Derniers articles publiés

Régine Vial : "85 % des films primés à Cannes, Venise et Berlin ces six dernières années ont été distribués par des indépendants, membres du réseau"

Actualité 14.05.2007

Régine Vial est vice-présidente d'Europa distribution. Cette association créé en mai 2006 et présidée par le réalisateur Robert Guédiguian et composée d'une cinquante de distributeurs de 18 pays d'Europe, milite en faveur de la reconnaissance du statut de distributeur indépendant.




Il y a un an, Europa distribution, dont vous êtes la vice-présidente, a été créé à l'initiative de distributeurs indépendants français. Quelles sont ses missions ? 


Europa Distribution représente aujourd'hui 56 distributeurs dans 18 pays européens. Ces distributeurs partagent les mêmes inquiétudes et les mêmes aspirations. Ils portent aujourd'hui la plupart des grands auteurs européens, et sont avides de découverte et de soutien aux auteurs de demain.

85 % des films primés à Cannes, Venise et Berlin ces six dernières années ont été distribués par des indépendants, membres du réseau.

Le premier objectif d'Europa Distribution est la mise en réseau des distributeurs indépendants pour consolider l'industrie cinématographique européenne, renforcer la circulation des œuvres par la création d'un véritable espace cinématographique européen, et favoriser l'accès aux nouvelles technologies et l'exploitation numérique des œuvres européennes.

Europa Distribution cherche aussi à promouvoir le travail de collaboration et d'interaction entre les différents acteurs de la filière cinématographique, et notamment le réseau de salles Europa cinémas. Notre association aspire à devenir l'interlocuteur privilégié des instances européennes et constituer ainsi une force de dialogue et de propositions pour le programme Media et pour les agences nationales du cinéma.


Dans le cadre du festival de Cannes, Europa distribution va rencontrer les ministres européens de la Culture le 26 mai 2007 pour la journée de l'Europe. Quel est l'objectif de cette rencontre ?

Depuis la création d'Europa Distribution, nous avons participé à plusieurs manifestations, comme la réunion d’experts sur la distribution organisée par la Commission Européenne en juin 2006 à Bruxelles, ou la Conférence Europa Cinemas - qui rassemble les exploitants indépendants européens - en novembre 2006 à Paris. Nous avons rencontré l'EFAD, la fédération européenne des agences nationales du cinéma au dernier festival de Berlin.

Le festival de Cannes est un événement essentiel pour le cinéma européen et nous offre la possibilité de rencontrer les ministres européens de la Culture afin de mieux leur exposer nos aspirations, et de les sensibiliser aux questions relatives à la distribution. Cela nous permet d’avoir, au-delà des interlocuteurs institutionnels, des interlocuteurs politiques qui sont au cœur des problématiques qui nous animent.


Quel état des lieux du marché de la distribution en Europe dressez-vous ? Certains marchés européens sont-ils plus difficiles d'accès que d'autres ?

Le constat est identique pour tous les distributeurs indépendants : la fréquentation chute, le nombre de films et de copies connaissent une inflation sans précédent, d’où un raccourcissement de la durée de vie en salles des films les plus fragiles.

Par ailleurs, on assiste en Europe, depuis quelques années, à une concentration croissante de l’industrie. Dans certains pays, et notamment en France, les télévisions ont investi les formes traditionnelles du cinéma, créant des filiales de distribution qui leur permettent de s’approvisionner directement en films, non pas pour les salles de cinéma, mais pour leur propre antenne. Par ailleurs, les sociétés nationales de distribution s’associent à des studios américains, afin de renforcer leur poids économique.

Cette concentration a pour effet une inflation galopante du montant des frais de sortie, affaiblissant d’autant les distributeurs indépendants qui ne peuvent rivaliser avec la force de frappe des filiales de chaînes TV et des groupes intégrés.

C’est ainsi la diversité même du cinéma qui est menacée : dans un marché européen déjà largement dominé par les majors américaines, si les salles de cinéma ne dépendent que de ces dernières, c’en est fini de leur indépendance, mais aussi de leur pérennité, et par ricochet de la diversité culturelle.

Rappelons aussi que ce qui est dommageable pour la distribution l’est pour l’ensemble de la filière : sans distributeurs indépendants, pas de production indépendante ; sans distributeurs indépendants, pas de diversité dans les salles – ce qui conduira mécaniquement à une baisse de la fréquentation, le public étant aussi curieux et avide de films novateurs et différents. 


Pensez-vous qu'il existe un cinéma européen ?

Il existe un cinéma européen, et sa richesse tient en sa diversité. C'est cette diversité qu'il faut soutenir et encourager. Des liens et des synergies unissent les différents professionnels indépendants en Europe, producteurs, distributeurs, exploitants et vendeurs.

Le cinéma européen a tous les atouts pour traduire cette identité culturelle plurielle et vivante propre à l'Europe. Ce sont les indépendants de tous les pays d’Europe qui portent les films européens. Mais sans une initiative européenne forte, ils ne pourront tenir longtemps tant le marché est devenu violent. Il y va aujourd’hui de leur survie et par conséquent de la survie du film européen. Sans film européen véhiculant des images et un imaginaire national et européen, l’Europe renonce à son identité culturelle.

 

Propos recueillis le 14/05/2007