Derniers articles publiés

Rentrée scolaire : cent millions de petits Européens sur le chemin de l’école

Actualité 03.09.2012

Septembre est le mois de la rentrée scolaire pour des milliers de jeunes Européens. Qu'il s'agisse d'une "scuola materna" (Italie), d'une Grundschule (Allemagne) ou encore d'un "ensino basico" (Portugal), tous les établissements scolaires d'Europe rouvrent leurs portes. Mais bien qu'elle soit de plus en plus harmonisée dans l’UE, l'éducation varie encore beaucoup d'un pays à l'autre.



À quel âge la première rentrée ?

Dans tous les 27 Etats membres, chaque pays prévoit un minimum d'année de scolarité obligatoire. Le plus souvent les élèves prennent le chemin de l'école à 6 ans, mais l'heure de la première rentrée change beaucoup d'un pays à l'autre. Pour un petit Luxembourgeois, par exemple, c'est à 4 ans qu'il faut préparer son cartable pour la première fois. En Bulgarie ou en Suède, par contre, les enfants peuvent attendre encore trois ans : la cloche de la rentrée sonnera quand ils auront 7 ans.

De la même façon, la durée de scolarité obligatoire n'est pas la même sur le Vieux Continent. Les élèves doivent rester au moins neuf ans dans le système éducatif national, mais dans quatre Etats membres ce chiffre atteint 13 ans. C'est le cas en Allemagne, en Hongrie, aux Pays-Bas et en Pologne. Dans trois pays, en outre, l'Etat permet aux élèves de terminer leur parcours scolaire avec une période de part-time ou de travail en alternance. Les Belges, les Allemands et les Polonais bénéficient de ce système éducatif dont les résultats s’avèrent très positifs.

Des centaines d'heures passées en classe

Dépenses d'éducation dans l'UE

Les 27 Etats membres dépensent en moyenne 5,07% de leur PIB pour l'éducation nationale. Mais ce chiffre varie d'un pays à l'autre. La France consacre 5,58% de son PIB à l'éducation.

Les trois premiers investisseurs

Danemark : 7,75%
Chypre : 7,41%
Belgique : 6,45%

Les trois derniers investisseurs

Slovaquie : 3,59%
Rép. Tchèque : 4,08%
Allemagne : 4,55 %

(Données 2008)


Comme l'âge de la première rentrée, l'emploi du temps diffère beaucoup d'un pays à l'autre. Au Luxembourg, par exemple, les petits qui viennent d'entrer à l'école, y passent la plupart de leur temps : plus de 1000 heures de cours par an (deux fois plus qu'en Bulgarie). En France, les élèves qui fréquentent la première année de l'école primaire ont 864 heures de cours par an, plus qu'en Lettonie (515) mais moins qu'au Portugal (936).

Les horaires changent également. Les Espagnols démarrent l'école à 8h30 le matin et ils n'en sortent qu'à 17h, alors qu'en Allemagne les élèves peuvent rentrer chez eux entre 13h et 13h30 et consacrer leur après-midi à des activités sportives. Les petits Français ne vont à l'école que 4 jours par semaine, alors qu'en Italie l'école primaire peut durer même 6 jours par semaine.

Le rythme de la journée et de la semaine ont évidemment des conséquences sur la durée des vacances. Les Espagnols ont, par exemple, 11 semaines de vacances en été, deux à Noël, deux au printemps et trois jours lors du carnaval. Les Italiens ont moins de vacances pendant l'année mais presque trois mois de liberté pendant l'été : du 10 juin au 10 septembre, les écoles italiennes sont fermées. En Grèce enfin, les vacances d'été sont les plus courtes d'Europe : elles ne durent que six semaines.

Des résultats différents

Tous les trois ans, l'OCDE publie le classement PISA. Il s'agit d'une vaste étude sur les élèves de 75 pays différents. Des millions de filles et de garçons âgés de 15 ans sont notés sur leurs compétences mathématiques, scientifiques et la lecture.

Le dernier classement PISA, publié en 2009, a élu la Finlande à la tête des pays européens. Les Pays-Bas, la Belgique ou encore la Norvège figurent également parmi les Etats dont les résultats PISA sont supérieurs à la moyenne de l'OCDE. Au contraire, la Roumanie, la Bulgarie et la Lituanie se classent plutôt vers le fond du classement : leurs résultats sont toujours inférieurs à la moyenne.

En savoir plus

 

Résultats du PISA 2009 : Synthèse (PDF) – OCDE

Eurydice

Données Eurostat sur l'éducation et la formation