Derniers articles publiés

Présidentielle : Emmanuel Macron pour la réaffirmation de l'Europe

Actualité 12.04.2017

A l'approche du premier tour de l'élection présidentielle française, qui se tiendra le 23 avril, les positions des candidats se précisent, notamment sur l'Europe. Huit prétendants à l'Elysée sur onze se déclarent ouvertement eurosceptiques, dessinant une frontière nette entre pro et anti-Européens.

Dans son programme, Emmanuel Macron présente l'Europe comme un "acquis essentiel", propose une vision positive de la construction et envisage des pistes pour remédier au "sentiment de distance" qui "s'est développé à l'égard de l'UE". Tour d'horizon de son programme pour l'Europe.

Emmanuel Macron

Election présidentielle 2017 : quelle place pour l'Europe ?

Restaurer la confiance en l'Europe

  • Conventions démocratiques

En préalable à toute mesure visant à remédier aux dysfonctionnements de l'Europe, Emmanuel Macron souhaite "prendre le temps du débat et du rétablissement de la confiance". Cela passerait par "une large consultation citoyenne, aux niveaux national et européen". "Nous proposerons à nos partenaires de lancer dans toute l'Union européenne des conventions démocratiques dès la fin 2017", écrit le candidat d'En marche dans son programme. Elles seraient appelées à durer entre "six et dix mois", selon des modalités nationales, et permettraient de débattre "de l'action de l'Union" et des "priorités qu'elle doit avoir". Des feuilles de route découleraient des discussions "avec quelques défis communs et des actions précises" pour les cinq ans à venir.

  • Créer des listes européennes

Anticipant le Brexit à venir, Emmanuel Macron propose de "mettre en place des listes européennes pour élire les 73 eurodéputés correspondant aux sièges britanniques au Parlement européen".

Europe de la sécurité

  • Protection des frontières

S'agissant d'abord de la protection des frontières, le candidat d'En marche propose deux mesures. La première est le renforcement du corps de police des frontières européennes afin de lui donner "une capacité de surveillance et de protection durables des frontières extérieures". La seconde concerne les migrations. Emmanuel Macron souhaite à cet égard développer "des actions et des projets dans les principaux pays de départ et de transit des migrants", de manière "complémentaire et additionnelle" à l'aide au développement.

  • Europe de la défense

Emmanuel Macron se déclare favorable à la mise en place d'une Europe de la défense. Cela passerait selon lui par la création d'un "Fonds européen de défense qui financera des équipements militaires communs et des programmes conjoints de recherche-développement". Deuxièmement, le candidat à l'élection présidentielle souhaite proposer la mise en place d'un "quartier-général européen permanent chargé d'assurer une planification et un contrôle des opérations de défense européenne". Est également proposée par M. Macron la création d'un "Conseil de sécurité européen rassemblant les principaux responsables militaires, diplomatiques et du renseignement des Etats membres". Enfin, et plus généralement, Emmanuel Macron se déclare favorable aux coopérations spécifiques entre les Etats membres "qui souhaitent avancer ensemble sur les questions de défense sans attendre la participation de tous les pays de l’UE".

  • Coopération policière et judiciaire

Le candidat d'En marche propose "d'établir un véritable système d’information européen pour faciliter les actions de renseignement", qui serait "une base de données centralisée avec un échange obligatoire d’informations, accessible aux services de renseignement des différents Etats membres". Deuxièmement, Emmanuel Macron entend proposer à ses partenaires de "renforcer et d’harmoniser la sécurité des cartes d’identité".

Europe de la croissance

  • Fonctionnement de la zone euro

S'il est élu, Emmanuel Macron prévoit de proposer la création d'un "budget pour la zone euro", qui aurait trois fonctions : les "investissements d’avenir", l'"assistance financière d’urgence" et la "réponse aux crises économiques". L'accès à ce budget serait "conditionné au respect de règles communes en matière fiscale et sociale".

En ce qui concerne l'avenir de la zone euro, le candidat proposera également la création d'un "poste de ministre de l’Economie et des Finances de la zone euro", qui aurait la responsabilité "du budget de la zone euro, sous le contrôle d’un Parlement de la zone euro".

  • Fiscalité

Alors qu'Emmanuel Macron prévoit de baisser le taux d'impôt sur les sociétés à 25% pour atteindre la moyenne européenne, il promet, dans le même temps, de défendre au niveau européen une "harmonisation des bases et des taux de l’impôt sur les sociétés pour éviter une course au moins-disant".

Par ailleurs, M. Macron indique vouloir se battre au niveau européen en faveur d'une "taxe sur le chiffre d’affaires réalisé dans nos pays pour des prestations de service électronique", afin de limiter les pratiques d'évitement fiscal des grands groupes du numérique.

  • Droits sociaux

Emmanuel Macron, en cas de victoire, exigera "que soit mis en place un socle de droits sociaux européens, en définissant des standards minimums en matière de droits à la formation, de couverture santé, d’assurance chômage ou de salaire minimum (à des niveaux tenant compte de l'inégal développement des Etats membres)".

Commerce extérieur

  • Une concurrence mondiale équitable

Emmanuel Macron indique vouloir défendre "le renforcement des instruments anti-dumping, qui doivent être plus dissuasifs et plus réactifs", notamment face aux concurrences déloyales de pays comme la Chine ou l'Inde. Le candidat d'En marche prône également un "Buy European Act", qui permettrait "de réserver l’accès aux marchés publics européens aux entreprises qui localisent au moins la moitié de leur production en Europe". A cela s'ajoute la volonté du candidat de mettre en place un "instrument de contrôle des investissements étrangers en Europe pour préserver nos intérêts et secteurs stratégiques". Enfin, M. Macron propose de créer un "procureur commercial européen", pour "vérifier le respect des engagements pris par nos partenaires et sanctionner rapidement leur violation, notamment en matière sociale, environnementale ou fiscale".

  • Préférences et valeurs européennes

"Nous exigerons que soit intégré dans tous les accords commerciaux de l’UE un volet de coopération fiscale ainsi que des clauses sociales et environnementales contraignantes", écrit Emmanuel Macron dans son programme.

Afin de rendre la politique commerciale plus démocratique, M. Macron propose "la mise en place des comités de vigilance associant des représentants d’associations et d’ONG au cours de la négociation, puis pour l’application des accords commerciaux et l’évaluation de leur impact".

Développement durable

  • Transition écologique

Concernant les perturbateurs endocriniens, Emmanuel Macron propose d'intervenir "avec fermeté au niveau européen pour revoir totalement les méthodes d’évaluation des produits". Tandis que le candidat d'En marche entend peser pour "renforcer les normes anti-pollution européennes pour les véhicules neufs et les contrôles en conditions réelles (en tirant les enseignements du scandale Volkswagen)".

  • Marché carbone

Emmanuel Macron souhaite réformer le marché du carbone européen en cas de victoire à l'élection présidentielle, "en agissant par la fixation d'un prix plancher de la tonne de carbone".

  • Politique agricole commune

En matière agricole, le candidat d'En marche entend rendre la Politique agricole commune (PAC) "plus protectrice et plus réactive, en mettant en place des mécanismes de stabilisation des revenus adaptés à chaque filière" et "en favorisant une agriculture plus respectueuse de l’environnement".

Numérique

  • Start-ups européennes

"Nous promouvrons la mise en place d’un Fonds européen de financement en capital-risque pour accompagner la croissance des start-up européennes du numérique", promet Emmanuel Macron dans son programme, précisant que ce fonds sera abondé au moins à hauteur de 5 milliards d'euros.

  • Protection des données

M. Macron souhaite "renégocier avec les Etats-Unis le 'Privacy Shield'" (cadre de protection des données) d'ici 2018, "afin de garantir la préservation des données personnelles de tous les Européens". En outre, l'ancien ministre de l'Economie souhaite la mise en place d'une "Agence européenne pour la confiance numérique", qui serait "chargée de réguler les grandes plateformes numériques pour garantir la protection des données personnelles et la loyauté de leur fonctionnement".

Identité européenne

  • Renforcer le programme Erasmus

Emmanuel Macron propose de "généraliser progressivement le programme Erasmus, avec l’objectif de 200 000 jeunes Français par an (soit 25% d’une classe d’âge) effectuant au moins un semestre à l’étranger d’ici 2022".