Derniers articles publiés

Priorités de la Présidence lituanienne du Conseil de l'Union européenne (juillet - décembre 2013)

Actualité 03.07.2013

Du 1er juillet au 31 décembre 2013, la présidence du Conseil de l'union européenne est assurée par la Lituanie. Elle succède à l'Irlande et précède à la Grèce.

 

Entrée dans l'Union européenne en 2004, la Lituanie est le premier Etat balte à assurer la présidence du Conseil de l'Union européenne. C'est également le premier Etat membre à prendre la tête d'une Union européenne élargie à 28 Etats membres.

 

Pendant six mois, la Lituanie présidera les Conseil des ministres des Etats membres de l'UE. Organisées en trio sur trois semestres, la Lituanie et les deux prochains pays à tenir la présidence de l'UE, la Grèce (janvier-juin 2014) et l'Italie (juillet-décembre 2014), coopéreront pour assurer le bon fonctionnement de l'échiquier européen.

 

A l'instar de l'Irlande, la Lituanie organisera à l'occasion de sa présidence de nombreux évènements. Elle présentera un programme culturel incluant plus de 150 évènements à travers l'Europe et au-delà (concert, projections de film, expositions, …), invitant le grand public à découvrir son patrimoine historique et culturel.

"Un semestre historique commence […]. Une mission complexe et de responsabilité revient à la Lituanie : parvenir pendant une période tendue pour l'Europe à harmoniser des décisions, importantes pour les 28 pays et vitales pour chaque Européen", tel est le challenge fixé au pays par la présidente lituanienne, Dalia Grybauskaite.

La Lituanie oriente ainsi sa présidence vers trois objectifs majeurs : une Europe crédible, croissante et ouverte.

Crédibilité

Dans une période de défiance à l'égard de l'économie européenne, la Lituanie concentrera ses efforts sur l'assainissement des finances publiques et le renforcement de la stabilité financière de l'Union européenne. Une stabilité soutenue par l'Union bancaire dont la Lituanie veillera à l'avancement de sa réalisation. Cœur de cible de la présidence lituanienne pour redonner confiance en la fiabilité économique de l'UE, la mise en œuvre des réformes de gestion et d'approfondissement de l'Union économique et monétaire (UEM).

Croissance

L'Union européenne est en perte de vitesse. Afin de relancer la croissance et  d'inverser la courbe du chômage, la Lituanie supervisera le développement du marché commun européen. La Lituanie focalisera également son attention sur l'avancement de l'Acte pour le marché unique I et II, principaux outils européens de relance, dont les mesures doivent encore être validées par les institutions européennes. Dans cette perspective, la Lituanie vise un marché unique numérique, fort d'une industrie numérique et d'un système de protection de données fiable, un secteur porteur de croissance et d'emploi.


Parmi les autres objectifs de la présidence lituanienne, veiller à la réalisation du marché intérieur de l'énergie dont l'achèvement est programmé l'an prochain. Celui-ci devrait assurer un approvisionnement énergétique durable et abordable à chaque Etat membre de l'UE dès 2015.

Ouverture

"L'Europe doit comprendre que le moment est crucial pour que ses partenaires de l'Est se rapprochent de l'Union européenne. Nous voulons aider ces pays", a affirmé Dalia Grybauskaite. La présidente lituanienne donne le ton des six prochains mois : l'ouverture vers les ex-républiques soviétiques de l'Europe orientale. En novembre prochain, se tiendra à Vilnius le sommet du Partenariat oriental réunissant l'UE, l'Ukraine, la Moldavie, la Biélorussie, l'Arménie, l'Azerbaïdjan et la Géorgie. Si la Lituanie promet de s'inscrire dans une politique d'élargissement, le pays mettra également un point d'honneur à garantir la sécurité des frontières de l'Union européenne où l'immigration illégale, la contrebande, le trafic de drogue et d'êtres humains continuent d'exercer. Une bataille qui pour la Lituanie ne peut s'engager sans une coopération avec les pays de l'Est oriental de l'Europe.