Derniers articles publiés

Priorités de la Présidence irlandaise du Conseil de l'Union européenne (janvier - juin 2013)

Actualité 04.01.2013

Du 1er janvier au 30 juin 2013, la présidence du Conseil de l'Union européenne est assurée par l'Irlande. Elle succède à Chypre et précède la Lituanie.

Pendant 6 mois, l'Irlande présidera les travaux du Conseil des ministres des Etats membres de l'UE.

En plus des activités qui auront lieu à Bruxelles, Strasbourg et Luxembourg, la présidence accueillera de nombreux visiteurs lors des événements organisés à cette occasion. L'Irlande présentera également un programme très divers sur la culture irlandaise dans de nombreuses villes européennes. Intitulé "Culture Connects", le programme comprend 300 manifestations dans tous les pays de l'Union européenne.

Comme la dernière Présidence tripartite (Pologne, Danemark, Chypre), l'Irlande travaillera en étroite collaboration avec les deux prochains pays qui prendront les commandes de l'UE : la Lituanie (deuxième moitié de l'année 2013) et la Grèce (première moitié de l'année 2014).

De nombreux enjeux attendent la Présidence irlandaise. Un challenge qui ne devrait pas effrayer le tigre celtique. Membre de l’UE depuis 1973, sans être dans l’espace Schengen, l'Irlande a déjà mené à bien sept présidences.

Enjeux

Une présidence 2.0

Outil clé de la présidence, le site Internet offre le calendrier des événements ou encore un fil d'actualités en anglais, allemand, français et irlandais. Une présidence 2.0 à suivre également sur Twitter : @eu2013ie

Chypre laisse derrière elle un bilan mitigé. Si la Présidence chypriote peut se féliciter d'avoir mis un terme à 30 ans de négociations sur le brevet européen et d'avoir trouvé un accord sur la supervision bancaire, les négociations sur le budget 2014-2020 ont été mouvementées et se sont soldées par un échec déconcertant. Les Etats membres n'ayant pu trouver un accord en novembre, une nouvelle réunion sur le budget de l'Union pour la période 2014-2020 sera organisée sous la présidence irlandaise. Une fois que les chiffres globaux auront été convenus, l'Irlande s'attaquera à la répartition du budget entre les différents secteurs politiques.

Malgré tout, l'année 2013 est marquée par le début d'une nouvelle phase dans la relance de l'Union européenne et la Présidence irlandaise a préparé un programme sur mesure pour l'Europe.

La tâche principale de l'Irlande consiste à garantir la stabilité et à assurer qu'elle débouche sur l'emploi et la croissance. Le pays s'engage à mettre en œuvre des décisions tangibles et positives en vue de soutenir la reprise économique et la cohésion sociale en Europe.

 

Les priorités de la Présidence irlandaise

"A la fin de la Présidence irlandaise, je voudrais que tous les Etats membres aient avancé sérieusement sur la création d’emplois, surtout pour les jeunes (...). Le plus important pour l’Irlande est de parvenir à montrer aux pays en difficulté qu’il y a une voie de sortie de la crise, basée sur la coopération", tel est le souhait d'Enda Kenny, Premier ministre irlandais.

Trois questions majeures tiennent à coeur la Présidence irlandaise : la stabilité économique, la croissance et l'emploi.

Croissance et emploi

Pour l'Irlande, la première des priorités pour l'Union est de stimuler une croissance créatrice d'emplois. Mais cette croissance ne peut se développer qu'en se fondant sur une stabilité économique. C'est pourquoi la présidence du Conseil souhaite faire avancer les mesures prévues par le pacte pour la croissance et l'emploi sur l'assainissement budgétaire, l'emprunt, le chômage, le commerce international et d'autres domaines créateurs d'emplois et de croissance.

Une attention particulière sera portée au chômage des jeunes, qui a atteint plus de 25 % dans 13 États membres.

Les autres priorités de la Présidence concernent l'adoption de nouvelles règles relatives à la reconnaissance des qualifications professionnelles dans d'autres pays de l'UE, la modernisation des marchés publics et la clarification des droits des travailleurs détachés dans un pays de l'UE.

Dans le domaine de l'innovation et la recherche, l'Irlande entend conclure les négociations relatives au programme de financement Horizon 2020 et privilégiera notamment les nanotechnologies, la photonique, la fabrication avancée, l'informatique en nuage (cloud computing) et les réseaux à très haut débit.

Économie

Pour restaurer la confiance dans l'économie européenne, l'Irlande veillera à ce que le nouveau système de coordination économique et budgétaire mette l'accent sur des aspects fondamentaux tels que les salaires, l'indexation des salaires, les réformes relatives au marché du travail, les pensions, l'éducation et la pauvreté.

La présidence cherchera également à restaurer la confiance vis-à-vis du secteur financier en progressant sur les propositions d'Union bancaire et les réformes relatives aux services financiers. 

Budget de l'UE

Les responsables politiques de l'UE n'ayant pu trouver un accord en novembre, une nouvelle réunion sur le budget de l'Union pour la période 2014-2020 sera organisée sous la présidence irlandaise. Une fois un accord trouvé, l'Irlande s'attaquera à la répartition du budget entre les différents secteurs politiques.

Ses priorités à ce sujet sont : la réforme de la Politique agricole commune (PAC) et de la Politique de la pêche (PCP), les dépenses en matière de recherche et d'innovation, le financement des régions pauvres de l'UE et le mécanisme pour l'interconnexion en Europe.

Une attention toute particulière sera portée sur le potentiel des ressources naturelles en Europe, sur terre comme sur mer ("croissance bleue") et la relance de l'agenda pour l'économie verte en tant que moteur pour une croissance durable et intelligente. L'Irlande insistera également sur les transports, l'élargissement, la justice et l'aide au développement.