suivante (10,9%) [NouvelObs].


Outre-Rhin, la nouvelle n'a pas été accueillie sans indifférence. Plusieurs membres des partis conservateur et libéral de la coalition gouvernementale au pouvoir, ont exprimé leurs inquiétudes et désaveux à cet égard. Rainer Brüderle, membre du parti libéral (FDP) qualifie la France de "bombe à retardement au cœur de l'Europe" [Latribune.fr]. De son côté, Michael Stübgen, député en charge des Affaires européennes au sein du groupe conservateur (CDU) du Parlement allemand "ne constate pas que la France entreprenne des réformes. Allonger le délai, c'est simplement dire, continuez comme cela", a-t-il déclaré à l'hebdomadaire Focus. Enfin, Alexander Dobrindt, secrétaire général de la CSU (parti conservateur bavarois), exprime également son mécontentent à l'égard de la décision de la Commission européenne et du manque d'engagement de la France, jugeant qu'il n'est pas normal d'accorder de "bonus spécial pour la politique d'échec" menée par le gouvernement français [Latribune.fr].


Ouverture du procès de Beate Zschäpe à Munich


Le nom de Beate Zschäpe fait la Une des journaux ce matin. Cette marginale néo-nazie, accusée d'une dizaine de meurtres à caractère raciste, comparaît à partir d'aujourd'hui à Munich. Membre de la NSU, un groupuscule néo-nazi, la jeune femme a fait partie d'un trio meurtrier, baptisé "Action brochette de kebabs", qui entre 2000 et 2006 a sauvagement assassiné huit Turcs, un Grec et une Allemande. Ses deux acolytes (Uwe Böhnhartd et Uwe Mundlos) s'étant suicidés en novembre 2011, Beate Zschäpe sera la seule survivante à comparaître lors de ce procès. Présents également sur le banc des accusés, quatre complices qui auraient participé à l'assassinat de ces dix personnes [Libération/AFP].

Dans L'Express, la journaliste Blandine Milcent pointe "les graves dysfonctionnements d'un appareil d'Etat impuissant à lutter contre une structure terroriste clandestine". Durant plus de dix ans, l'enquête sur les meurtres a "piétiné", les autorités allemandes estimant que ceux-ci étaient "seulement" des règlements de comptes entre commerçants. La journaliste estime que les enquêteurs ont positionné les familles des défunts dans "la situation d'accusés devant défendre l'honneur de leur proche disparu". Selon elle, les violences néonazies sont largement minimisées en Allemagne alors qu'elles constituent un grave problème de sécurité intérieure outre-Rhin.


La communauté juive s'inquiète d'un antisémitisme rampant en Hongrie


Pour le Congrès juif mondial, le choix du lieu paraissait évident. L'organisation religieuse a choisi la ville de Budapest, en Hongrie, pour tenir sa 14e assemblée générale. Selon Euronews, il s'agit d'exprimer "la solidarité du Congrès avec les juifs hongrois face à la montée de l'antisémitisme dans le pays". L'ascension du parti nationaliste Jobbik inquiète particulièrement la communauté juive de Hongrie. Rassemblés dans la capitale pour l'ouverture du Congrès juif mondial, les militants du parti ont écouté attentivement le discours de leur chef, expliquant que "la spécificité de la Hongrie n'était pas seulement d'être la nation la plus antisémite d'Europe, mais aussi celle qui refuse de lécher les pieds des Juifs, comme le font les autres Européens".

Invité au Congrès, le Premier ministre Viktor Orban a prôné " la tolérance zéro" à l'encontre des agressions antisémites qui se multiplient depuis plusieurs mois dans le pays. Réagissant à ce discours, le Congrès juif a critiqué le manque de clarté du chef du gouvernement au sujet des liens entre son parti et la frange d'extrême-droite Jobbik. Certains membres de l'organisation demandent également un renforcement de la législation contre les auteurs d'actes antisémites [Le Parisien/AFP].

A lire sur



L'Europe et vous : La Commission lance le "mois européen du cerveau"

Les autres titres de la presse en ligne

Agriculture, pêche

Terres agricoles : la ruée vers l'Est et ses ratés [Le Monde]

Budget

En Europe, la priorité n'est plus à l'assainissement budgétaire à tout prix [Le Monde]

Construction européenne

Hollande : "Il n'y a pas d'animosité personnelle entre Merkel et moi" [Le Monde]

Emploi, affaires sociales

Un institut allemand dénonce le « tourisme des prestations sociales » des Roms [Euractiv.en]

Energie, environnement

L’Ukraine veut devenir un « centre énergétique » pour l’Europe [Euractiv.en]

Etats membres

La Pologne fête sa Constitution, la première en Europe [Euronews]

Euro, économie

Le Portugal accentue l’austérité et sabre dans les dépenses sociales [Libération/AFP]

Finance

Barnier appelle à la réalisation rapide de l'union bancaire [Libération/AFP]

Institutions

La “Fête de l’Europe” attire 18.000 visiteurs [Euronews]

Libertés, sécurité, justice

Allemagne: trois néonazis, dix meurtres et treize ans de cavale [L'Express]

Marché unique, entreprises

Les grandes entreprises tentées de délaisser l'Europe qui les pénalise [Le Figaro]

Relations extérieures

Syrie : la position américaine trouve un écho auprès des Vingt-Sept [Le Monde]

Transports

Belgique : des gaz toxiques s‘échappent d’un train accidenté [Euronews]

Ailleurs en Europe

Presse anglophone

 Kosovo organ trafficking scandal widens [The Independent]


Presse germanophone

Schulen: Politiker diskutieren mit Schülern über Europa [Focus]

Presse francophone

 Budapest: Viktor Orban prône "la tolérance zéro" contre l'antisémitisme [RTBF]