Derniers articles publiés

Pour Gunther Krichbaum "toute la déclaration Schuman reste d'actualité!"

Actualité 07.05.2010

M. Gunther Krichbaum est député allemand et Président de la Commission des affaires européennes au Bundestag. Interviewé par Touteleurope.fr à la veille des célébrations de la Fête de l'Europe, il revient sur la portée historique de la déclaration Schuman pour l'Allemagne et sa pertinence pour l'Union européenne aujourd'hui. 


Comment la déclaration Schuman était-elle perçue en Allemagne en 1950?

C'était une révolution en faveur de la paix et du respect des droits de l'homme. Toutes les valeurs qui nous sont chères en 2010 et que nous prenons pour acquises aujourd'hui, nous les devons au courage d'Adenauer et de Schuman, qui étaient de vrais hommes d'Etat. Ils ont eu beaucoup de courage politique, étant donné qu'à l'époque la France et l'Allemagne étaient des ennemis héréditaires. Depuis plusieurs générations, nous avions une haine les uns envers les autres.

Après l'expérience des deux guerres mondiales, ces hommes d'Etats se sont engagés, pour les générations futures, à créer une Europe unie. M. Churchill avait déjà proposé un "Etats-Unis de l'Europe" en 1946 dans son discours à Zürich, mais l'idée géniale qui deviendra l'Union européenne revient surtout à Jean Monnet et à Robert Schuman avec le projet de la CECA qui visait la mise en commun de la production du charbon et de l'acier (production qui avait été au cœur des guerres précédentes). Ce projet très ambitieux tenait du rêve.

Cette déclaration est le fondement de notre Union. Aujourd'hui, nous avons construit un bâtiment solide sur cette fondation. Grâce à cette déclaration, nous avons aujourd'hui des possibilités immenses de coopération et de progrès ensemble.


Que reste-t-il aujourd'hui de la déclaration Schuman?

Toute la déclaration est d'actualité ! Si on ne sait pas qu'elle a été écrite en 1950, on ne peut pas le deviner. Tous les sujets mentionnés dans la déclaration sont actuels : créer la paix, coopérer dans le domaine de l'énergie et surtout nos engagements envers l'Afrique… c'est une part de la déclaration qui est oubliée et dont on parle très peu. Les difficultés des pays du Sud restent un grand défi pour l'Europe. Nous avons mis en place une politique d'aide au développement efficace dont les prémices étaient déjà présentes en filigrane dans les aspirations de la déclaration Schuman.


La déclaration envisageait la Communauté de Charbon et de l'Acier comme une première étape dans la création d'une fédération européenne. L'Union européenne peut-elle un jour devenir une fédération ?

Il n'est jamais facile de prédire l'avenir… Je crois en une coopération toujours plus étroite entre les Etats membres de l'Union européenne. Aujourd'hui nous devons tous faire face aux défis de la mondialisation. La crise économique nous rappelle tous les jours la nécessité de la solidarité et la coopération entre nos Etats.  

Face à la montée de nouvelles puissances telles l'Inde ou la Chine, nous avons la chance de parler d'une seule voix afin de peser sur le cours de choses. Le rapprochement récent des Etats-Unis et de la Chine nous montre les nouvelles configurations géostratégiques qui se mettent en place au niveau mondial. Il est nécessaire que l'Europe soit forte, que les pays européens réagissent ensemble. Surtout, nous devons trouver une solution au problème du gouvernement économique au niveau européen car nous sommes liés par une monnaie commune. Nos politiques nationales sont de plus en plus entremêlées. Nous devons continuer d'œuvrer dans le sens d'une coopération plus étroite. Il y a 20 ans l'Europe était divisée, donc je n'ose pas imaginer tout ce qui sera possible dans 20, voire 60 ans !


Quelle est la place du couple franco-allemand dans l'Union européenne aujourd'hui?

Le moteur franco-allemand est indispensable. Cependant, dans des domaines comme la zone Schengen ou l'euro, certains pays Etats sont plus en avance que d'autres. Nous avons besoin d'Etats pionniers et de projets novateurs pour donner des impulsions à l'intégration européenne. Pour moi, il ne s'agit pas un noyau dur mais d'un noyau magnétique qui peut attirer les autres Etats et de nouvelles idées de coopération. Je suis convaincu qu'à l'avenir nous aurions d'autres projets en commun, comme une armée européenne pour réagir à ce qui se passe en Afghanistan ou ailleurs dans le monde.


Quelle sera selon vous la politique d'élargissement de l'Union dans les années à venir?

L'élargissement est une histoire de succès. Nous avons réussi à nous élargir à 27 Etats tout en préservant notre stabilité, ce qui est remarquable. Notre Union crée des jalousies et des admirateurs parmi les Etats qui aimeraient nous rejoindre. Je suis convaincu que la Croatie entrera bientôt dans l'Union. Pour nous la guerre est très, très loin mais dans ces pays de l'Europe du Sud le souvenir de la guerre reste très prégnante. Nous avons une responsabilité envers la jeunesse des pays des Balkans pour créer une Europe ensemble. Je souhaite que les valeurs qui sont pour nous bien comprises et acceptées telles que la paix le seront pour les citoyens des ces pays.

 

En savoir plus :

Le dossier spécial de Touteleurope.fr sur la déclaration Schuman