Derniers articles publiés

Plan d'investissement pour l'Europe : Manuel Valls concrétise 2,1 milliards de financements pour la France

Actualité 12.04.2016

Huit mois après sa mise en route effective, les projets annoncés par le Plan Juncker d'investissement pour l'Europe se concrétisent les uns après les autres. En ce qui concerne la France, le Premier ministre Manuel Valls en visite à la Banque européenne d’investissement a participé à la signature de cinq nouveaux projets. "C’est la première fois qu’un Premier ministre se rend à la Banque européenne d’investissement" dans un contexte aussi important correspondant à la mise en place du Plan Juncker, a déclaré son président Werner Hoyer. Un symbole de "la confiance de la France envers notre banque", a-t-il souligné.

De gauche à droite : Christian Eckert, Ambroise Fayolle, Manuel Valls, Werner Hoyer et Harlem Désir

2,1 milliards d’euros de financements nouveaux pour la France

Changement climatique, accueil des migrants, Grand Paris, soutien aux PME : au total, 2,1 milliards d’euros de financements nouveaux en faveur de projets concrets accélérateurs de croissance et d’emplois ont été signés à l’occasion du déplacement du Premier ministre au Luxembourg. Dans un timing serré, 30 minutes pour 7 signatures, Manuel Valls a insisté sur le rôle de la Banque européenne d’investissement (BEI). "L’Europe doit, plus qu’elle ne le fait aujourd’hui, investir dans l’avenir. Elle doit, plus encore qu’aujourd’hui, mettre la BEI au cœur de sa stratégie économique. La France soutient pleinement la BEI. Car la BEI, c’est l’Europe du concret". Parmi ces projets qui mobiliseront 8,7 milliards d’euros d’investissements additionnels en France, cinq ont été financés au titre du Plan d’investissement pour l’Europe.

Jean-Claude Juncker

Pour tout savoir sur le Plan Juncker pour l'investissement en Europe, consultez également notre article de questions-réponses

La France, en tête des pays bénéficiaires

En pleine crise, le secteur agricole a logiquement été choisi pour bénéficier du Plan d’investissement pour l’Europe. Les Maîtres laitiers du Cotentin, une coopérative de producteurs laitiers normands, construiront d’ici avril 2017 une nouvelle usine de traitement du lait à Méautis en Normandie. Un nouveau projet de grande ampleur dont l’objectif est de répondre à un contrat important de production de briquettes de lait pour la Chine.

Parmi les autres projets conclus dans le cadre du Plan Juncker figurent aussi trois nouvelles transactions en faveur des entreprises innovantes pour un montant de 340 millions d’euros avec la Banque postale, la Caisse d'épargne et Entrepreneur Venture. A cela s'ajouteront également trois projets visant à financer les PME et entreprises de taille intermédiaire (ETI) françaises.

Avec ces financements, la France s’inscrit en tête des pays bénéficiaires du Plan Juncker, avec 28 projets sélectionnés qui devraient mobiliser 9,4 milliards d’investissements additionnels. Au niveau européen, le Groupe BEI a approuvé plus de 200 projets qui devraient mobiliser un investissement total de plus de 78 milliards d'euros, soit environ un quart de l'objectif total de 315 milliards d'euros.

Manuel Valls entouré de Werner Hoyer et Ambroise Fayolle

Changement climatique et crise des migrants : la BEI se mobilise

Parmi les financements signés lundi par Manuel Valls dans le cadre du plan du gouvernement français "Répondre aux défis des migrations", figure la réhabilitation de 70 000 logements aujourd'hui obsolètes pour l'hébergement temporaire de migrants. C’est la société immobilière Adoma, successeur de la Sonacotra, qui bénéficiera d’un financement d'environ 50 millions d’euros pour réhabiliter ces bâtiments permettant de loger des demandeurs d’asile et des réfugiés.

"A travers la BEI, on démontre que l'Europe s'occupe du quotidien le plus concret pour des catégories les plus précaires dans notre pays", a souligné André Yché, président de la SNI, Société nationale immobilière dont Adoma est une filiale.

Quatre mois après la COP21, trois nouveaux projets ont enfin été annoncés en matière d’action climatique : de nouveaux financements pour la construction et la rénovation d'hôpitaux (100 millions d’euros) et de bâtiments publics en partenariat avec la Banque postale (100 millions d’euros). Tandis qu'un soutien conséquent est apporté à la société AKUO pour le développement des énergies renouvelables (éolien terrestre, photovoltaïque et biomasse) en France et dans le monde.

Le vice-président de la BEI, Ambroise Fayolle, a rappelé que l’action climatique était une priorité pour la BEI, qui a consacré 47% de son activité dans ce domaine en 2015 en France.

Mais d’autres secteurs clés sont également concernés par ces nouveaux projets. En termes d’infrastructures durables, le Grand Paris bénéficiera d’un financement d’1 milliard d’euros pour la construction de la première ligne du Grand Paris Express. Une bonne nouvelle notamment pour les utilisateurs franciliens du RER A.