Derniers articles publiés

Revaloriser les banlieues d'Europe

Actualité 02.12.2010

Avoir 20 ans… du 25 au 27 novembre le réseau Banlieues d'Europe fêtait son 20e anniversaire dans la capitale rhônalpine. Débats d'experts et de porteurs de projets venus de l'Europe entière (voir les interviews de Silvia Cazacu, Uli Glaëss, Giovanni Magnano et Malika Benarab-Attou), alternaient avec projection de films, représentations théâtrales et autres concerts. Sans angélisme, les intervenants ont réussi à démontrer que, hors du regard trop souvent négatif véhiculé par les médias et les politiques sur ces territoires finalement peu connus, la créativité culturelle et artistique des banlieues méritait d'être mise en avant.

 

Voir les témoignages d'Uli Glaëss, Silvia Cazacu, Giovanni Magnano et Malika Benarab-Attou (07'47)

 

 



Lieu de ressources incontournable de l’innovation culturelle et artistique en Europe installé depuis 3 ans à Lyon, Banlieues d’Europe  réunit 300 partenaires actifs et plus de 5000 contacts internationaux. Le réseau est constitué d’acteurs culturels, d’artistes, de militants, de travailleurs sociaux d'élus, et de chercheurs, ayant pour objectifs de croiser les pratiques, d’échanger des informations, de sortir de l’isolement pour valoriser les projets d’actions culturelles dans les quartiers défavorisés et auprès des populations mises au ban.

En savoir plus

On se rappelle du film d'Abdellatif Kechiche, "L'Esquive", dans lequel les jeunes d'une cité parisienne montent "Le jeu de l'amour et du hasard" de Marivaux pour la fête de leur lycée de banlieue… c'est par un autre retour aux classiques qu'a été inauguré jeudi 25 novembre le 20e anniversaire du réseau Banlieues d'Europe à Lyon : en chorégraphiant version hip-hop le Tartuffe de Molière, la compagnie Kadia Faraux a voulu montrer que l'hypocrisie et l'emprise de la religion dans la construction psychologique de la société étaient bien sûr toujours d'actualité. Le lendemain, le cinéaste Jean-Pierre Thorn présentait en avant-première son dernier film, "93 la belle rebelle", dans lequel rock n'roll croisent accordéon, punk et slam dans une pluralité de création musicales issues des banlieues depuis les années 1960…

Si le public était au rendez-vous de ce 20e anniversaire, les journalistes semblent avoir de leur côté boudé l'événement. Le même événement organisé en région parisienne aurait-il été davantage médiatisé ? Probable. Mais une autre raison est avancée par plusieurs participants : la créativité des banlieues les intéresserait malheureusement beaucoup moins que les faits pour lesquels on en parle généralement : violence, drogue, immigration et insertion sociale en échec… Selon l'écrivain Ricardo Montserrat, les politiques menées par l'ensemble des pays européens dans ces zones "mises au ban" de la société seraient ainsi pour grande partie des politiques "d'endiguement" ("contre" les banlieues et ses problèmes inhérents) plus que de développement…

Le budget européen dédié à la culture est de 400 millions d'euros sur 7 ans, soit environ 60 millions d'euros par an. D'autres dépenses européennes peuvent être consacrées aux banlieues : politique de cohésion sociale, fonds structurels…

 

Et pourtant ! Les témoignages d'acteurs européens engagés, venus de Bucarest, Dublin, Münich, Liverpool... reflétaient chacun à leur manière la richesse culturelle et artistique de ces quartiers périurbains et de leurs habitants. Optimistes ? L'avenir des banlieues, avec la crise économique et la montée de la xénophobie un peu partout en Europe, leur paraît bien sombre. Mais les potentialités existent, il reste alors à les dévoiler...

 

 

 

En savoir plus

 

Site de banlieues d'Europe