Derniers articles publiés

Marc Tarabella : "nous avons mis le curseur au maximum" pour le congé maternité

Actualité 21.10.2010

Les eurodéputés viennent de voter mercredi 20 octobre l'extension à 20 semaines de la durée minimale du congé maternité à taux plein dans l'Union européenne. Finalement, un congé paternité, d'une durée de deux semaine, est également instauré. Le député socialiste belge Marc Tarabella revient pour nous sur cette grande bataille parlementaire.

Touteleurope.eu : Le vote du Parlement sur l'allongement du congé maternité et l'instauration du congé paternité est-il historique ?

Marc Tarabella : Ce résultat n'était vraiment pas gagné d'avance. Il y avait deux camps avec des positions clairement opposées puisqu'il n'y avait pas de pré-accord de compromis. Certains souhaitaient que rien ne change, avec des dispositions disparates en Europe et aucune harmonisation. C'était la position majoritaire au Parti populaire européen (PPE) et chez quelques autres députés, une position conservatrice. Il y avait aussi une vision progressiste, qui a gagné, qui demandait 20 semaines de congé maternité dans toute l'Europe, rétribuées à 100%, ainsi que l'intauration d'un congé paternité de deux semaines pour les pères. C'est historique parce que c'est la première fois qu'on reconnait pour les pères le droit à un congé de paternité. Ce droit n'existe aujourd'hui que dans 19 pays sur 27, à géométrie variable.

Pour les mères, l'enjeu portait sur l'harmonisation du congé maternité à 20 semaines avec une rétribution à 100%. Nous savons qu'il va nous falloir batailler avec le Conseil pour obtenir la meilleure rétribution possible. Si nous prenons l'exemple du Royaume-Uni, il y a 39 semaines de congés maternité avec une rémunération à 40% du salaire. Pour les gens qui sont économiquement les plus faibles, ceux qui ont des revenus modestes, cela veut dire que les femmes ne peuvent pas prendre entièrement ce congé maternité. Elles ne peuvent pas se le permettre.

Même si ce vote historique est obtenu par une courte majorité avec 327 voix contre 320, c'est une première étape positive qui va nous permettre d'entamer les discussions avec le Conseil en bonne position.


Touteleurope.eu : Que répondez-vous à Nadine Morano, Secrétaire d'Etat à la famille, qui est opposée pour des raisons économiques à cet allongement de la durée du congé de maternité avec une indemnisation au plein salaire ?

Marc Tarabella : Je conseillerais à Mme Morano de prendre l'avion, de passer deux jours à Stockholm et de rencontrer les autorités et la société civile suédoises. Elle verrait comment la Suède a su concilier vie professionnelle et vie de famille en accordant le système le plus protecteur. La Suède est le pays d'Europe où le taux d'emploi des femmes est le plus élevé, comme dans les autres pays scandinaves. Si on permet aux femmes de mieux pouvoir concilier leur vie professionnelle et leur vie de famille, on augmentera ainsi le taux d'emploi des femmes, ce qui était un objectif de la Stratégie de Lisbonne. Dans l'Union européenne, ce taux est à 59% alors qu'il est à 74% en Suède ... Ce sera indolore pour les finances publiques puisque les femmes qui viendront ainsi sur le marché du travail et qui ne peuvent pas le faire aujourd'hui auto-financeront les mesures.

Autre argument : il y a une tendance chez la droite en Europe, soutenue par le patronat (comme le MEDEF ou la FEB en Belgique) de profiter de la situation de crise pour remettre en cause toute une série d'acquis sociaux. Cela fera trinquer les citoyens une deuxième fois. Il y a pourtant d'autres mesures possibles comme le montre notre campagne pour la taxation sur les transactions financières.


Touteleurope.eu : Comment se passe une telle bataille parlementaire ?

Marc Tarabella : Il n'y a pas eu d'accord sur une position médiane avant le vote. Une position qui veille à être plus favorable que la situation actuelle, comme une proposition portant le congé à 18 semaines avec une rémunération à 75% ou 85%. Mais aucun consensus n'a été trouvé là-dessus. Les positions étaient tranchées, diamétralement opposées, ce qui n'arrive pas souvent. Cela fait du bien aussi qu'il y ait des bagarres politiques.

Dans notre groupe socialiste, les délégations allemandes et britanniques étaient plutôt réticentes à l'extension à 20 semaines à taux plein. Il a fallu un appel du président de groupe, Martin Schultz, à l'unité du groupe et pour se rallier à la position de Mme Estrela, la rapportrice.

Nous avons été plus unis que le PPE (ndlr : le centre-droit, groupe majoritaire au Parlement européen) où clairement les délégations espagnoles, portugaises, polonaises, lituaniennes ou ma collègue belge Mme Delvaux n'ont pas suivis les instructions de vote pour leur groupe. Cela montre que les groupes ne sont pas monolithiques. Les réunions de groupe sont là justement pour donner forme à tout ça.

Cela nous arrive de faire d'appeler nos collègues, ou même d'en discurter avec eux au bar des parlementaires, pour les convaincre. Mais il y a une grande liberté  de vote pour les députés européens. Ainsi on ne savait pas le matin du vote dans quel sens la balance allait pencher.


Touteleurope.eu : Comment cela va-t-il se passer désormais avec le Conseil ?

Marc Tarabella : Le congé de paternité ne devrait pas sauter car il a été consacré par le Parlement européen. Je ne vois pas le Conseil faire marche-arrière dessus. Nous avons mis le curseur au maximum. C'est une position de départ qui est favorable. Au gré de la discussion le consensus se fera autour d'une proposition qui sera sûrement moindre. Ce sera probablement autour de 18 semaines rémunérées à x%.

J'espère simplement que la décisions qui sera prise in fine sera une amélioration par rapport à maintenant à la fois en terme de période et en terme de rémunération. Ce besoin d'avoir une vraie harmonisation au niveau européen et éviter les situations disparates comme actuellement. Nous voulons un minimum. Ceux qui ont une protection plus importante la garderont mais il faut que le seuil soit plus acceptable qu'aujourd'hui.

 

En savoir plus

Congé maternité : le Parlement favorable à une durée minimale de 20 semaines et à la reconnaissance d'un congé paternité européen - Toute l'Europe

Le Parlement européen va-t-il étendre le congé de maternité... et de paternité ? - Toute l'Europe