Derniers articles publiés

Neuf défenseurs des Droits de l'homme en course pour le Prix Sakharov

Actualité 05.10.2010

Le prix qui est décerné par le Parlement européen depuis 1988 veut récompenser et honorer les personnes ou les organisations qui ont consacré leur existence à la défense des Droits de l'homme et des libertés. Il est remis le 10 décembre de chaque année par le président du Parlement en souvenir de la Déclaration universelle des Droits de l'homme du 10 décembre 1948.

La liste des nominations

Les derniers vainqueurs du prix
Hu Jia, Salih Mahmoud Mohamed Osman, Alexander Milinkevitch, Dame en blanc, Hauwa Ibrahim et Reporters sans frontières

Le 23 septembre dernier, neuf nominés ont été sélectionnés par les groupes politiques du Parlement européen ou par des groupes composés de plus de 40 députés pour le Prix Sakharov 2010.

Celui-ci se veut être l'incarnation de la "liberté de l'esprit".  Les nominés sont le mouvement "Access", Haytham Al-Maleh, l'ONG israélienne "Breaking the Silence", Guillermo Fariñas, Aminatou Haidar, Dawit Isaak, Birtukan Mideksa, le père Thadeus (Nguyen Van Ly) et la mission chrétienne "Portes ouvertes".

La procédure d'élection

C'est aujourd'hui, mardi 5 octobre, que les nominations sont présentées dans le cadre d'une réunion conjointe des commissions des Affaires étrangères et du développement des Droits de l'homme. Par la suite, trois finalistes seront départagés lors d'un vote qui aura lieu le 18 octobre prochain. Pour la dernière étape, le lauréat se verra choisir par la conférence des Présidents du Parlement et sera définitivement officialisé lors de cérémonie de remise du prix Sakharov, le 15 décembre 2010.

Un prix pour promouvoir les droits de l'homme

Pour rappel, Le Prix Sakharov récompense des personnalités exceptionnelles qui luttent contre l’intolérance, le fanatisme et l’oppression. À l’instar d’Andreï Sakharov, les lauréats du Prix Sakharov témoignent combien il faut de courage pour défendre les Droits de l’homme et la liberté d’expression.

Le prix s'intitule ainsi en mémoire du physicien soviétique, père de la bombe à hydrogène, qui s'était élevé contre les utilisations politiques de la science moderne. Il a été notamment à l'origine du traité interdisant les essais nucléaires en 1963. Figure de la dissidence dans les années soixante-dix, il crée un Comité pour la défense des Droits de l'homme et la défense des victimes politiques. Ses efforts sont couronnés par le prix Nobel de la paix en 1975.

Un lien symbolique fort entre Sakharov et l'ONG russe Memorial

On en parle sur Twitter

MarietjeD66 Comme annoncé hier, à # pdfeu, la campagne pour le prix Sakharov a commencé. Découvrez-le maintenant! https://www.youtube.com/watch?v=D0dcoleQdZo

Réagissez sur Tweet your MEP !

L'élection de l'ONG russe Memorial l'année dernière affiche dès lors une résonnance toute particulière, dans la mesure où, par certain aspects, l'Etat russe était accusé de renouer avec les anciennes pratiques soviétiques.

ONG autrefois dirigée par le physicien dissident, cette organisation, connue pour sa ténacité envers les pouvoirs russes, a connu également les morts suspectes de plusieurs de ces membres comme Anna Politovskaïa, Serguei Makelov, ou Natalia Estemirova. Suite à l'assassinat de cette dernière, l'ONG avait été attaquée pour diffamation par Ramzam Kadyrov  dans la mesure où Memorial avait accusé le président tchétchène d'être complice du meurtre de la jeune militante pour les Droits de l'Homme.



En savoir plus

Les droits de l'homme sous les projecteurs : le Prix Sakharov 2010 - Parlement européen