Derniers articles publiés

Marie-Christine Vergiat: "Il faut continuer à soutenir les anciens lauréats du prix Sakharov"

Actualité 29.10.2010

Jerzy Buzek a annoncé jeudi 21 octobre que le prestigieux prix Sakharov était remis à Guillermo Fariñas, le célèbre dissident cubain. La député française Marie-Christine Vergiat (GUE/NGL) a tenu à rappeler à cette occasion qu'il fallait également continuer à soutenir les détenteurs du prix 2009 alors que l'un d'entre eux, Oleg Orlov, va être jugé dans son pays pour avoir déplu au pouvoir en place.

Touteleurope.eu : Pourquoi avoir fait une résolution pour soutenir Oleg Orlov, qui a reçu le prix Sakharov en 2009 ?

Marie-Christine Vergiat : Au moment des discussions sur le prix Sakharov 2010, je me suis indignée du fait que nous faisions peu de cas de ceux qui avaient été primés l'année dernière alors qu'ils continuent d'être menacés dans leur pays. Un certain nombre de mes collègues ont trouvé mon intervention pertinente. Nous avons donc décidé de faire une résolution pour soutenir Oleg Orlov.

Le Prix Sakharov du Parlement européen récompense des personnalités exceptionnelles qui luttent contre l’intolérance, le fanatisme et l’oppression. À l’instar d’Andreï Sakharov, les lauréats du Prix Sakharov témoignent combien il faut de courage pour défendre les droits de l’homme et la liberté d’expression.

Son association Memorial est en première ligne face aux atteintes aux droits en Tchétchénie. Les poursuites contre Oleg Orlov et cette association était déjà en cours avant le prix de 2009. On a eu l'impression en début d'année que la pression baissait.

Le président tchétchène avait même déclaré publiquement qu'il allait abandonner ses poursuites. Au contraire, il y a eu finalement une nouvelle plainte et Oleg Orlov est à nouveau menacé de trois ans de prison pour des propos légitimes dans une démocratie.


Touteleurope.eu : Est-ce important de continuer à suivre les anciens détenteurs du prix ?

Marie-Christine Vergiat : Le Parlement européen se gargarise en permanence des Droits de l'Homme. Derrière un prix il y a des situations concrètes de gens qui se battent dans leur pays souvent au péril de leur vie. Les Droits de l'Homme sont universels. Si on distingue quelqu'un, cela veut dire qu'il a quelque chose de particulier. Le Parlement européen met cette personne dès lors sous sa protection.

J'ai été frappée en 2009, quand nous avions reçu l'association Memorial, qu'ils insistent beaucoup sur le fait qu'ils ne pouvaient pas faire de réunion avec la Commission européenne sans la présence d'autorités russes. Cela les empêche d'avoir une totale liberté de parole.

Dans la sous-Commission Droits de l'Homme, nous défendons l'idée par rapport au Service européen d'action extérieure que partout où les Droits de l'Homme sont menacés, la présence de l'Union européenne doit être marquée par une personne spécialement chargée de ces questions. Un interlocuteur permanent pour toutes ces associations qui se battent sur ces sujets. Qu'elles puissent
ainsi trouver un vrai soutien.

Quand on donne le prix Sakharov à une personne c'est en réalité une situation qu'on distingue. D'ailleurs, souvent l'Europe est très présente au moment de l'élection et absente après. S'intéresser aux Droits de l'Homme c'est un suivi permanent.


Touteleurope.eu: Que doivent faire les institutions européennes à ce sujet ?    

Marie-Christine Vergiat: Dans notre sous-Commission, nous nous interrogeons sur la manière de faire le mieux possible suivre notre prochain rapport sur les Droits de l'Homme dans le monde. Souvent on reste dans l'incantatoire. Une des pistes que nous avons, c'est de mettre un focus sur la démocratie. C'est presque la première question qu'on doit se poser en la matière car sans liberté d'expression, pas de démocratie possible.

Quand on lit les rapports sur nos partenariats, on voit bien que les clauses sur la démocratie et les Droits de l'Homme ne sont pas traitées de la même façon. Si on veut que le discours de l'Union européenne soit crédible sur ces sujets, cela doit compter autant que les enjeux économiques ou diplomatiques. C'est la question de l'universalité des Droits de l'Homme qui est en jeu. Sinon, cela risque d'être perçu comme seulement un discours ou une instrumentalisation pour imposer notre modèle dans les pays du Sud.

 

En savoir plus

le texte de la résolution de soutien à Oleg Orlov - Parlement européen

le site du prix Sakharov

Le Parlement européen soutient la dissidence cubaine - Touteleurope.eu

Neuf défenseurs des Droits de l'homme en course pour le Prix Sakharov - Touteleurope.eu