Derniers articles publiés

Les malentendus français sur l'Europe

Actualité 06.04.2007

José Manuel Barroso et Jacques Chirac - © Communauté européenne, 2007 Constatant que "l'Europe n'est pas vraiment un sujet chaud de la campagne", l'économiste Charles Wyplosz estime que ce contournement par les candidats d'un "sujet qui fâche" ne sert pas l'influence français en Europe. Une influence selon lui en baisse constante, par la faute de "deux malentendus fondamentaux", qui étaient déjà en germe dans les années 60, lors de la crise de la chaise vide.


Le premier porte sur l'objectif : les Français continuent de voir "l'Europe comme une sorte de levier pour peser sur les affaires du monde", une vision que sont loin de partager la plupart de nos partenaires, à commencer par l'Allemagne.

Le second malentendu concerne le modèle économique : "seule en Europe, la France, dans la profondeur de son opinion publique comme au sommet de ses élites politiques, rejette l’économie de marché". Par conséquent, "sur toutes les grandes questions économiques", de la PAC aux négociations internationales en passant par la politique monétaire, la France est un "frein" pour l'UE.

A cet égard, l'auteur considère la volonté française de compléter "le volet économique [de l'intégration européenne] par un volet social et un volet fiscal" comme un aspect "destructif" à la fois pour l'influence de la France et pour l'UE. Pour Charles Wyplosz, par tradition, les règles sociales et fiscales ne peuvent être établies qu'au niveau national. "La France, écrit-il, ne poursuit pas seulement ici un rêve impossible, mais elle alimente les divisions et, du coup, elle pave le chemin de la résurgence des nationalismes".

Lire l'analyse

Charles Wyplosz, "L'Europe dans la campagne", Telos, avril 2007