Derniers articles publiés

Michel Herbillon : "La place de l'Europe dans les médias, notamment la télévision, n'est pas suffisante".

Actualité 15.01.2008

Michel Herbillon, vice-président de la délégation de l'Assemblée nationale pour l'Union européenne, est l'auteur du rapport "La fracture européenne", remis officiellement au Premier ministre le 29 juin 2005. Ce rapport posait les jalons d'une véritable stratégie de communication pérenne sur l'Europe. Le député présentait, en fin de rapport, 40 propositions pour mieux informer les Français sur l'Europe.

 

Plus de deux ans après la rémise de votre rapport, quel bilan peut-on tirer de la communication sur l'Europe ?

Voir la vidéo : 

(Durée : 4'54)


Le référendum du 29 mai 2005 a été accompagné d'un riche débat public mais a paradoxalement mis en lumière l'écart qui se creuse entre l'Europe et les Français.

Dans un rapport, remis en juin 2005, consacré au bilan des actions menées en France en matière d'information et de communication sur l'Europe, Michel Herbillon constatait l'échec de ces politiques et soulignait le déficit d'information et d'image dont souffre l'Europe et proposait de nombreuses mesure.

Le vice-président de la délégation de l'Assemblée nationale pour l'Union européenne constate aujourd'hui qu'un grand nombre de mesures qu'il avait voulu "très concrètes, opérationnelles, lisibles, simples et peu coûteuses" ont été mises en œuvre dans des domaines très importants, comme par exemple l'école. "Maintenant, dans le socle commun de connaissances, à la suite de la loi sur l'école, il y a l'introduction des fondamentaux sur l'Europe avec une évaluation au Brevet des collèges" indique-t-il. Un module sur l'Europe a également été introduit dans les journées d'appel de préparation à la défense. "Ca touche 800 000 jeunes par an". Toutes ces mesures sont "une très bonne chose", estime-t-il.

Cependant, "il y a encore beaucoup de travail à faire dans le domaine des médias" qui sont un "vecteur de communication essentiel", reconnaît Michel Herbillon. "La place de l'Europe dans les médias, notamment la télévision, n'est pas suffisante. L'évolution du service public audiovisuel, avec l'abandon annoncé par Nicolas Sarkozy de la publicité, peut être une occasion de mettre plus d'Europe dans ce service public" et d'en parler de "manière festive par le jeu et le divertissement".

Selon le député, la Présidence française de l'Union européenne (PFUE) et les élections européennes devraient être des opportunités pour "améliorer l'information des Français sur l'Europe". Conscient que la construction européenne ne peut se poursuivre sans l'adhésion des citoyens, il prône "une politique d'information durable" sur l'Europe.

Interrogé sur le rôle de la délégation pour l'Union européenne à l'Assemblée nationale dont il est le vice-président, Michel Herbillon explique que cette délégation se saisit de "tous les textes qui concernent l'UE". La législation française est à" 90 % d'origine européenne", rappelle le député. Elle se saisit également des "sujets concernant la vie quotidienne des Français où il y a un véritable travail de parlementaire à faire".

L'Assemblée nationale sera très fortement impliquée dans tous les travaux et objectif de la PFUE, notamment grâce cette délégation pour l'UE. "Une délégation commune à la délégation pour l'UE et à la Commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale" a également été constituée pour cette présidence, précise Michel Herbillon.

 

En savoir plus :

Voir le rapport de Michel Herbillon - La fracture européenne - Après le référendum du 29 mai 2005 : 40 propositions concrètes pour mieux informer les français sur l'Europe