Derniers articles publiés

Pascale Joannin : "j'aimerais que l'on fasse une vraie place aux femmes lors des prochaines élections européennes"

Actualité 02.07.2008

Le 2 juillet, la Fondation Robert Schuman et l'association "Femmes, Débat et Société" ont organisé, sous le label de la Présidence française, une conférence internationale "Femmes, passerelles d'Europe" à Sciences Po Paris. Plusieurs personnalités européennes de premier plan ont débattu ensemble sur les moyens de sensibiliser davantage les femmes à la valeur ajoutée européenne et de renforcer les liens entre les citoyennes et l’Europe. La directrice de la Fondation Robert Schuman, Pascale Joannin a présenté les résultats d'un sondage réalisé pour l'occasion.




Voir la vidéo


(Durée : 4'36)

 

 

 

La conférence "Femmes passerelles d'Europe" s'est déroulée en présence de nombreuses personnalités européennes.

Vaira Vike-Freiberga est née à Riga, en Lettonie. En 1945, elle a fuit l'occupation soviétique pour se réfugier en Allemagne.

Présidente de la Lettonie de 1999 à 2007, réélue en 2003, elle a conduit l'intégration de son pays au sein de l'Union européenne et de l'OTAN.

En 2006, elle a été classée comme la 63e femme la plus puissante au monde par le magazine Forbes.

Pascale Joannin a présenté les résultats d'un sondage exclusif CSA, réalisé au printemps 2008 pour cette conférence. Selon cette étude, les femmes sont moins favorables à la construction européenne que les hommes." Elles ont néanmoins des attentes très précises de l'Europe", a expliqué Pascale Joannin, "d'abord la paix, ensuite l'environnement puis la monnaie unique".

En présence d'universitaires de renom, de chefs d’entreprises internationales, et de hauts responsables politiques européens, le premier débat consacré à ce sondage a été présidé par la grande figure emblématique européenne Vaira Vike-Freiberga, ancienne présidente de la Lettonie qui a fait part de son témoignage.

L'historienne Michelle Perrot, a expliqué quant à elle que l'égalité des sexes était "une idée neuve", créée par l'Europe. "L'égalité sexuelle et sociale n'est pas naturelle, elle se construit", a-t-elle expliqué.

Présidé par Claudie Haigneré, ancienne ministre, médecin et astronaute, le deuxième panel a réuni des intervenants autour du thème de l'éducation, de l'enseignement supérieur et du travail. Les réflexions ont porté sur les disparités hommes femmes, qui naissent souvent dès l’éducation et l’orientation et qui se prolongent tout au long de la vie professionnelle.

"Parmi les jeunes diplômés d'universités, 60 % sont des femmes, mais quand on regarde l'évolution des carrières que ce soit dans l'administration, dans la politique, dans les entreprises, ces femmes ne sont plus là", a souligné Pascal Joanin, directrice de la Fondation Robert Schuman. Il faut donc se demander "pourquoi" et s'attarder sur les questions "d'emploi, de conciliation de la vie privée et professionnelle et d'orientation".

Enfin, les discussions ont porté sur "l'Europe durable", en présence de Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie . Les questions majeures de l’environnement, de l’aide au développement, de la compétitivité de nos économies et des modèles sociaux européens ont figuré au cœur des débats.

Dans un discours en faveur de l'égalité hommes femmes, le Secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Jean-Pierre Jouyet, a adressé un message aux citoyennes : "c'est à vous de mener ce combat lors des prochaines élections européennes". "Nous vous y aiderons", a assuré Jean-Pierre Jouyet.

 

En savoir plus :

Conférence Femmes passerelles d'Europe
- Fondation Robert Schuman