Derniers articles publiés

Palestine : l'Union européenne fournit 35 millions d'euros pour deux projets de développement

Actualité 21.03.2012

Lundi 19 mars, Catherine Ashton, haute représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, a signé un accord avec Salam Fayyad, Premier ministre palestinien, pour une aided'un montant total de 35 millions d'euros. Cette somme servira à financer deux projets : une station d'épuration des eaux en Cisjordanie, et la rénovation du seul point de passage entre la Palestine et Israël pour les marchandises.

Deux projets visant à améliorer les conditions de vie des Palestiniens

La Politique européenne de voisinage, initiée en 2004, vise à améliorer les relations de l'Union européenne avec ses voisins n'entrant pas dans le projet d'adhésion. Cette politique prône la sécurité, la stabilité et la prospérité et concerne les Etats situés à l'est des frontières de l'Union, les pays du Caucase ainsi que les membres du partenariat euro-méditerranéen.

La station d'épuration, située à Tubas en Cisjordanie, est un projet nécessitant une enveloppe de 22 millions d'euros, que l'Union fournira dans le cadre de la politique européenne de voisinage. Cette station sera la deuxième de ce genre dans la région et la première à réutiliser les eaux traitées pour l'agriculture. Ainsi, l'objectif n'est pas seulement d'améliorer la propreté de l'eau mais aussi de contribuer à la préservation des ressources hydrauliques, disponibles en faibles quantités sur les territoires palestiniens.

La rénovation du point de frontière de Karem Abu Salem/Kerem Shalom situé sur la Bande de Gaza aura un coût égal à 13 millions d'euros. Sa mise en œuvre sera réalisée en coopération entre l'Autorité palestinienne et Israël. Le but est ici de moderniser et d'agrandir le seul point de passage existant entre Israël et la Bande de Gaza pour le transport de marchandises. Concrètement, le plan comprend la construction et l'extension d'infrastructures de chargement, d'inspection ou encore de stockage, ainsi que la fourniture d'équipements. Le soutien européen sera ici effectué dans le cadre de l'Instrument de stabilité.

L’instrument de stabilité – 2007-2013 – finance les actions de coopération au développement et de coopération financière, économique et technique menées par l’Union européenne en partenariat avec des pays tiers. Ces actions visent à rétablir la stabilité en cas de situations d’urgence, de crise ou de crise émergente, et à renforcer la capacité de préparation des pays tiers face aux crises et aux menaces mondiales et transrégionales.



"Grâce à ces investissements, l'Union européenne va contribuer significativement à l'amélioration des conditions de vie des Palestiniens" a déclaré Catherine Ashton. "Parfaitement au courant de la rareté des ressources en eau présentes dans les territoires palestiniens, l'Union a fait de cet enjeu l'un des domaines prioritaires de son assistance". Quant à la rénovation du poste frontière, l'Union y voit une parfaite opportunité de faciliter les flux d'aides humanitaires, de biens de marchandise et de personnes en provenance ou à destination de Gaza.

 

 

L'Union européenne : partenaire historique du développement des Territoires palestiniens

L'Union européenne est le plus grand donateur d'aides au développement pour le Territoire palestinien. Cette aide financière remonte à 1971 et à la contribution européenne au budget de l'Office de secours et des travaux des Nations Unies pour réfugiés de Palestine au Proche-Orient. Au total, entre 1994 et 2009, l'Union a fourni la somme de 4,26 milliards d'euros, par le biais de différents instruments géographiques ou thématiques. Le montant de cet engagement s'explique par la volonté européenne de faire de la Palestine un Etat viable, indépendant, démocratique et vivant en paix avec Israël.

Plus précisément, la Palestine fait partie du Partenariat Euro-Méditerranéen depuis 1995. Un accord d'Association Intérimaire sur le Commerce et la Coopération a été signé entre l'Autorité palestinienne et l'Union européenne. L'accord prévoit un cadre global pour la coopération et le libre-échange, mais depuis 2000 et la seconde Intifada, sa réalisation est devenue pour le moins difficile.

En outre, le 1er février 2008 a été lancé le Mécanisme palestino-européen de gestion et d'aide socio-économique (PEGASE). Ce mécanisme soutient le Plan palestinien de réforme et de développement et prend en charge les coûts de l'Autorité palestinienne comme les salaires ainsi que des projets de développement dans des secteurs comme la gouvernance, le développement social, l'économie et les infrastructures publiques. De cette manière, l'Union européenne a fourni une aide égale à 271 millions d'euros en 2009, 279 millions d'euros en 2010 et 295 millions d'euros en 2011.


En savoir plus
Développement et coopération : Territoires palestiniens occupés – Commission européenne
Rapport sur l’Autorité palestinienne, la Cisjordanie et la Bande de Gaza – Commission européenne