Derniers articles publiés

"Panne" européenne : l'élargissement n'est pas coupable

Actualité 08.01.2007

Le directeur des études de la Fondation Robert Schuman, Thierry Chopin et l'ancien secrétaire du Sénat du Parlement de la République tchèque à la Convention européenne, Luckas Macek, souhaitent apporter une réponse au "désenchantement des pro-européens à l'égard de l'élargissement". Selon eux, "le discours pessimiste" sur la capacité de l'UE à "survivre" à l'entrée des dix nouveaux membres et le fantasme d'un élargissement destructeur, menacent de déstabiliser l'intégration européenne.

Afin de rétablir un discours positif sur l'Europe, les deux auteurs se proposent de combattre certaines idées reçues. Ils s'opposent ainsi à l'idée selon laquelle la crise politique que traverse actuellement l'UE serait due à l'élargissement et affirment que "la machine communautaire continue à fonctionner.

L'Union connaîtrait plutôt une "transformation des rapports de force", qui oblige la France à repenser sa politique européenne. La seconde idée qu'ils récusent est celle d'une opposition entre élargissement et approfondissement. Ils pensent au contraire que l'élargissement et la "logique de la réconciliation fondatrice" permettent de renouer avec "l'objectif initial de la construction européenne".

Selon les deux auteurs, "approfondir l'Europe à 27" suppose trois exigences. La question des limites de l'Union, qui est de "nature identitaire", doit être abordée non pas de façon technique mais par un discours politique exposant les raisons des élargissements. Ceci suppose au préalable de clarifier le projet européen autour "d'intérêts convergents, faciles à identifier". Enfin, les auteurs appellent à une définition commune du rôle géopolitique de l'Union.

Pour relancer la construction européenne, Thierry Chopin et Luckas Macek préconisent donc :

- l'adoption par le Conseil européen d'une déclaration politique qui définirait les traits essentiels du projet européen ;

- la reprise et le renforcement du projet de Constitution ;

- une initiative de relance de la PESC portée par l'Allemagne, la France et la Royaume-Uni ;

- le développement d'un effort de communication et d'éducation sur la construction européenne.

Lire l'analyse

Thierry Chopin et Luckas Macek, "Après l'adhésion de la Bulgarie et la Roumanie : en finir avec l'opposition entre élargissement et approfondissement", par
Fondation Robert Schuman, janvier 2007