Derniers articles publiés

Présidence du Conseil de l’UE : "Penser en réseau et agir au niveau européen"

Actualité 27.06.2006

Le président en exercice du Conseil européen, Wolfgang Schüssel, le vice-chancelier Hubert Gorbach et la ministre des Affaires étrangères, Ursula Plassnik, ont  tiré un bilan de la Présidence autrichienne du Conseil de l'UE, lors d'une conférence de presse tenue lundi 27 juin 2006 à Vienne.

L'Autriche, dont la Présidence s’achève le 30 juin prochain, a qualifié de "réussie" sa Présidence semestrielle de l'Union européenne (UE), estimant notamment que celle-ci avait jeté les bases d'une politique commune de l'énergie et contribué à réhabiliter l'idée européenne dans l'opinion.

Principaux motifs de satisfaction : l’adoption d’un échéancier pour les discussions sur les institutions européennes, l’accord sur les services, le vote du budget européen 2007-2013 et la gestion de la crise de l’énergie.

"L'Autriche s'était fixé comme priorité, dans le cadre de sa Présidence du Conseil de l'UE, de donner un nouvel élan à l'Europe. Ce n'est pas à nous de juger la qualité du travail effectué mais c'est en tout cas avec une réelle joie que nous avons occupé la Présidence durant ces six derniers mois et que nous avons coopéré avec nos partenaires que sont la Commission et le Parlement européen", a déclaré le Chancelier Schüssel. Le programme de travail de la Présidence rassemblait une large palette de thèmes allant de la croissance et de l'emploi au futur de l'Europe.

L'Union européenne, il y a un an, a traversé une grave crise et s'est trouvée face à des problèmes de communication et de contenu. "Nous avons investi beaucoup d'efforts à trouver les moyens de mieux communiquer l'Europe et de mieux intégrer les citoyens européens au dialogue pour l'Europe", a expliqué M. Schüssel.

"Nous avons assumé le travail de la Présidence avec beaucoup d’engagement, de compétence et de réalisme", a indiqué Mme Plassnik. Une grande importance a été attachée à une approche partenariale, délibérément centrée sur le citoyen, ses souhaits et ses préoccupations. "Après la phase de frayeur et le travail de deuil, nous sommes parvenus à remettre l’Europe en mouvement. Pour nous, il s’agissait de rendre à nouveau perceptible la force et la cohésion des 25, et de renforcer le sentiment de communauté européenne", a-t-elle affirmé, en faisant référence à la question de la Constitution et au débat sur l’avenir de l’Europe.

Sur les questions de l’élargissement et de la Constitution, la Présidence a effectué un travail de fond. "En l'occurrence, les régimes express sont exclus, seul un travail sobre et objectif est possible. La Présidence autrichienne a agi comme un constructeur de voies ferrées – d’une part elle a mis sur les rails l’Europe des projets concrets et des résultats, d’autre part elle a gardé intact le Traité constitutionnel", a déclaré Mme Plassnik.

"L'Autriche a utilisé au mieux les chances offertes par la Présidence. L'esprit constructif et innovateur que l'on nous prête est une bonne publicité pour le pays", a déclaré le vice-chancelier, Hubert Gorbach. D'importantes décisions ont été prises durant la Présidence dans les domaines de la sécurité routière, de la mise en place du réseau de transit européen et de la sécurité. Il s'agit toutefois d'entretenir le dynamisme du projet européen. "Nous devons surtout encourager le processus d'approfondissement de la Communauté des Etats européens et accroître l'approbation des citoyens sur le processus d'unification européen. L'Autriche a apporté une contribution efficace, alors que l'on se trouvait dans une phase difficile. Notre but était de renforcer la conscience des décideurs au sein de l'UE mais aussi les régions. L'Europe des régions n'est pas seulement un slogan publicitaire", a ajouté le vice-chancelier.

Dans le domaine de la politique étrangère commune, il s’agissait de gérer un processus complexe et polyphonique parmi les États membres de l’Union. "La voix de l’Europe dans le monde est très demandée, au sein de l’UE comme en dehors. Au cours des derniers mois, il n’y a pas eu de discordances envers l’extérieur. Même sur des sujets difficiles, l’Union européenne a rapidement adopté une position homogène, parfois aussi tout à fait ‘carrée’", a déclaré Mme Plassnik.

"En matière de politique extérieure, il est important que l'Europe parle d'une seule voix dans le monde. Ainsi l'Union européenne peut participer de manière décisive à la paix et la sécurité dans le monde. Nous avons prouvé que nous pouvions adopter une position unique dans des thèmes très complexes", a-t-elle ajouté. "J'espère que les réseaux créés seront entretenus par les prochaines présidences", a conclu la ministre.

La présidente finlandaise, Tarja Halonen, dont le pays prendra la tête de l’UE le 1er juillet, a salué "la grande habileté" avec laquelle l’Autriche a géré sa présidence lors d’une cérémonie de passage de relais symbolique.

 

Sites utiles

 Wolfgang Schüssel à propos de la Présidence du Conseil de l'UE : penser en réseau et agir au niveau européen (Communiqué de presse) - Présidence autrichienne)
 Ursula Plassnik : "La Présidence est un travail d’équipe" (Communiqué de presse) - Présidence autrichienne)
 La présidence de l'Union européenne - touteleurope.fr
 La présidence autrichienne de l'Union européenne - touteleurope.fr