Derniers articles publiés

Renforcer le droit des victimes : un credo européen, par Viviane Reding

Actualité 18.05.2011

Commissaire européenne chargée de la justice, des droits fondamentaux et de la citoyenneté, Viviane Reding présente aujourd’hui des propositions législatives visant à assurer partout dans l’Union des droits de base aux victimes de vol avec violence, agression, viol, harcèlement, attaque terroriste ou trafic d’êtres humains. Dans une tribune publiée par Toute l'Europe, elle explique l'importance d'une protection européenne des victimes.

Par une belle soirée de printemps, vous allez prendre le métro après un bon film. Soudain, deux individus vous sautent dessus. L'un vous assène un coup sur la tête tandis que l'autre vous fait les poches. Ils prennent la fuite. Vous vous relevez et, titubant sous le choc, vous vous rendez compte que vous n'avez plus ni portable, ni portefeuille. En quelques secondes, une agréable soirée s'est muée en cauchemar.

Tous les jours en Europe malheureusement de tels drames ont lieu. Tous les ans, plus de 75 millions de personnes – soit quelque 15 % de la population totale de l'Union européenne  -  sont victimes d'actions criminelles sérieuses.
Aujourd'hui, le traitement et la protection de victimes varient singulièrement d'un pays à l'autre. Après un crime violent, certaines personnes ne voient jamais d'avocat  ou ne peuvent pas compter sur les services d'un interprète lorsqu'ils témoignent contre un agresseur qui a commis un acte criminel dans un autre pays de l'Union. Vers qui se tourner  pour trouver soutien, protection ou aide dans les méandres du système judiciaire? Quels sont les droits des victimes dans chacun des pays ?

La Commission européenne a une réponse : des normes minimales partout dans l'Union, qu'il s'agisse d'un accident de la route dans le Sud de la France, d'un vol avec violence dans les rues de Barcelone, Liverpool ou Hambourg. Les mesures que nous proposons aujourd'hui vont créer un niveau commun de protection à travers l'Union et permettre aux victimes d'actes criminels de faire valoir leurs droits.

Quel que soit le motif de l'agression - vol avec violence, cambriolage, viol, harcèlement, crime haineux, attaque terroriste ou trafic humain – chaque victime a besoin des mêmes réconforts.

Les victimes d'actes criminels devraient être traitées avec respect et avec sensibilité. Elles devraient bénéficier d'un soutien médical, psychologique, juridique et pratique. Les victimes devraient être à même de témoigner devant un tribunal, sans crainte d'intimidation de la part de l'agresseur.
Que se passe-t-il lorsqu'une femme est harcelée et obtient une ordonnance d'éloignement ? Cette ordonnance est-elle valable si elle s'établit dans un autre pays de l'Union ? La Commission assurera que ce soit bien le cas, même si la victime traverse les frontières.

Les victimes d'actes criminels veulent que justice soit faite. Elles veulent pouvoir tourner la page et mener à nouveau une vie normale. Cela implique qu'elles soient informées de la date du procès, remboursées de leurs frais de voyage et bénéficient d'interprétation et de traduction pendant les procédures judiciaires.
L'histoire de l'Union européenne montre que nous pouvons changer vraiment le sort des citoyens en travaillant ensemble. Cette fois, nous concentrons nos efforts sur les victimes afin de leur assurer l'aide nécessaire, le respect et les droits qu'elles méritent. Réaliser tout cela renforcera la confiance des citoyens dans la justice et les systèmes judiciaires à travers l'Europe.

Et même si nous ne pouvons jamais effacer les souffrances ou les pertes subies, nous pouvons réduire les frustrations et la confusion des victimes d'un acte criminel. Les victimes d'abord : voilà l'objectif. Elles le méritent largement.


Viviane Reding



En savoir plus

Site Internet de Viviane Reding - Commission européenne