Derniers articles publiés

Prix Sakharov : sept nominés en compétition

Actualité 23.09.2013

Le "Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit" sera décerné par le Parlement européen le 20 novembre prochain. Cette année, l'informateur américain Edward Snowden pourrait être honoré par l'hémicycle. Plusieurs groupes politiques du Parlement européen dont les Verts soutiennent sa candidature. L'an dernier, le prix avait été attribué à deux militants iraniens, le cinéaste Jafar Panahi et l'avocate Nasrin Sotoudeh. Emprisonnée depuis trois ans, cette dernière a été libérée la semaine dernière.

Prix Sakharov (c) Parlement européen

Un choix politique

Le 16 septembre dernier, lors d'une réunion conjointe des commissions des affaires étrangères, du développement et de la sous-commission des droits de l'homme du Parlement européen, sept nominés ont été présentés pour le prix Sakharov 2013.

Comme chaque année, les personnalités ou collectifs choisis s'efforcent de défendre les droits de l'homme et les libertés fondamentales.

  • Malala Yousafzai - nominée conjointement par trois groupes politiques (PPE, S&D, ADLE) et également par Jean Lambert (Verts, UK) et par le groupe ECR. Symbole de la lutte pour les droits des femmes et de l'accès à l'éducation à l'échelle internationale, cette jeune Pakistanaise est devenue un symbole dans son pays par la voie de son blog.

Nasrin Sotoudeh libérée

L'avocate iranienne Nasrin Sotoudeh, emprisonnée pour son action en faveur des droits de l'Homme depuis août 2010 a été graciée et libérée le 18 septembre dernier. Une délivrance pour cette militante et mère de famille condamnée à 11 ans de prison et 20 ans d'interdiction d'exercer son métier pour "actions contre la sécurité nationale et propagande contre le régime", deux chefs d'accusations utilisés fréquemment par la justice iranienne pour condamner des opposants.

  • Edward Snowden - nominé par les groupes Verts/ALE et GUE/NGL. Expert informatique âgé de 30 ans, cet Américain a travaillé comme sous-traitant à l'agence américaine pour la sécurité nationale NSA. Actuellement en Russie où il a obtenu l'asile temporaire, Edward Snowden est accusé d'espionnage par son pays. Grâce à lui, on connait l'existence de dispositifs comme PRISM, XKEYSCORE ou UPSTREAM. De nombreux internautes ont modifié leur comportement en ligne pour réduire leur exposition. L'ex sous-traitant de la NSA, qui a obtenu l'asile temporaire en Russie, "a risqué sa liberté pour nous aider à protéger la nôtre", ont souligné dans un communiqué les eurodéputés Daniel Cohn-Bendit et Rebecca Harms. "Nous espérons que cette proposition recevra un large soutien au Parlement européen et qu'elle servira de symbole de rejet de cette intrusion flagrante, massive et illégale dans la vie privée des citoyens du monde entier", ont-ils écrit.
  • Reeyot Alemu et Eskinder Nega - nominés par Ana Maria Gomes (S&D, PT) et 40 autres députés. Ces deux journalistes éthiopiens sont en prison, accusés de terrorisme.
  • Les représentants des prisonniers politiques au Belarus : Ales Bialatski, Eduard Lobau et Mykola Statkevich. Ils sont soutenus par Marek Migalski (ECR, PL), Filip Kaczmarek (PPE, PL), Jacek Protasiewicz (PPE, PL) et 39 autres députés européens.
  • Mikhail Khodorkovsky - nominé par Werner Schulz (Verts/ALE, DE) et 40 autres députés. Cet homme d'affaires russe, M. Khodorkovsky, a été arrêté en 2003 après avoir demandé au Président Poutine de rendre des comptes concernant la corruption généralisée et après avoir plaidé en faveur d'un système judiciaire indépendant et le respect de l'état de droit. Il a été accusé de fraude et condamné, en mai 2005, à neuf ans de prison. En décembre 2010, d'autres charges ont été retenues contre lui et sa condamnation a été prolongée jusqu'en 2017.
  • Les "hommes debout" - nominés par Marietje Schaake (ADLE, NL) et 40 autres députés. Lors des manifestations de la place Taskim à Istanbul, en juin dernier, Erdem Gündüz s'est tenu debout en regardant droit devant lui, rejoint par d'autres manifestants.
  • Le CNN Freedom Project "Mettre fin à l'esclavage moderne" - nominé par Boris Zala (S&D, SK) et 40 autres députés. Il s'agit d'une grande campagne médiatique mondiale contre le commerce des esclaves, la traite des êtres humains ainsi que le travail forcé et le travail des enfants.

La sélection finale du Prix Sakharov

Le choix ne sera pas facile mais un seul prix sera remis le 20 novembre à Strasbourg. Avant cette date très attendue par les lauréats, les commissions des affaires étrangères et du développement ainsi que la sous-commission des droits de l'homme organiseront une autre réunion conjointe le 30 septembre afin de se prononcer sur une courte liste de trois finalistes. Le lauréat sera choisi par la Conférence des Présidents du Parlement, le 10 octobre à Strasbourg. Le gagnant recevra 50 000 euros.