Derniers articles publiés

Revue de presse : Désaccords sur le sauvetage de Chypre, soutien logistique britannique au Mali et réactions aux propos de Michel Sapin sur la faillite de la France

Revue de presse 29.01.2013

Les Européens se déchirent autour de la crise bancaire chypriote La Russie s'immisce dans le débat sur le sauvetage de Chypre. Dmitri Medvedev a déclaré hier que son pays pourrait soutenir financièrement l'île de Chypre, en complément du plan d'aide que devrait apporter la troïka européenne dans les prochains jours. Tout en proposant un prêt russe à hauteur de 2,5 milliards d'euros sur cinq ans, le Premier ministre a rappelé que Chypre et l'Union européenne devaient "assumer la part la plus importante d'un éventuel plan de sauvetage" [Le Monde/Reuters].


Pendant ce temps, certains pays européens rechignent toujours à accorder le moindre euro au gouvernement chypriote, durement affecté par l'exposition de ses banques aux titres de dette grecque. L'Allemagne attend notamment que Chypre s'engage à lutter contre le blanchiment d'argent et les flux financiers douteux circulant entre l'île et le voisin russe. De plus, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a récemment remis en cause le caractère dangereux de la situation économique chypriote vis-à-vis de l'ensemble de la zone euro [Les Echos].

Comme le souligne Le Figaro, le bras de fer chypriote constitue un premier test pour le nouveau président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, qui essaiera de concilier les opinions divergentes et de faire voter un plain d'aide indispensable pour l'île de Chypre.

Le Royaume-Uni soutient militairement la France au Mali

Selon les informations fournies par l'AFP, David Cameron envisagerait d'envoyer "200 militaires en Afrique de l'Ouest, dont plusieurs dizaines au Mali", pour soutenir la France dans son combat contre les insurgés islamistes et entraîner les forces africaines présentes sur le terrain. Même si le Premier ministre britannique tient à démentir toute rumeur autour de l'envoi de forces combattantes, l'appui du pays à l'opération française représente un avancement majeur dans la gestion du conflit malien, après plusieurs jours d'atermoiements au sein de l'Union.

En parallèle, de nombreux dirigeants africains et internationaux se réunissent aujourd'hui à Addis-Abeba, lors d'une conférence de donateurs visant à financer "le déploiement de la force africaine au Mali et la restructuration de l'armée malienne" [Le Point]. L'enjeu de cette conférence est notamment de déterminer le poids financier de chacun des acteurs dans le budget de déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma). L'Union européenne a d'ores et déjà garanti le versement de 50 millions d'euros, une dotation bien faible comparativement au coût total de cette mission, estimé à 700 millions de dollars.

La France en "faillite" ?

Les déclarations récentes du ministre français du Travail, Michel Sapin, ont fait tache d'huile. Ce dernier a affirmé dimanche, sur Radio J, (tout comme François Fillon plusieurs années avant lui), que la France était "un Etat totalement en faillite" [L'Expansion]. Se justifiant sur cet écart, le ministre affirmait quelques instants plus tard que cette situation dramatique était "la cause de la mise en place des programmes de réduction des déficits, fondamentaux pour le financement de l'économie française et la création d'emplois" [Le Figaro].

A la suite de ces déclarations, Pierre Moscovici a tenté hier de calmer le jeu, et de dissiper les craintes exprimées autour de l'usage abusif de ce terme de "faillite". Affirmant que cette phrase était "une image", le ministre de l'Economie a néanmoins rappelé que la situation des finances publiques restait "préoccupante", mais que la France était toujours un pays solvable et "crédible" économiquement, pouvant se refinancer à des taux très bas sur les marchés [L'Express].

Le Figaro
souligne cependant que cette déclaration surprenante de Michel Sapin met le doigt sur certains problèmes structurels du pays, tels que le déséquilibre continu des finances publiques depuis 1973, ainsi que l'accroissement de la dette et du taux de chômage depuis deux ans.

Les autres titres de la presse en ligne

Agriculture, pêche

Libéralisation des vignes : des tensions persistent [Euractiv]

Budget

UE : Martin Schulz plaide pour un budget européen "ambitieux" [Le Point/AFP]

Commerce extérieur

Berlin et New Delhi veulent avancer vers un accord de libre-échange UE-Inde [Les Echos]

Construction européenne

Que vive l'Europe sans le Royaume-Uni ! [Les Echos]

Emploi, affaires sociales

Les chômeurs suédois invités à travailler en Grèce et en Espagne [Les Echos]

Energie, environnement

Les projets de parcs éoliens en mer hors course à cause de la récession [Euractiv/Reuters]

Etats membres

La reine Béatrix va abdiquer ce soir en faveur de son fils [Le Figaro/Reuters]

Euro, économie

La taxe Tobin européenne inquiète le monde obligataire [Les Echos]

Marché unique, entreprises

PSA arrête de produire en Slovaquie [Le Monde/AFP]

Recherche, sciences

L'Union européenne alloue deux milliards d'euros à la recherche [Les Echos]

Relations extérieures

Guerre au Mali : L’Europe part en guerre les yeux bandés [Presseurop]

Santé publique

L'Agence européenne accepte de réexaminer le dossier des pilules [Les Echos]

Société

Bruxelles veut contrôler les extrémismes [Le Figaro/AFP]

Ailleurs en Europe

Presse anglophone

Dijon sells wine to fund social spending [Telegraph]


Presse germanophone

 Die Eurokrise ist noch nicht gelöst [FAZ]

Presse espagnole

El Gobierno abre la puerta a flexibilizar el déficit a las autonomías [La Vanguardia]


Presse italienne

In cerca di Super Internet [La Stampa]


Presse francophone
La Commission européenne veut protéger les abeilles sans bannir les pesticides [RTL.be]