Derniers articles publiés

Quand la faim et la malnutrition augmentent en Europe

Actualité 31.08.2018 Sophie Brocard (avec la rédaction)

L'Union européenne est confrontée à une réalité et un enjeu est de taille : assurer un accès à une alimentation de qualité pour tous, alors que l'insécurité alimentaire progresse. Aujourd'hui, 6 millions d'adultes en sont victimes. Explications de Martin Caraher, professeur à la City University de Londres, et spécialiste des questions de santé publique et d'alimentation.

Photo : iStock - Crédits :wjarek.

Comment se manifeste aujourd'hui l'insécurité alimentaire en Europe ?

L'insécurité alimentaire ne doit pas être confondue avec la pauvreté alimentaire, qui survient lorsqu'une personne est dans l'incapacité totale, et pour une durée prolongée, de se procurer suffisamment de nourriture pour pouvoir subvenir à ses besoins. L'insécurité alimentaire, quant à elle, qualifie un individu dans l'incapacité de se procurer, de manière certaine et dans des quantités suffisantes, des aliments sains pouvant lui apporter les éléments nutritifs nécessaires à sa bonne santé. Si la pauvreté alimentaire est un phénomène de longue durée, l'insécurité alimentaire survient plutôt de manière intermittente.

Depuis la crise économique de 2008, le nombre de personnes confrontées à ce problème augmente en Europe. Les faibles revenus, le chômage de longue durée et l'insécurité sur le marché de l'emploi accentuent ce phénomène. En 2013, 40 millions de personnes en Europe n'avaient pas accès à un apport énergétique quotidien suffisant (équivalent à 2 000 calories). À la réalité de la sous-alimentation s'ajoute le problème de la malnutrition : des personnes ont des carences nutritionnelles car elles n'ont pas accès une nourriture de qualité.

Les personnes à faibles revenus sont-elles les plus exposées ?

L'insécurité alimentaire ne concerne pas seulement les ménages à faibles revenus, mais également les classes moyennes. Des accidents de la vie comme la maladie, une période de chômage prolongée ou d'importantes dépenses imprévues peuvent contraindre les ménages aux revenus fragiles à resserrer leur budget alimentaire.

Celui-ci est souvent le plus élastique face aux dépenses incompressibles que sont le loyer ou le prix de l'énergie. Malheureusement, ce choix se fait au détriment de la quantité et surtout de la qualité des produits consommés. Cette incertitude met les ménages dans l'incapacité d'anticiper leurs prises de repas. Une précarité qui débouche le plus souvent sur une situation d'insécurité alimentaire, elle-même vecteur d'une augmentation des risques de pathologies liées à l’alimentation et d’exclusion sociale.

Pauvreté : 87 millions d'Européens touchés

Dans quelle situation sont les Etats membres aujourd'hui ?

Rappelons que le droit à l'alimentation est un droit fondamental reconnu par la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948. De fait, les Etats ont l'obligation de le faire respecter.

Néanmoins, les disparités sont aujourd'hui grandes entre les Etats membres. Les pays du Nord comme la Finlande, le Danemark, la Norvège, la Suède et les Pays-Bas sont souvent les moins touchés par l'insécurité alimentaire. L'accès à l'alimentation y est assez égalitaire : les personnes souffrant de la faim sont rares et très peu d'enfants souffrent de retard de croissance pour des raisons de malnutrition. Le maintien d'un haut niveau de cohésion sociale, grâce notamment aux prestations sociales, permet de limiter les inégalités, ce qui assure un accès égal à une alimentation saine. A l'inverse, les pays du Sud de l'Europe comme l'Espagne, la Grèce mais aussi la Roumanie sont davantage touchés par la pauvreté et l'insécurité alimentaire. En général, là où le salaire minimum est trop bas par rapport au niveau de vie du pays, où les prestations d'aides sociales ou de chômage sont inadaptées et où le prix des aliments est élevé, l'insécurité alimentaire reste grande.

Ce phénomène n'est cependant pas irréversible. En République tchèque, l'augmentation récente du salaire minimum et le recul régulier du chômage ont permis de le réduire. En définitive, pour atteindre une véritable "sécurité alimentaire" de long terme, le niveau de pauvreté doit être réduit et les inégalités socioéconomiques résorbées.

Depuis 2016, la France durcit sa législation pour lutter contre le gaspillage alimentaire. La loi interdit désormais aux distributeurs de rendre les invendus impropres à la consommation (en les passer à l'eau de javel par exemple) et oblige l'industrie agroalimentaire et la restauration collective à recourir aux dons. Que pensez-vous de ces mesures ?

Ces propositions sont des incitations positives et encouragent à la réflexion sur le sujet. Actuellement, l'utilisation des surplus alimentaires pour répondre à l'insécurité alimentaire est une pratique répandue : la nourriture non utilisée qui est disponible pour un coût quasi nul est redistribuée aux ménages dans le besoin par l'intermédiaire d'association caritative. Ainsi, la majorité des banques alimentaires récupèrent certains invendus des grandes surfaces pour les redistribuer.

Cependant, cette pratique comporte de nombreux désavantages et ne répond pas véritablement aux besoins des ménages en situation d'insécurité alimentaire. Si le don alimentaire permet de réduire dans l'immédiat le problème de la faim, il ne s'attaque pas à l'origine de l'insécurité alimentaire (le manque de moyens et d'accessibilité) ou du gâchis alimentaire. Toute la chaîne de production et de distribution agroalimentaire devrait être incitée à repenser ses pratiques pour limiter le gâchis plutôt que de se débarrasser d'une partie des déchets auprès les associations caritatives. De plus, les besoins nutritionnels des destinataires de dons ne sont pas totalement assurés. En effet, les aliments proposés sont peu variés et rarement frais, car il est difficile de les conserver et de les transporter. Ces personnes perçoivent également trop souvent leur situation comme dégradante et stigmatisante, ce qui renforce l'exclusion sociale.

Au Royaume-Uni, la multiplication des banques alimentaires privées ne doit pas faire oublier les responsabilités de l'Etat face à l'insécurité alimentaire et le gâchis de nourriture, sujets sur lesquels l'Etat se doit de légiférer. Ainsi, un changement de paradigme dans l'approche des banques alimentaires est souhaitable, par exemple en promouvant les supermarchés sociaux. Ces derniers proposent aux ménages dans le besoin des produits à des sommes modiques. D'autre part, les banques alimentaires ne doivent pas être institutionnalisées comme solution au gaspillage alimentaire et elles doivent prendre davantage en compte les besoins nutritionnels des personnes pour assurer la bonne santé des plus défavorisés.

88 millions de tonnes de nourriture jetées chaque année en Europe

En décembre 2016, une loi a été votée en France pour interdire les contenus publicitaires à la télévision au moment de la diffusion de programmes pour enfants. Cette mesure vous parait-elle efficace pour améliorer, entre autres, la santé nutritionnelle des Français ?

La surcharge pondérale et l'obésité sont des enjeux de santé important, c'est pourquoi les pouvoirs publics doivent prendre ces questions très au sérieux. Réduire les incitations à la consommation de produits mauvais pour la santé est une partie de la solution. De fait, les industriels sont contraints de prendre davantage en compte les attentes de leurs clients en modifiant par exemple la composition de certains produits.

Cependant, cette interdiction publicitaire n'est pas suffisante. Il est surtout fondamental d'éduquer les enfants (et les adultes) en matière d'alimentation, afin de les sensibiliser à l'importance de consommer une nourriture saine et nourrissante. Ainsi, ils seront naturellement moins réceptifs aux messages publicitaires. Dans le même temps, il convient de ne pas être naïf : les publicitaires se reportent déjà sur d'autres supports pour vendre leurs produits aux enfants. Ils diffusent notamment leurs messages sur internet ou les réseaux sociaux. D'autres mesures sont en cours d'expérimentation pour tenter de limiter la consommation en grande quantité de nourriture nocive pour la santé, comme un projet de taxe sur les barres chocolatées et les confiseries à l'étude au Royaume-Uni.

Epidémie d'obésité en Europe : un enjeu de santé publique