Derniers articles publiés

[Revue de presse] Covid-19 : les pays européens poursuivent le déconfinement mais redoutent une deuxième vague

Revue de presse 27.04.2020

Dimanche 26 avril, l'Italie, l'Espagne et la France ont enregistré leur plus faible nombre de décès du coronavirus depuis le mois de mars. Une tendance encourageante, mais toujours fragile et menacée de s'inverser après la sortie du confinement.

Une femme fait son marché en Suède, pays où les mesures de confinement sont particulièrement souples / Crédits : istockphoto - Alexander Farnsworth

Une femme fait son marché en Suède, pays où les mesures de confinement sont particulièrement souples - Crédits : iStockphoto / Alexander Farnsworth

Une nette décrue, accompagnée d'un retour progressif à plus de liberté de mouvement : c'est le constat observé par la presse européenne après de longues semaines de confinement au matin du lundi 27 avril. Le Monde dresse un bilan chiffré encourageant : "En Espagne, la pandémie a fait 288 morts entre samedi et dimanche, soit le bilan quotidien le plus bas depuis le 20 mars. (…) L'Italie a enregistré dimanche 260 décès supplémentaires dus au virus, le bilan quotidien le plus faible depuis le 14 mars (175 morts)." En France, quatrième pays le plus touché par l'épidémie en Europe, le bilan de ce dimanche est de 242 morts, "en nette baisse" également, note Franceinfo.

L'étau du confinement se desserre en Europe

En parallèle de la baisse du nombre de victimes du Covid-19, les gouvernements européens poursuivent le déconfinement progressif de leurs populations. "Scooter, vélos, ballons de football et landaus remplissent à nouveau les rues" espagnoles, observe ainsi La Vanguardia. En Espagne, les enfants de moins de 14 ans ont en effet été autorisés dimanche 26 avril à ressortir dans les rues du pays entre 9 heures et 21 heures pour jouer ou se promener, pour la première fois depuis le 14 mars. Le gouvernement espagnol devrait annoncer les détails de son plan d'assouplissement mardi 28 avril [Ouest-France], alors que le confinement devrait se poursuivre jusqu'au 9 mai prochain au moins. Cette première étape illustre la levée progressive des mesures de confinement mises en place dans nombre d'Etats européens. "En Norvège, les enfants âgés de 6 à 10 ans reprennent le chemin de l'école", rapporte le média dans un autre article, tandis que "les cabinets médicaux, les salons de coiffure et de massages" rouvrent leurs portes en Suisse ce lundi 27 avril.

Mais ce regain de liberté ne garantit pas un retour immédiat à la normale. "Avec plus de 122 000 décès observés, l'Europe reste le continent le plus touché à ce jour", rappelle Le Monde. Le risque d'une recrudescence de l'épidémie est en effet toujours présent. En Allemagne, où les premières mesures de déconfinement ont été mises en place le 20 avril, la chancelière allemande Angela Merkel avait alerté ses compatriotes sur le danger d'un trop grand relâchement des mesures d'hygiène. Dix des seize Länder (régions) ont d'ailleurs rendu obligatoire le port du masque, et les règles de distanciation sociale sont toujours en vigueur.

Covid-19 : devant le recul de l'épidémie, le déconfinement s'organise avec prudence

La distanciation sociale pour éviter une deuxième vague

Le correspondant de France Télévisions à Berlin affirme néanmoins que "le relâchement ici est très net, à tel point qu'on ne peut plus vraiment parler de confinement", faisant craindre l'émergence d'une nouvelle vague outre-Rhin."Si l'on continue comme ça, la deuxième vague pourrait être plus violente que la première et on a vu dès le début de la semaine le rythme des nouvelles contaminations repartir sensiblement à la hausse. Et c'est dans ce contexte que certaines écoles commencent à rouvrir", s'inquiète ainsi Franceinfo dans un autre article.

"Immunité collective" : la stratégie des Pays-Bas et de la Suède contre le Covid-19 fait débat

Bien qu'il ait repris le travail lundi 27 avril, et que son pays ait connu une baisse "spectaculaire" du nombre de morts causées par le Covid-19 la veille (413 décès), le Premier ministre britannique Boris Johnson rappelle pour sa part dans The Guardian que "les mesures de distanciation sociale seront maintenues après la levée du confinement". En Grande-Bretagne, la situation reste alarmante, rappelle Franceinfo. Le décompte des morts en particulier est toujours imprécis : "Dimanche soir, on compte plus de 20 000 morts rien qu'en milieu hospitalier, c'est 30 % de plus qu'en France. Et si vous rajoutez les morts en maison de retraite ou à domicile, selon certaines sources, ce chiffre pourrait doubler."

Face à cette décrue fragile en Europe, certains pays jouent la prudence. L'Italie a annoncé la réouverture de ses usines le 4 mai prochain, mais a également annoncé que l'école ne reprendrait pas avant la rentrée de septembre [RTL]. En Belgique, pays où le taux de mortalité du coronavirus apparaît comme le plus élevé au monde (hors micro-Etats), seules les entreprises n'accueillant pas de public pourront rouvrir au 4 mai prochain, poursuit la radio. La prudence est donc de mise, d'autant que l'OMS a rappelé qu'il "n’existait aucune preuve qu’un patient guéri du Covid-19 soit immunisé" [Le Monde].

Les autres titres du jour

Covid-19

  • Victimes du Covid-19 : une association porte plainte contre X [Le Figaro]

Economie

  • L'Autriche ne compte pas autoriser les touristes étrangers [Le Soir]
  • Imposer des avoirs sur les vacances annulées, l'Union européenne dit non [Courrier International]
  • En Suisse, le déconfinement ravive les tensions [Le Temps]

Environnement

  • Aux Pays-Bas, le coronavirus attaque les visons [RFI]

Numérique

  • Coronavirus : en Autriche, pourquoi l'application de traçage est saluée par les ONG [RFI]

Politique

  • L'extrême-droite allemande suspend un de ses porte-parole qui se dit fier d'être "fasciste" [Le Monde]