Derniers articles publiés

Primaires de la droite : 5 thématiques prioritaires sur l’Europe dans les programmes de Juppé et Fillon

Actualité 25.11.2016

Le dernier débat des primaires des Républicains s'est tenu jeudi soir. En vue du deuxième tour dimanche 27 novembre, tous les médias résument les positions d’Alain Juppé et de François Fillon sur les principaux thèmes de campagne. Sur l’Europe, les deux finalistes se rejoignent sur leur volonté de poursuivre le projet, de rester dans la zone euro, avec quelques nuances toutefois sur certaines questions. A l’occasion de ce quatrième débat télévisé, les deux candidats à la présidence de la République auront deux minutes pour répondre à chaque question. Immigration, Europe de la défense, lutte contre le terrorisme, passage en revue de leurs principales priorités sur l’avenir de l’Union européenne.

Alain Juppé et François Fillon

Immigration

C’est l’un des dossiers phares du programme d’Alain Juppé. Le maire de Bordeaux entend avant tout renforcer les frontières extérieures de l'UE, notamment dans le cadre de la crise des migrants. Il suggère notamment "l’harmonisation des lois nationales sur l’asile".

François Fillon va plus loin et propose "la création d’un droit d’asile européen". Ce dernier souhaite également accentuer la coopération entre les Etats les plus exposés à l’immigration clandestine, lancer un "Schengen de la justice" qui permettrait d’expulser “systématiquement” de cet espace tout délinquant reconnu coupable d’un crime ou d’un délit, tripler le budget de Frontex et renégocier Schengen pour renforcer le contrôle aux frontières extérieures.

Tout comme Alain Juppé, l’ancien Premier ministre souhaitait la création d'un corps européen de gardes-frontières, ce dernier ayant été inauguré en octobre dernier.

Politique monétaire – Zone Euro

Doter la zone euro d’un directoire politique est l’une des priorités de François Fillon. Le vainqueur de dimanche dernier va plus loin dans la convergence de la zone euro que son rival et souhaite instaurer "un Trésor européen avec une mise en commun des dettes", une fois la convergence fiscale achevée.

Dans une interview accordée au Monde en juin 2016, Alain Juppé estimait quant à lui que l’ensemble institutionnel et réglementaire de la zone euro était suffisant pour répondre aux enjeux budgétaires et monétaires. Préférant se concentrer sur la "convergence fiscale", le maire de Bordeaux entend, s'il est élu, accentuer le soutien de la France à la Commission européenne en la matière, avec pour priorité "d’harmoniser les bases d’imposition des sociétés".

Cette position se rapproche à cet égard du projet d’adoption d’"une base fiscale commune" annoncée par Pierre Moscovici, commissaire européen à l’économie, le 26 octobre dernier dans le cadre d’une réforme globale de la fiscalité des entreprises au sein de l’Union européenne.

Lutte contre le terrorisme

Dans un ouvrage écrit à la suite de l’attentat de Nice "Vaincre le totalitarisme islamique", François Fillon explique vouloir interdire le retour en France des "Français partis combattre à l'étranger dans les rangs terroristes" alors qu’Alain Juppé préfère qu’ils soient arrêtés sur le sol français.

Autre point de désaccord, l’ancien Premier ministre souhaite discuter avec la Russie et la Syrie, afin de créer une "coalition internationale" qui agisse "de façon coordonnée" contre le groupe Etat islamique. Pour Alain Juppé, la priorité est de réorganiser d’urgence les services de renseignements français.

Europe de la défense

François Fillon milite pour la création d'une alliance en la matière en Europe. Jugeant que la France supporte seule le fardeau budgétaire et militaire de la projection de forces militaires hors de nos frontières, il réclame que les autres États membres fassent "des efforts pour donner à l’Europe le pouvoir de peser diplomatiquement".

Alain Juppé entend quant à lui procéder par étapes et commencer par mettre en commun les industries et les programmes de recherche pour ne plus être dépendants des États-Unis pour l’armement et le matériel.

Politique étrangère

En matière diplomatique, les relations privilégiées entre François Fillon et le Kremlin suscitent de nombreuses interrogations. Lors d’une interview mercredi 23 novembre, Vladimir Poutine a loué les qualités de "grand professionnel" de François Fillon en expliquant qu’il "se distingue fortement des hommes politiques de la planète". L’ancien Premier ministre veut mettre fin aux sanctions imposées à la Russie.

A l’inverse, Alain Juppé estime que la Russie a violé le droit international en s'appropriant une partie du territoire ukrainien. Il n'est pas favorable à une suppression des sanctions russes.

Dimanche, le candidat perdant devrait a priori se rallier au vainqueur et le soutenir pendant la campagne présidentielle.

 

Sources : sites internet des candidats

Par Alexandra Lesur