Derniers articles publiés

[Revue de presse] Covid-19 : devant le recul de l'épidémie, le déconfinement s'organise avec prudence en Europe

Revue de presse 21.04.2020 Léo Lictevout

L'Italie, pays européen le plus touché par l'épidémie, a enregistré lundi 20 avril la première baisse du nombre de malades du Covid-19. Alors que le pays se prépare à une relance progressive de l'activité par région, ses voisins allègent prudemment leurs mesures de confinement.

A Francfort-sur-le-Main, en Allemagne, les commerces ont réouvert lundi 20 avril - Crédits : photoheuristic.info / Flickr CC BY 2.0

A Francfort-sur-le-Main, en Allemagne, les commerces ont réouvert lundi 20 avril - Crédits : photoheuristic.info / Flickr CC BY 2.0

Le lundi 20 avril a peut-être marqué un tournant dans la lutte contre le Covid-19 en Europe. "Pour la première fois depuis deux mois, le nombre de cas positifs de Covid-19 est en diminution" en Italie, se réjouit ainsi Franceinfo. L'hôpital de Bergame en particulier, longtemps dans l'œil du cyclone, n'a admis "aucun nouveau cas" hier, ajoute le média. A Naples, "il n’y a pas non plus eu de nouveaux décès depuis quatre jours, ni de nouveaux cas de contamination observés".

Autre chiffre marquant en Espagne, deuxième pays le plus touché par la maladie : "le bilan quotidien du nouveau coronavirus en Espagne est passé lundi sous la barre des 400 morts pour la première fois en quatre semaines", note Le Parisien. "La baisse du nombre des morts mais aussi des hospitalisations et des admissions en soins intensifs a soulagé le système de santé, débordé pendant des semaines". Outre-Manche enfin, "la pandémie du nouveau coronavirus a fait 449 morts supplémentaires au Royaume-Uni, soit le plus faible bilan quotidien publié depuis le 6 avril" [Le Soir avec l'AFP].

Retour à la normale ?

Ce ralentissement fait entrevoir la fin de la crise pour de nombreux pays européens. En Belgique, "le pic de mortalité imputée à cette épidémie pourrait (…) avoir été franchi" [Ouest-France avec Reuters], tandis qu'en Allemagne, "le gouvernement estime que l’épidémie est 'sous contrôle'", rapporte Franceinfo. "La date du déconfinement se rapproche", poursuit le média dans un autre article. L'Europe, "cloîtrée depuis des semaines, encore meurtrie par la pandémie", est en effet "impatiente de relancer son économie", commente Sud Ouest avec l'AFP.

Certains Etats sont désormais passés aux actes. En Allemagne, "de nombreux commerces ont rouvert lundi 20 avril" [Franceinfo]. "Après quatre semaines de fermeture, les centres-villes reprennent vie. Les librairies, les bibliothèques, les boutiques de vêtements peuvent rouvrir". En conservant toutefois certaines précautions : "dans un premier temps, seuls les commerces de moins de 800 mètres carrés ont le droit de rouvrir". Au Luxembourg, "les chantiers ont repris et les magasins de bricolage sont ouverts" depuis hier, marquant le début de la "phase 1" du déconfinement, explique Le Soir.

D'autres n'en sont pas encore à cette étape : "les autorités sanitaires belges ont annoncé ce lundi 20 avril réfléchir à la levée progressive du confinement", rapporte Ouest-France. Le gouvernement "a prolongé la semaine dernière les mesures destinées à freiner la propagation de l’épidémie jusqu’au 3 mai", après quoi un allègement est envisagé. Idem pour l'Espagne, dont le confinement court jusqu'au 9 mai. "Les enfants seront cependant autorisés à sortir pour la première fois pour prendre l'air à partir du 27 avril, dans des conditions qui restent à préciser", indique Le Parisien. Au Royaume-Uni enfin, "le confinement instauré le 23 mars a été prolongé d’au moins trois semaines jeudi et le gouvernement n’envisage pas encore d’en sortir", note Sud Ouest.

Coronavirus : ce que les Etats membres ont mis en place

Etape par étape, Etat par Etat

"Le déconfinement présente cependant des défis énormes", avertit Sud Ouest : "relancer progressivement l’activité, contenir les impatiences des populations enfermées, voire les risques d’explosion sociale, tout en prévenant une possible résurgence du virus et en préservant des systèmes sanitaires saturés". L'opération s'annonce donc "lente et délicate", estime le journal.

Cette inquiétude est partagée en Allemagne, où le pays "fait ses premiers pas vers un retour à la normale", explique Bloomberg. La chancelière allemande Angela Merkel a "averti qu'un débat public sur l'allègement des restrictions (…) risquait de déclencher une nouvelle vague d'infections", et de "détruire les progrès réalisés". Ainsi, les "lieux culturels, bars, restaurants, terrains de sports demeurent néanmoins fermés. Les grands rassemblements tels que les concerts ou compétitions sportives, sont toujours interdits, au moins jusqu’à fin août", indique Sud Ouest.

L'Allemagne procède par ailleurs à un déconfinement différencié par Etat, ou Land, rapporte Bloomberg. Cette piste est également privilégiée par le gouvernement italien : dans le Corriere della serra, le Premier ministre Giuseppe Conte explique qu'une réouverture totale et brutale "serait irresponsable", car elle "ferait monter la courbe de la contagion de manière incontrôlée et frustrerait tous les efforts que nous avons déployés jusqu'à présent". "À partir du 4 mai, nous commencerons par un programme national de réouverture qui tiendra compte des particularités territoriales", a-t-il déclaré. Le plan détaillé de cette sortie de confinement sera dévoilé d'ici la fin de semaine.

 

Les autres titres du jour

Allemagne

Economie

Fake news

Grèce

Hongrie

Italie

Pauvreté

Solidarité

Suède