Derniers articles publiés

Réponse de Christian Philip à Marcel Gauchet : "le Parlement européen n'est pas une simple chambre d’enregistrement"

Actualité 20.01.2011

Toute l'Europe ouvre régulièrement ses pages à des politiques, des chercheurs, des historiens ou des artistes pour faire vivre le pluralisme dans le débat d'idées sur l'Europe. Lors d'un entretien le 6 janvier dernier, le philosophe Marcel Gauchet, tout en saluant le rôle de l'Union européenne dans la construction de la paix sur le continent, a sévèrement critiqué le Parlement européen, "simple chambre d'enregistrement". Nous publions la réponse de Christian Philip, Président du Mouvement européen-France, une association qui s'engage en faveur de la construction européenne.

Réponse de Christian Philip, Président du Mouvement européen-France


Marcel Gauchet a raison de nous mettre en garde contre le risque de totalitarisme pouvant résulter de la montée du populisme et des nationalismes dans le contexte de crise financière que nous vivons depuis 3 ans.

Je ne suis malheureusement pas certain que son optimisme concernant le maintien de la paix ("Quand bien même l’Europe politique irait mal, je crois que la paix serait garantie en Europe") soit fondé. L’Histoire nous montre que la paix est une exception. Les mêmes causes produisent les mêmes effets, pourquoi nous croire définitivement à l’abri de la guerre ? Il faut le faire comprendre aux jeunes générations, leur expliquer que seule une Europe forte sera une garantie.
Profitant de la sortie du troisième volume de L'avènement des démocraties de Marcel Gauchet, nous avons demandé au philosophe ce qu'il pensait de l'Union européenne. Selon lui, cette dernière joue un rôle non négligeable dans la construction de la démocratie et de la paix sur le continent, mais reste trop peu politique pour impliquer ses citoyens. Par ailleurs, si d'un côté l'idéologie libérale commence à s'essouffler en Europe, Marcel Gauchet craint que les extrémismes ne progressent quant à eux dangereusement... Voir l'entretien ici.

Marcel Gauchet a par contre raison de nous souligner combien nos concitoyens ne se sont pas appropriés l’union européenne telle qu’elle est aujourd’hui, combien la notion de citoyenneté européenne n’a guère de sens pour eux. Aller librement d’un pays à l’autre paraît désormais tellement naturel que personne ne pense à le mettre au crédit de la construction européenne.

Comment faire évoluer cette situation ? D’abord, affirmons qu’il y a urgence à la faire évoluer. En démocratie, une institution comme l’Union avec tant de compétences ne peut perdurer si les peuples européens la rejettent. Le nombre d’abstentions aux élections européennes bat tous les 5 ans un nouveau record. Tout referendum sur quelque sujet que se soit touchant à l’Europe a, dans quasiment chaque pays, le maximum de chances d’être négatif. Cela ne pourra continuer ainsi. Prenons-en conscience. Il y a péril en la demeure. Il y a urgence à agir.

Marcel Gauchet a raison d’insister sur le rôle du Parlement Européen mais il a tort de considérer celui-ci comme une simple chambre d’enregistrement. Le Parlement de Strasbourg a prouvé à plusieurs reprises son audace et sa capacité à proposer des solutions politiques alternatives et innovantes. Même si son rôle n’est pas toujours reconnu par les Etats membres et par les citoyens, il est et reste le lieu principal de la démocratie européenne. Il est à mon sens le levier du changement, le seul.

Tout se jouera en 2014, au prochain renouvellement. Il faut espérer que nous pourrons aller au bout de la logique du traité de Lisbonne. Il faut de véritables élections européennes. Les listes resteront certes nationales, mais ces listes doivent s’inscrire dans un regroupement européen (PPE, libéraux, PSE) avec chacun son candidat à la présidence de la Commission et son projet. Les électeurs doivent se rendre compte qu’ils auront à choisir le chef d’un exécutif européen et une feuille de route pour les cinq prochaines années. Alors l’Union européenne leur paraîtra un lieu de pouvoir et d’action et ils commenceront à se l’approprier.

"Un Parlement, c'est un lieu où les options significatives en présence s'affrontent sur le mode de la délibération : une proposition, une réponse, une objection, une contre-proposition... rien de tout cela ne se déroule dans le Parlement européen, personne ne sait ce qui s'y passe ! Il y a des débats dans les Parlements français, britannique, néerlandais... qui a jamais eu l'idée de se préoccuper d'une discussion au Parlement européen ? Le Parlement européen est une chambre d'enregistrement, on n'y discute pas politique."
Marcel Gauchet

 

Réussir 2014 doit être dès aujourd’hui la principale préoccupation de tous les Européens. Si l’on parvient à relever le défi, un nouveau départ sera possible. Dans le cas contraire, il faudra être inquiet. Je me refuse au pessimisme, aux solutions de rechange déjà esquissées par beaucoup ("un noyau dur" pour reprendre l’initiative). Je refuse de croire à une implosion toujours possible. Mais croire cette dernière impossible n’est pas réaliste.

L’Europe doit réussir car au-delà des valeurs qu’elle porte, elle est une nécessité pour que l’intérêt des Européens soit défendu dans le contexte de mondialisation. Et comme le dit l’adage populaire "nécessité fait loi". Mais cela ne viendra pas tout seul. Il est temps de se mobiliser.

Marcel Gauchet a raison dans l’analyse et le constat. Mais l’on ne peut plus en rester à ce stade. Sans dramatiser pour faire peur, il faut avoir conscience que l’Union européenne n’est pas un phénomène historique irréversible. Elle le deviendra seulement si les peuples européens se reconnaissent en elle. Et il y a urgence.

Christian Philip
Président du Mouvement Européen-France


En savoir plus :

Le Mouvement européen-France - site web de l'association 

Marcel Gauchet : "Parler de citoyenneté européenne n'a aucun sens !" - Toute l'Europe