Derniers articles publiés

Revue de presse : Grèce : de nouvelles économies exigées pour obtenir l'aide de la zone euro

Revue de presse 15.02.2012

La réunion des ministres des Finances de la zone euro qui devait avoir lieu aujourd'hui et permettre à Athènes de recevoir la deuxième tranche du plan d'aide de 130 milliards d'euros, est finalement reportée à lundi, et laisse place à une simple conférence téléphonique.

Pour justifier ce nouveau délai, Jean-Claude Juncker, qui préside l'Eurogroupe, a mis en avant la nécessité de réaliser de "nouveaux travaux techniques entre la Grèce et la troïka" et ce "dans plusieurs domaines notamment pour combler le trou budgétaire de 325 millions d'euros en 2012 et concernant l'analyse de la soutenabilité de la dette", nous rapporte Le Figaro.

Ce report constitue un nouveau coup dur pour le pays, qui a voté dimanche le programme d’austérité exigé par ses créanciers publics. Athènes devait trouver avant aujourd'hui 325 millions d’euros d’économies supplémentaires dans son budget 2012. Selon des médias grecs, une partie de cette somme proviendra d’une réduction d’environ 10% des salaires des régimes spéciaux (militaires, policiers, juges, diplomates, universitaires, etc.) et une autre d’une réduction du budget des ministères, dont celui de la Défense, explique l'AFP.

A l'issue d'une réunion qui s'est tenue hier, destinée à préparer l'Eurogroupe, il est apparu selon une source ayant participé à la discussion que "Le processus est plus long que prévu, tous les éléments ne sont pas encore en place". L'Eurogroupe veut également s'assurer de la fiabilité des promesses faites par la Grèce. Pour le parti socialiste, l'ancien premier ministre Georges Papandreou a donné sa promesse écrite. Par contre il manquait encore hier soir celle du chef de la Nouvelle démocratie, le parti conservateur, nous rapporte RTBF. Cet engagement écrit devrait intervenir aujourd'hui.

Mais c'est encore la question de la participation de la Banque Centrale Européenne (BCE) dans l'opération d'allègement de la dette d'Athènes, pour compléter l'effort des créanciers privés, qui pose problème. Selon une source européenne, il y a "un désaccord" entre la BCE et la Commission européenne sur le fait de savoir s'il faut conserver l'objectif d'un niveau d'endettement public grec ramené à 120% du PIB grec en 2020, contre 160% aujourd'hui, ou si l'on peut le laisser atteindre un niveau plus élevé, par exemple 125%, d'après l'AFP.

Le commissaire européen aux Affaires économiques Olli Rehn a mis en garde contre "des conséquences dévastatrices", non seulement pour Athènes mais pour l'Europe entière, d'un défaut de paiement grec.

Les autres titres de la presse en ligne

Concurrence

Bruxelles et Washington approuvent le rachat de Motorola Mobility par Google [AFP]

 

Construction européenne

"L'union monétaire n'est que le début de l'union politique" [Libération]

 

Energie, environnement

Infrastructures stratégiques: Bruxelles fustige la pingrerie des Etats [AFP]

 

Etats membres

Plus d'Europe et de réformes: Parisot dévoile ses priorités aux candidats [AFP]

 

Euro, économie

L'Europe surveille la Belgique, plus assez compétitive [RTBF]

 

Régions

László Andor : «Il serait malheureux de cliver le débat en fonction des riches et des pauvres» [EurActiv.fr]

 

Relations extérieures

Kosovo: les Serbes du nord défient Belgrade et l'UE lors d'un référendum [AFP]

 

 

A lire sur

 


Un nouvel appel en faveur d'une stratégie européenne sur les sans-abri

 

 

Ailleurs en Europe

Presse anglophone

EU airline charge hurts climate fight-China, India [Reuters]

Presse germanophone

EU-Studie Ein Dutzend EU-Länder gilt als instabil [FAZ]

Presse espagnole

La banca española sigue enganchada a la liquidez del BCE [El País]


Presse italienne

Riconciliare gli europei con l'Europa per una stabile uscita dalla crisi ‎[Corriere della Sera]