Derniers articles publiés

Philippe de Fontaine Vive : "En France, l'activité de la BEI est passée de 4,3 milliards en 2012 à plus de 7.8 milliards en 2013"

Vidéo 14.01.2014

La Banque européenne d'investissement pourrait bel et bien gagner son pari. Avec 7.8 milliards d’euros de financements en France pour l'année 2013, la Banque européenne d'investissement (BEI) a respecté l'engagement qu'elle s'était fixée en 2012 dans le cadre du Pacte européen pour la croissance et l'emploi : verser 7 milliards d'euros à l'économie française en 2013, dont 1,2 milliard d'euros pour les PME. "Pour l'instant les premiers résultats sont plus qu'encourageants", s'est félicité le vice-président de la BEI, lors d'une conférence de presse le 9 janvier à Paris. "Cette véritable mobilisation en France a fonctionné et nous allons voir les résultats au fil du temps", a indiqué Philippe de Fontaine Vive.

80 % de nouveaux financements en France en 2013


Depuis janvier 2013, la Banque européenne d'investissement a mis en œuvre un plan de relance européen qui se concrétise en France par une progression de 80 % de son activité, passant de 4,3 milliards en 2012 à plus de 7.8 milliards cette année.

Ce résultat dépasse l’objectif annoncé de 7 milliards et s’accompagne d’une mobilisation également de sa filiale, le Fonds européen d’investissement (FEI) qui a porté son activité en France de 285 à 546 milliards d'euros. Ce qui fait pour le groupe BEI un total de financements nouveaux de 8,3 milliards d’euros.

Non seulement, la BEI a tenu ses engagements mais elle est allée au-delà, traduisant ainsi une mobilisation sans précédent avec les acteurs économiques français.

Partenariat BEI-BPI France

Apporter un financement adapté aux besoins spécifiques des PME innovantes en France, tel est l’objectif du contrat de financement signé le 25 septembre 2013 entre Bpifrance et le groupe BEI. La concrétisation d'un tel accord représente, en volume, l'intervention la plus importante de la BEI en France pour 2013.

"Ces volumes d'activités correspondent à trois points essentiels", explique Philippe de Fontaine Vive : "changer la qualité de vie des Français en réinvestissant dans les secteurs publics, rester à la pointe de l'innovation et financer les PME à travers notamment le partenariat noué avec la BPI France".

Dans le contexte actuel, l’atout majeur de la BEI est d’offrir une expertise technique et financière et des conditions favorables de financement sur des maturités longues et à des taux compétitifs, grâce à un coût de la ressource relativement faible permis par sa notation AAA.

La relance par l’investissement

La BEI a continué à soutenir des investissements significatifs que ce soit pour les infrastructures publiques ou pour l’innovation, avec une attention particulière portée à la formation et à l’emploi.

Le vice-président de la BEI a souligné le rôle de la Banque européenne d'investissement dans la modernisation des infrastructures publiques (3,97 milliards d'euros pour 27 projets) et a soutenu l’éducation et la formation (1,19 milliards pour 6 projets).

Le soutien aux PME

En 2013, le fonds européen d’investissement (FEI), filiale de la BEI dédiée au capital risque en soutien des PME, a apporté près de 500 millions d’euros, portant le total des concours financiers signés par le groupe BEI pour la France à près de 8,3 milliards.

En 2013, la BEI a signé un engagement conséquent (1,5 milliard d’euros) en soutien au programme national Hôpital Avenir pour rénover et moderniser 469 établissements de santé publics et privés sur trois ans. "Nous avons besoin d'améliorer la qualité de nos services publics", a déclaré Philippe de Fontaine Vive qui attend de nouveaux résultats pour 2014.

L'activité de la BEI a notamment été marquée par le renforcement des financements en faveur du développement des transports, des réseaux d’assainissement et de la gestion des déchets pour doter les villes d’infrastructures performantes. Le réseau TER a été modernisé au sein de trois régions françaises : la région Pays de la Loire  (200 milliards pour financer des projets ferroviaires sur l’ensemble du territoire régional), la région Alsace (120 milliards d'euros pour l’acquisition de 24 nouvelles rames Régiolis) et la région Rhône-Alpes (200 milliards pour l’acquisition de 40 rames électriques Régio2N).

La BEI a également mis un accent particulier sur la modernisation et la rénovation  des lycées et établissements professionnels au sein de plusieurs régions françaises. Trois nouveaux financements ont été signés en 2013 pour les régions Nord-Pas de Calais, Poitou-Charentes et Centre allant permettre la rénovation de 234 établissements. En région Centre, le financement de la BEI a permis également la mise en œuvre d’opérations transversales (accessibilité, informatique, restauration) dans les établissements éducatifs de la région alors qu’en Poitou-Charentes, l’accent a été mis sur la dotation des infrastructures nécessaires à une éducation professionnelle et technique de qualité en particulier pour les filières d’apprentissage dont la demande est très forte dans cette région.

La BEI a fait de l’innovation une priorité d’action au sein de secteurs clefs pour l’avenir tels que les technologies propres, numériques et digitales. Un nouveau contrat a ainsi été signé avec le groupe Airbus : 300 milliards pour soutenir les programmes de R&D visant à la réduction de l’impact environnemental des avions : efficacité énergétique, réduction des émissions et pollutions etc. Ce nouveau contrat porte à 800 M€ le volume total des financements de la BEI à la R&D d’AIRBUS Group depuis août 2011.

Trois autres contrats phares ont également été signés avec le groupe Amadeus (150 milliards d'euros), le groupe Renault (400 milliards d'euros)  et le groupe PSA Peugeot Citroën (300 milliards d'euros).

Enfin, la BEI a rendu les financements européens encore plus accessibles aux petites et moyennes entreprises (PME) et aux collectivités locales grâce à des partenariats sans précédent avec la Caisse des Dépôts et consignations et BPIfrance. Grâce à leurs fortes implantations dans les territoires, les deux institutions publiques vont offrir aux porteurs de projets de petites ou moyennes dimensions un guichet unique d’accès aux financements européens.