Derniers articles publiés

Philippe de Fontaine Vive : "Le tourisme doit mieux intégrer l'environnement écologique et humain"

Actualité 28.11.2012

Mardi 27 novembre s'est tenue à Marseille la 11e conférence de la FEMIP, le "bras financier" de la Banque européenne d'investissement dans les pays de la Méditerranée. Le thème choisi cette année était le financement du tourisme durable dans la région : l'occasion de dresser un état des lieux du secteur, de mieux appréhender ses potentialités et de s'interroger sur les moyens de mieux financer les projets touristiques au Sud, à l'Est comme au Nord du bassin méditerranéen. Le Vice-Président de la BEI, Philippe de Fontaine Vive, expose les enjeux du tourisme durable en Méditerranée.

Voir la vidéo (3'59)

Un secteur d'avenir...

La Facilité euro-méditerranéenne d’investissement et
de partenariat (FEMIP)
regroupe l’ensemble des instruments d’intervention mis en oeuvre par la Banque européenne d’investissement dans les pays partenaires méditerranéens. Opérationnelle depuis octobre 2002, elle est aujourd’hui l’acteur de référence du partenariat financier entre l’Europe et les pays du sud de la Méditerranée, avec près de
13 milliards d’euros de financements entre 2002 et 2011, donnant lieu à la mobilisation de quelque 35 milliards d’euros de capitaux supplémentaires.

Pour Philippe de Fontaine Vive, le tourisme est "un candidat évident" pour réduire le chômage en Méditerranée. En effet, il est l'un des premiers secteurs d'activité économique dans de nombreux pays : selon la BEI, il emploie directement et indirectement quelque 20 millions de personnes dans la région et a contribué pour 11% au PIB de la région en 2011.

Aujourd'hui touché par la crise (économique, mais aussi en conséquence du printemps arabe), c'est donc un secteur qui doit non seulement être relancé, mais aussi faire preuve d'innovation. D'où l'opportunité du "tourisme durable", qui intégrerait l'environnement écologique mais aussi humain dans sa conception même.

…qui profite à tous

Le tourisme est un vecteur de compétition important pour les entreprises comme pour les gouvernements. Dès lors, développer un tourisme "haut de gamme" au sud et à l'est de la Méditerranée ne risque-t-il pas de nuire au Nord ?

Au contraire, pour le Vice-Président de la BEI cette "révolution" touristique tire vers le haut non seulement les pays qui la mettent en oeuvre, comme la Croatie, mais également ses concurrents. "Là où le développement touristique est acquis, il faut monter en gamme et reconditionner les infrastructures hôtelières, au Nord comme au Sud de la Méditerranée".

Enfin, les opportunités de ce développement sont nombreuses pour les entreprises : événementiel, circuits, tourisme de santé… il existe une série de niches à saisir "pour faire un produit dont on puisse être fier, et non un produit en volume qui permet de commercialiser sans se soucier des lendemains".

 

 

En savoir plus

 

11e conférence de la FEMIP – « Vers un tourisme durable en Méditerranée » - BEI