Derniers articles publiés

Présidentielle : Philippe Poutou "pour une Europe des travailleurs et des peuples"

Actualité 10.04.2017

A l'approche du premier tour de l'élection présidentielle française, qui se tiendra le 23 avril, les positions des candidats se précisent, notamment sur l'Europe. Huit prétendants à l'Elysée sur onze se déclarent ouvertement eurosceptiques, dessinant une frontière nette entre pro et anti-Européens.

Philippe Poutou, candidat du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), se prononce pour une sortie de l'Union européenne tout en prônant l'avènement d'une Europe des travailleurs et des peuples. Tour d'horizon de son programme pour l'Europe.

Philippe Poutou

  • Le rejet des traités de libre-échange dont ceux de l'Union européenne

Selon Philippe Poutou, les institutions qui gouvernent l'Europe sont "encore plus anti-démocratiques que celles qui gouvernent la France ou l’Allemagne". Les traités européens qui en émanent ont été écrits "pour défendre les droits des capitalistes européens et remettre en cause les droits sociaux". D'après le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), qu'il représente pour l'élection présidentielle, s'il est évident que ce sont les divers pays européens qui gouvernent l'UE, il est aussi certain que ce sont les "patrons des grands trusts européens qui y font la loi" et imposent "une politique d'austérité" aux travailleurs des "pays les plus faibles".

 

  • Instauration de la liberté de circulation et d’installation ainsi que d'une citoyenneté de résidence

Selon le candidat du NPA, "l’Union européenne n’est pas un progrès", puisqu'elle s'apparente davantage à "une forteresse bardée de frontières à sa périphérie" qui exclue ceux qui fuient la misère ou les guerres. C'est pourquoi il souhaite l'égalité complète et immédiate des droits pour toutes les personnes qui arrivent sur le territoire. Philippe Poutou se prononce donc pour l'ouverture des frontières, assurant que "nous avons les mêmes intérêts que les travailleurs du monde entier" et dénonçant les sommes colossales déboursées pour "empêcher les migrants de se réfugier en Europe".

 

  • Une coopération entre les pays pour une Europe des travailleurs et des peuples

Le Nouveau Parti anticapitaliste est résolument opposé à la direction prise par l'Union européenne, actuellement "subordonnée au profit des entreprises". Pour enrayer "cette machine de guerre contre les droits sociaux", il se prononce pour une Europe des travailleurs et des peuples où tous les droits sociaux (salaires, protection sociale, droit à l’IVG...) "seraient alignés par le haut". Le candidat du NPA souligne la nécessité d'instaurer "une dimension européenne" et "internationale" aux luttes afin de stopper le système capitaliste. A ce titre, le NPA se dit solidaire des "travailleurs grecs comme des travailleurs venus de Pologne ou d’ailleurs pour travailler ici en France".

 

  • Mise en place d'une véritable lutte contre la fraude fiscale

Le représentant du NPA dénonce une perte de "1 000 milliards d'euros chaque année" au niveau européen, à cause de la fraude et de l'évasion fiscales. Pour enrayer ce phénomène, il propose d'augmenter le nombre de contrôleurs fiscaux. Pour de meilleurs résultats, Philippe Poutou prévoit de se confronter aux privilégiés "sans faire confiance aux institutions et dirigeants politiques de la bourgeoisie". C’est-à-dire qu'il souhaite "socialiser le système bancaire sans indemnité ni rachat des actions, afin de le mettre au service de la transformation sociale et de la transition écologique" et d'éviter que les "banques organisent une industrie de l’évasion fiscale au profit des grandes fortunes et des puissantes multinationales".