Derniers articles publiés

Les Européens veulent des transports publics respectueux de l'environnement

Actualité 19.06.2008

Le troisième salon européen de la mobilité a eu lieu à Paris du 10 au 12 juin 2008. Il rassemblait de nombreux professionnels des déplacements urbains, interurbains et régionaux, français et européens. A cette occasion, le GIE Objectif transport public, organisateur de l'événement, a commandé à l'institut TNS Sofres une étude sur la perception des transports publics urbains et la place accordée à l'environnement dans ce domaine au niveau national et européen dans quatre Etats membres de l'Union européenne.

Malgré des différences d'usage et de perception des transports publics, un élément ressort de cette étude : Français, Britanniques, Allemands et Italiens sont d'accord sur la nécessité d'accorder une place importante à l'impact des transports sur l'environnement au cours de la Présidence française de l'Union Européenne (PFUE).

L'utilisation massive des transports publics est l'une des caractéristiques communes aux quatre pays. Néanmoins, l'usage de ceux-ci varie parmi eux. Ainsi, 90 % des Britanniques et des Allemands utilisent les transports publics urbains, au moins de temps en temps, pourcentage qui tombe à 81 % et 77 % chez les Français et les Italiens. Dans chaque pays, ce sont surtout les populations jeunes et urbaines qui utilisent ces transports.

Pour la plupart des Italiens, des Français et des Britanniques, l'usage des transports publics est une nécessité (pour respectivement 58 %, 43 % et 37 % d'entre eux). Ce n'est pas le cas de la majorité des Allemands. Ils sont plus nombreux à choisir cette possibilité de transport qu'à considérer cette utilisation comme une nécessité. Près de 20 % d'entre eux associent même l'utilisation des transports publics à un plaisir, proportion qui ne dépasse pas 8 % dans les autres pays interrogés. C'est en France que la contrainte se fait le plus sentir et au Royaume-Uni que la routine ressort le plus (12 %).

Les Européens interrogés ont des opinions très partagées sur l'évolution de la prise en compte de l'environnement dans les décisions publiques de leur pays en matière de transport. Parmi les Britanniques et les Français, environ deux personnes sur trois (66 % et 64 %) estiment que ces décisions ont davantage pris en compte l'environnement au cours des cinq dernières années. Alors que seulement 41% des Allemands et un quart des Italiens pensent que c'est le cas dans leur pays.

La majorité des personnes interrogées considèrent que la question de l'environnement dans les transports doit occuper une large place pendant la PFUE. C'est au Royaume-Uni (47 %) que le plus grand nombre d'interviewés jugent ce sujet prioritaire, contre 45 % en France, 41 % en Italie et 34 % en Allemagne. "Importante mais pas prioritaire" est la réponse choisie par près de la moitié des sondés dans les trois pays continentaux. Cette question est secondaire pour une grande partie des personnes âgées interrogées au Royaume-Uni alors qu'en Allemagne, cette opinion est surtout partagée par les jeunes.

On note finalement que moins les personnes considèrent que l'environnement a été pris en compte dans les décisions publiques en matière de transports de leur pays, plus elles estiment qu'il est important que l'Union européenne s'en charge.

Étude réalisée par téléphone auprès d’échantillons nationaux de 1000 personnes représentatifs de l’ensemble de la population nationale âgée de 18 ans et plus, entre le 15 et le 22 mai selon les pays (France, Italie, Royaume-Uni et Allemagne).

En savoir plus :

Résultats complets du sondage