Derniers articles publiés

Pour une relation réaliste avec la Russie

Actualité 09.07.2007

Katinka Barysch, économiste au Centre for European Reform, signe un policy brief dans lequel elle plaide pour plus de réalisme dans les relations entre l'Union européenne et la Russie.

Avec Vladimir Poutine, la politique russe a changé : "il a muselé l'opposition politique et resserré ses griffes autour de ses industries clefs". Les Etats-Unis ont rapidement réagi à ces changements : peu concernés par les affaires intérieures russes, ils ont cherché l'aide de Moscou dans leur lutte contre le terrorisme. Quant à l'Union européenne, réévaluer ses relations avec la Russie est moins évident pour des raisons historiques, commerciales et géographiques, mais cette refondation est néanmoins urgente.

Selon l'auteur, l'Union européenne doit commencer par chercher un accord réaliste avec la Russie. Pour cela, elle doit définir clairement une position à 27, ce qui est loin d'être évident : les Etats européens n'ont ni les mêmes intérêts ni les mêmes appréhensions au regard d'un partenariat avec la Russie. Le sommet de Samara en mai 2007, "n'a produit que très peu de résultats tangibles", mais l'auteur le juge néanmoins "rafraîchissant dans son ouverture et son réalisme". Pour la première fois, les Russes et les Européens se sont mis d'accord sur leurs désaccords.

A l'origine de ce projet de partenariat, il y avait l'idée qu'en entretenant des relations plus proches avec la Russie, elle se rapprocherait de pratiques plus démocratiques, mais c'est l'inverse qui est arrivé. L'Union doit donc revoir les fondements de son partenariat stratégique avec la Russie. L'unité de l'Union européenne et sa détermination dans les négociations doivent être solides afin d'entretenir des relations avec Moscou qui permettent de trouver des issues sur les principaux dossiers critiques, à savoir le plan pour l'énergie, la construction des pipelines, l'affaire du bouclier anti-missiles et le futur statut du Kosovo. Il est également important pour l'Union de préparer l'après Poutine, en tentant de deviner "les contraintes et les incitations susceptibles d'influencer le prochain président russe".

Lire l'analyse

Katinka Barysch, "Russia, realism and EU unity", CER, juillet 2007