Derniers articles publiés

Nathalie Loiseau : "Nous voulons réformer profondément l'Europe avec les citoyens"

Actualité 16.04.2018 Christophe Préault

Prenant appui sur les Consultations citoyennes, la ministre chargée des Affaires européennes réaffirme sa volonté d'engager une refondation de l'Europe en donnant la parole aux Européens.

Nathalie Loiseau, le 13 avril 2018 dans l'amphithéâtre du Campus Brossolette à Troyes

Nathalie Loiseau, le 13 avril 2018 dans l'amphithéâtre du Campus Brossolette à Troyes. A gauche : Michel Barnier. Crédits : Twitter / @Nathalieloiseau.

Quatre jours avant le lancement officiel des Consultations citoyennes en France par Emmanuel Macron, le 17 avril à Epinal, Nathalie Loiseau, ministre chargée des Affaires européennes et Michel Barnier, négociateur en chef de la Commission européenne pour le Brexit, étaient à Troyes pour un débat sur les enjeux européens. Un tour de chauffe pour roder l'exercice, avec un certain succès puisque l'amphithéâtre de l'Ecole supérieure de Commerce de Troyes était comble.

Près de 500 personnes étaient présentes : étudiants, responsables d'associations, chefs d'entreprises et citoyens en quête d'informations sur l'Europe. Un exercice de pédagogie qui a duré deux heures, avec de nombreux échanges et quelques phrases fortes : "Le pire pour l'Europe c'est le silence, ce silence qui entretient les peurs", a ainsi affirmé Michel Barnier. "L'Europe est un cocktail assez unique qui est le seul espace au monde où on allie libertés individuelles, esprit d’entreprise et justice sociale", a pour sa part déclaré Nathalie Loiseau. A la suite du débat, celle-ci a répondu à nos questions.

 

Quel est le principe des Consultations citoyennes ?

Nathalie Loiseau : Le principe est simple : dès maintenant et jusqu'à fin octobre dans tous les Etats membres seront proposés des débats citoyens impulsés par des associations, des chambres de métiers, de commerce, des universités, des entreprises, en tous lieux sans restriction, comme par exemple à Pôle emploi où je vais bientôt participer à un débat.

Le principe, c'est donner l'occasion aux Européens, aux Français, de s'exprimer, de décider de l'Europe qu'ils voudront demain. Dans le même temps, la Commission complètera ces débats par une consultation numérique à travers un site, traduit dans les 24 langues de l'UE, où chaque citoyen pourra répondre à un questionnaire et apporter sa pierre à l'édifice.

Un panel d'une centaine de citoyens des 27 pays membres de l'UE (hors Royaume-Uni) sera réuni à Bruxelles les 5 et 6 mai pour définir les grands thèmes du questionnaire traduit en 24 langues qui sera mis en ligne par la Commission européenne le 9 mai à disposition de tous les citoyens européens.

 

Est-ce un pari risqué de demander l'avis aux citoyens ?

Nathalie Loiseau : Ah non ! Le pari risqué c'est de ne pas écouter les citoyens ou de laisser la parole à ceux qui crient le plus fort, ceux qui pensent que détester l'Europe et proposer que l'on retourne en arrière est la meilleure solution. C'est ce qui s'est passé pendant des années et c'est ce pari risqué que nous ne voulons pas prendre. Nous voulons réformer profondément l'Europe, nous voulons lui donner un nouvel élan, avec les citoyens, pour les citoyens.

 

Et si les citoyens ne répondaient pas à cet appel ?

Nathalie Loiseau : Je n'y crois pas du tout, par exemple ce soir (vendredi 13 avril) la salle était pleine à Troyes. Et je peux vous dire que partout où l'on dit : "Parlons d'Europe !", les gens sont au rendez-vous. Il y a des attentes, des inquiétudes aussi, mais également des curiosités et des propositions, beaucoup de propositions...

"Si l'Europe ne se comporte pas comme une puissance, elle n'écrira pas son histoire"

 

Ces propositions des citoyens seront-elles reprises par les chefs d'états ?

Nathalie Loiseau : Il y aura une restitution de ces propositions, qui seront rassemblées et mises en ligne sur internet. Elles seront donc publiques. Elles seront à la disposition des chefs d'Etat et de gouvernement qui se sont engagés à les prendre en compte au moment où ils veulent réformer l'Union européenne.

 

Sur les questions européennes, les citoyens ont le sentiment de ne pas être écoutés. Ces consultations sont-elles réellement l'occasion de faire entendre sa voix ?

Nathalie Loiseau : Oui, c'est le moment où les citoyens doivent prendre la parole. On attend d'eux qu'ils soient en réaction, qu'ils s'expriment, suggèrent, proposent comme ce soir à Troyes où j'ai été très heureuse de ce débat. Je pense que nous vivons un moment historique avec les Consultations citoyennes organisées dans les 27 pays de l'UE où chaque citoyen aura l'opportunité de s'exprimer librement.

 

Tour d'Europe des Consultations citoyennes

Nathalie Loiseau sera au Parlement européen à Strasbourg, mardi 17 avril, aux côtés d'Emmanuel Macron, puis dans la soirée à Epinal où le Président de la république lancera officiellement les Consultations citoyennes en France. La semaine dernière Nathalie Loiseau était à Zagreb pour participer à la première Consultation organisée en Croatie. Elle sera prochainement en République Tchèque, à Malte, en Espagne.