Derniers articles publiés

Revue de presse : Grèce : confiance quant à l'effacement d'une partie de la dette, qui doit s'achever ce soir

Revue de presse 08.03.2012

C'est une journée décisive pour la Grèce, puisque le processus d'échange de sa dette, négociée depuis six mois entre le gouvernement et ses créanciers (banques, compagnies d'assurance et autres créanciers privés), se déroule en ce moment même, et doit permettre d'effacer 107 milliards d'euros d'emprunts consentis à Athènes.

Les créanciers privés ont jusqu'à ce soir, 21h, pour manifester leur volonté de participer à l'offre d'échange de dette, les résultats devant être annoncés demain. Les membres de l'Eurogroupe devraient se réunir par téléphone suite à cette annonce, afin de faire le point sur les premiers résultats, avant que ne soient organisées de nouvelles réunions lundi, qui pourraient déboucher sur la livraison des nouveaux titres reçus par les porteurs, explique Le Point.

L'optimisme est de mise, déjà à la veille de la clôture, les autorités se montraient confiantes, que ce soit à Paris ou à Bruxelles, tandis que selon l'agence Bloomberg, les soutiens déclarés totalisent 60 % des titres ce matin, rapporte Le Figaro. La Grèce vise 90 % de participation. Pour éviter la situation du défaut de paiement, un minimum de 75 % doit être atteint, à défaut de quoi l'économie européenne et mondiale serait ébranlée.

En effet, si Athènes ne reçoit pas de fonds avant le 20 mars, la Grèce ne sera pas en mesure d'honorer 14,5 milliards d'euros de dettes arrivant à échéance et fera défaut. L'Institut de la finance internationale (IIF) chiffre à 1 000 milliards d'euros les conséquences d'une telle banqueroute grecque pour l'économie de la zone euro.

Les grands noms de l'IIF qui participent au plan grec s'apprêtent donc à perdre 73 % de la valeur de leur prêt. Le commissaire européen aux Affaires économiques et financières, Olli Rehn, a insisté sur le fait "qu'une pleine participation est nécessaire pour que le programme grec se poursuive", cite
Reuters. Le représentant des créanciers privés d'Athènes et conseiller du président de BNP Paribas, Jean Lemierre, estime pour sa part que "le succès de l'offre est dans l'intérêt de tous. De la Grèce bien sûr, de la zone euro, mais aussi des créanciers privés."

Les autres titres de la presse en ligne

Commerce extérieur

De la Chine à la Russie, les mesures protectionnistes se multiplient [Les Echos]

 

Culture

L'Arménie refuse de participer à l'Eurovision 2012 en Azerbaïdjan [RTBF]

 

Emploi, affaires sociales

 Au rythme actuel, il faudra 40 ans pour parvenir à 40 % de femmes dans les conseils en Europe [Les Echos]

 

Energie, environnement

Eau : les Etats font la course aux dérogations [EurActiv.fr]

 

Etats membres

La fraude à la TVA représente10 milliards d’euros [Le Monde]

 

Euro, économie

Grèce: les banques et autres créanciers privés vont-ils aider leur pays? [RTBF]

 

Fiscalité

Bruxelles veut insuffler de la concurrence dans le système de règlement livraison [Les Echos]

 

Libertés, sécurité, justice

Google: une sanction des utilisateurs(UE) [Le Figaro]

 

Marché unique, entreprises

L'auto en appelle à l'Europe pour se restructurer [Le Figaro]

 

Relations extérieures

Syrie : la Russie reste inflexible [Le Point]

 

A lire sur