Derniers articles publiés

Politique européenne de voisinage : l'Europe remet les compteurs à zéro

Actualité 08.04.2011

La résolution adoptée jeudi 7 avril par le Parlement européen n'y va pas par quatre chemins. Dans ce texte, les parlementaires affirment que "depuis son lancement en 2004, la Politique européenne de voisinage (PEV) a fait la preuve qu'elle n'était pas en mesure d'atteindre ses objectifs en matière de démocratie et de droits de l'homme ni de faire aboutir les réformes politiques, sociales et institutionnelles indispensables".

Un mea culpa qui peut surprendre, dans la mesure où les partenariats avec des régimes autoritaires comme la Biélorussie ou l'Egypte ont été établis dès la naissance de la PEV. Mais les eurodéputés réunis en plénière ont exprimé leur souhait de changer de cap, en s'appuyant notamment sur les mouvements populaires en cours au Moyen-Orient. La résolution adoptée ce jeudi affirme que "l'attention devrait désormais se porter sur [la] mise en œuvre [du dialogue avec les sociétés civiles et les forces démocratiques], en s'efforçant d'agir avec des partenaires qui représentent réellement la société civile et avec des institutions indispensables à l'avènement de la démocratie".

La Politique européenne de voisinage a pour objectif de renforcer la coopération politique, sécuritaire, économique et culturelle entre l'Union européenne et ses voisins immédiats ou proches.


Le Parlement européen souhaite donc mieux définir les objectifs de sa politique de voisinage, autant dans sa dimension orientale que méridionale. Cela passe par la remise en cause de la realpolitik privilégiée jusqu'à aujourd'hui, où le souci de stabilité à court terme l'emportait sur le respect des droits de l'Homme, de la démocratie et la justice sociale.

Ce nouveau départ est d'autant plus nécessaire que l'Union pour la Méditerranée (UpM) est actuellement "au point mort", de par son incapacité à "répondre à une méfiance croissante et à satisfaire les besoins fondamentaux de la population concernée". Des facteurs dont l'Union européenne doit impérativement tenir compte dans la révision de la PEV, comme le souligne la résolution qui appelle à la création d'un "mécanisme visant la mise en œuvre de la clause 'droits de l'homme' dans tous les accords avec des pays tiers" et insiste sur le fait que "le réexamen de la PEV doit accorder la priorité aux critères d'indépendance de la justice, de respect des libertés fondamentales, de pluralisme, à la liberté de la presse et à la lutte contre la corruption".

Enfin, les députés européens mettent en avant la question des moyens, exigeant l'augmentation des sommes consacrées à la PEV, particulièrement dans sa dimension méridionale. Un financement que le Parlement souhaite plus souple et plus ciblé, notamment en direction de la société civile et des communautés locales.

En savoir plus

Une nouvelle posture vis-à-vis des voisins méridionaux – Parlement européen

Pour une révision complète des relations de voisinage de l'Union – Parlement européen

La résolution adoptée – Parlement européen

Le Parlement européen - Toute l'Europe