Derniers articles publiés

Présentation des conclusions de la Présidence autrichienne devant le Parlement européen

Actualité 20.06.2006

Le Président en exercice du Conseil européen et Chancelier, Wolfgang Schüssel, a  présenté ce mardi 20 juin 2006, dans le cadre de la séance plénière du Parlement européen, les conclusions de la Présidence autrichienne du Conseil de l'UE.

Il a notamment mis l’accent  sur l'évaluation de la période de réflexion, l'accord sur les perspectives financières qui assure un cadre budgétaire pour les 7 années à venir et le compromis obtenu sur le dossier délicat de la directive services.

Le Chancelier a détaillé en particulier les initiatives destinées "à relancer la pensée européenne" en associant dans un large débat la société civile et les citoyens, les parlements nationaux, les partis politiques et les institutions européennes. 30 projets concrets on été lancés pour la période allant jusqu'à 2010.

Wolfgang Schüssel a souligné le rôle majeur du Parlement qui a "déblayé le terrain" pour faire aboutir la directive services et renforcé, d'autre part, la dotation budgétaire de l'Union européenne à long terme de 4 milliards d'euros. 

A propos du débat sur la Constitution, le Chancelier a rappelé que la présidence devait évaluer la situation après la période de réflexion, phase qui s'est avérée nécessaire. "Le prochain texte constitutionnel devra comporter des éléments nouveaux mais ne devrait pas être modifié en substance (...) Pas un seul Etat membre n'a remis en cause son contenu"  a souligné le Chancelier.
Au premier semestre 2007, la présidence allemande de l’Union européenne commencera à discuter de ces nouveaux éléments: il se peut qu'on ajoute une annexe, ou une interprétation des chapitres existants, mais la substance doit rester inchangée", a-t-il poursuivi.

"L'Allemagne, qui assumera la présidence de l'UE au premier semestre 2007, a été chargée lors du sommet européen de faire un point en juin 2007 et d'"explorer les développements futurs possibles", a-t-il rappelé.

A propos de l'élargissement, le Chancelier a confirmé l'échéance du 1er janvier 2007 pour la Bulgarie et la Roumanie ainsi que le cadre de négociation avec la Croatie et la Turquie. Il a précisé que la notion de capacité d'absorption devait êtremieux définie en vue notamment d'être mesurable.

En matière de politique sociale,  Wolfgang Schüssel a souligné la création de 2 millions d'emplois  en près d'un an et a estimé que l'objectif de 10 millions d'emplois nouveaux à l'horizon 2010 était réaliste grâce à une stratégie de Lisbonne renouvelée davantage ancrée dans la politique des Etats membres. 

La présidence a organisé des débats lors des sommets européens sur des thèmes essentiels comme l'énergie au printemps ou encore les migrations la semaine dernière. Wolfgang Schüssel a cité d'autres avancées comme la création d'un Institut européen de technologie - qui devrait pouvoir être opérationnel en 2009 - et l'élargissement de la zone euro à la Slovénie, attestant "qu'il ne s'agit pas d'un club fermé". De plus, une réflexion a démarré sur une nouvelle politique énergétique, avec un plan d'action destiné à assurer la sécurité de l'approvisionnement. Par ailleurs, un projet est en cours, dans le cadre du septième programme-cadre pour la recherche, pour aborder en commun les maladies rares, particulièrement parmi les enfants. En outre, les questions de formation et d'emploi ont été repensées au Sommet de printemps, avec un nouvel instrument actuellement sur la table du Conseil.

Le Chancelier en évoquant ces avancées a terminé sur une note optimiste : "adieu tristesse, nous pouvons entonner à nouveau l'hymne à la joie européen après la morosité de l'an passé qui a suivi le rejet des référendums français et néerlandais, le piétinement de la directive "services" et les attentats de Londres".