Derniers articles publiés

Présidentielle : Benoît Hamon, "pour une Europe désirable"

Actualité 11.04.2017

A l'approche du premier tour de l'élection présidentielle française, qui se tiendra le 23 avril, les positions des candidats se précisent, notamment sur l'Europe. Huit prétendants à l'Elysée sur onze se déclarent ouvertement eurosceptiques, dessinant une frontière nette entre pro et anti-Européens.

Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste, souhaite une nouvelle orientation pour l'Europe. Critique envers la dérive libérale de Bruxelles et inquiet de la montée des populismes, il entend remettre les citoyens au cœur du projet européen. Tour d'horizon de son programme pour l'Europe.

Benoît Hamon

Election présidentielle 2017 : quelle place pour l'Europe ?

  • Traité de démocratisation de la zone euro

Benoît Hamon souhaite proposer aux États membres "un traité de démocratisation de la gouvernance de la zone euro". Ce dernier prévoirait la mise en place d’une assemblée démocratique représentative, émanant des parlements nationaux et du Parlement européen. "Elle sera l’enceinte où seront débattus publiquement le budget de la zone euro, les politiques d’harmonisation fiscale et sociale. Elle décidera de la mutualisation d’une partie des dettes souveraines afin d’abaisser le coût du crédit", écrit-il dans son programme.

 

  • Taxe sur les transactions financières

Le candidat du Parti socialiste défend le projet de création d'une taxe sur les transactions financières. Un projet ancien, régulièrement réactivé, mais pas encore mené à bien.

 

  • Politique de lutte contre l'optimisation et l'évasion fiscales

Afin de lutter contre l’optimisation fiscale, le candidat du PS souhaite la mise en place d'une taxe sur les multinationales. "Elle accompagnera une refonte du budget de l’Union et de la fiscalité pour sortir de la concurrence et de l’injustice fiscale, mais aussi pour retrouver des marges de manœuvre budgétaires". Dans son projet Benoît Hamon prévoit également la création d'un parquet européen, capable de poursuivre les fraudeurs fiscaux "sans autorisation préalable de l’administration fiscale" nationale.

 

  • Révision de la directive sur les travailleurs détachés

Benoît Hamon souhaite mettre fin à la concurrence entre les peuples. Pour ce faire il demandera une révision de la directive sur les travailleurs détachés ainsi que la création "d'un socle européen des droits sociaux" comprenant un salaire minimum garanti. Grâce à ce SMIC européen, le salaire des uns ne sera plus un avantage comparatif contre les autres.

 

  • Refus de la ratification du CETA et du TAFTA

Benoît Hamon annonce qu'il refusera la ratification du CETA et du TAFTA tout en s'opposant au statut d’économie de marché de la Chine. "Je porterai le changement des règles de nos accords commerciaux au profit du juste échange, en proposant de nouveaux critères protecteurs de notre environnement et de nos citoyens. J’exclurai les services publics et l’agriculture du champ des négociations commerciales". Il souhaite également soutenir la création d'un "Buy European Act", afin de protéger les secteurs stratégiques européens face à la concurrence internationale.

 

  • Mise en place d'un mécanisme européen de l'État de droit

"Je défendrai la mise en place d’un mécanisme de l’État de droit auquel devront se conformer les États membres". Benoît Hamon souhaite remettre le respect de l'Etat de droit, de la protection des droits humains et de la liberté de la presse, au cœur des prérogatives des Etats membres. Des sanctions financières seront prévues en cas de non-respect.

 

  • Une Europe de l'énergie pour relancer le projet européen

Benoît Hamon souhaite proposer à ses partenaires européens la création d'une Europe de l'énergie : "Le temps d’un nouveau souffle est venu, celui d’une stratégie européenne pour l’environnement, la sobriété, l’efficacité et l’indépendance énergétiques, la maîtrise du prix de l’énergie, la réindustrialisation et la souveraineté".

 

  • Mise en place d'un ambitieux programme sur la transition énergétique

Le projet du candidat socialiste prévoit également un plan d'investissement de 1 000 milliards d’euros au niveau européen, afin de mettre en place un ambitieux programme pour la transition écologique et économique.

 

  • Instauration d'un visa humanitaire

En matière d'immigration, Benoît Hamon se montre favorable à l'accueil des réfugiés et défend l'idée selon laquelle la France n'aurait pas honoré son devoir d'hospitalité. En outre, il propose d'instaurer un visa humanitaire organisant la venue des migrants sur le sol européen dans des conditions décentes, afin d'y étudier leur candidature. Il souhaite également une révision du règlement de Dublin, qui serait "fondée sur les valeurs d’accueil et de solidarité entre les États de l’Union européenne".

 

  • Une coopération européenne renforcée dans le domaine de la défense

Benoît Hamon souhaite une Europe plus protectrice. Afin de mieux garantir la sécurité des Européens, il propose une "amélioration du hub européen", c’est-à-dire la mise en commun des capacités de transport (terre/air/mer). Ceci permettrait que les Etats membres accentuent leur soutien logistique et financier aux opérations extérieures faites par la France. Il souhaite également renforcer les états-majors européens et les brigades binationales. Afin d'encourager cet effort financier commun, le candidat du PS, a annoncé qu'il demanderait que le budget de la défense soit exclu du calcul du déficit "pour la part qui excède la dépense moyenne des États européens".

 

  • Lancement d'une agence européenne du renseignement pour mieux contrer le terrorisme

Pour contrer le terrorisme, il propose de mutualiser progressivement les moyens de renseignement des Etats membres au travers de la création de task-forces multilatérales. A terme, Benoît Hamon souhaite aboutir à la création d'une agence de renseignement européenne.